La bourse est fermée
  • Dow Jones

    35 911,81
    -201,79 (-0,56 %)
     
  • Nasdaq

    14 893,75
    +86,95 (+0,59 %)
     
  • Nikkei 225

    28 333,52
    +209,24 (+0,74 %)
     
  • EUR/USD

    1,1412
    -0,0004 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    24 218,03
    -165,29 (-0,68 %)
     
  • BTC-EUR

    36 645,21
    -1 472,52 (-3,86 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 001,89
    -23,84 (-2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 662,85
    +3,82 (+0,08 %)
     

"Ma candidature est celle qui défend le mieux les femmes" : Eric Zemmour défend son programme et tacle Gilles Bouleau

·1 min de lecture

Après des semaines de (faux) suspense, Eric Zemmour a officialisé ce mardi 30 novembre sa candidature à l'élection présidentielle de 2022. Dans une allocution de 10 minutes dévoilée sur sa chaîne Youtube et qui résonne comme une référence directe à l'appel du 18 juin, le polémiste de 63 ans a lancé dans la course à l’Élysée.

Ce mardi soir, Eric Zemmour était l'invité de Gilles Bouleau lors du journal télévisé de 20h sur TF1. Interrogé sur son doigt d'honneur adressé à une femme lors d'un déplacement samedi à Marseille, le candidat à réaffirmé "un geste pas très élégant". "J'ai le souvenir de gestes de mots, de Chirac etc. Je reconnais que c'était un geste qui n'était pas très élégant. Est-ce que vous avez posé cette question à Emmanuel Macron alors qu'il s'est fait prendre en photo avec des hommes qui lui faisaient des doigts d'honneur", a-t-il souligné.

À lire également

"J'ai décidé de prendre notre destin en main" : Eric Zemmour annonce sa candidature à la présidentielle de 2022

Interpellé sur ses deux condamnations pour "haine raciale", Eric Zemmour a exposé au journaliste : "

On m'a fait le procès de mes opinions. Ce n'est qu'un délit d'opinion, délit d... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles