Publicité
La bourse ferme dans 2 h 31 min
  • CAC 40

    8 089,34
    -52,12 (-0,64 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 030,18
    -16,81 (-0,33 %)
     
  • Dow Jones

    39 872,99
    +66,22 (+0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,0837
    -0,0022 (-0,21 %)
     
  • Gold future

    2 417,40
    -8,50 (-0,35 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 296,02
    -1 558,97 (-2,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 508,30
    -18,12 (-1,19 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,79
    -0,87 (-1,11 %)
     
  • DAX

    18 678,63
    -48,13 (-0,26 %)
     
  • FTSE 100

    8 360,11
    -56,34 (-0,67 %)
     
  • Nasdaq

    16 832,62
    +37,75 (+0,22 %)
     
  • S&P 500

    5 321,41
    +13,28 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    38 617,10
    -329,83 (-0,85 %)
     
  • HANG SENG

    19 195,60
    -25,02 (-0,13 %)
     
  • GBP/USD

    1,2728
    +0,0017 (+0,13 %)
     

Cancer du sein : de nouvelles pistes pour des détections précoces

COLLANGES / IMAGE POINT FR / IMAGE POINT FR / BSIP via AFP

Le cancer du sein triple négatif, qui concerne environ 15% des cas, est particulièrement agressif et difficile à traiter. Pouvoir le diagnostiquer précocement et anticiper son évolution améliorerait la prise en charge des femmes qui en sont atteintes. A l'occasion de la Journée mondiale contre le cancer, le 4 février 2023, focus sur les stratégies que développent les chercheurs.

Ces dernières années, l'avènement des thérapies ciblées a permis de réaliser de substantiels progrès dans le traitement des cancers. Malheureusement, tous ne sont pas éligibles à de telles thérapies. C'est notamment le cas du cancer du sein triple négatif qui touche des femmes généralement jeunes et dont certaines (10%) sont génétiquement prédisposées pour le développer. Si les médecins ne sont pas dénués de stratégies face à ce cancer, son taux de mortalité et de récidive reste important. "C'est l'une des formes de cancer pour lesquelles nous devons nous améliorer à la fois dans la détection et dans le traitement", confirme Céline Vallot, biologiste CNRS au Centre de recherche de l’Institut Curie. Avec son équipe et le soutien de la Fondation Bettencourt-Schueller, elle travaille en recherche fondamentale sur ces deux pistes.

Observer les cellules changer de costume

Son objectif est de comprendre comment et par quels mécanismes les cellules des glandes mammaires se transforment d'un état normal, physiologique, à un état pathologique et forment des tumeurs. Dans son laboratoire, elle étudie ces cellules (issues de malades et de souris) une à une. Mais elle ne s'intéresse pas à leurs gènes : "nous étudions les protéines et les molécules qui habillent l'ADN et qui modifient l'expression des gènes, ce que les spécialistes appellent l'épigénétique. Notre objectif est de caractériser les modifications épigénétiques qui conduisent à la transformation d'une cellule saine en une cellule tumorale. En quelque sorte, nous essayons d'observer la cellule changer de costume" explique Céline Vallot. A la clé, l'espoir de pouvoir détecter plus tôt l'apparition du cancer et donc offrir de meilleures chances de survie aux patientes.

PUBLICITÉ

Pour ce faire, la biologiste a mobilisé une équipe d'une douzaine de personnes dont les spécialités reflètent ce qu'est aujourd'hui la recherche : transdisciplinaire. Ainsi, pour pouvoir étudier les cellules de façon isolée, il a fallu développer des te[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi