Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 503,27
    -204,75 (-2,66 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 839,14
    -96,36 (-1,95 %)
     
  • Dow Jones

    38 589,16
    -57,94 (-0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0709
    -0,0033 (-0,31 %)
     
  • Gold future

    2 348,40
    +30,40 (+1,31 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 851,85
    -934,45 (-1,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 405,20
    -12,68 (-0,89 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,49
    -0,13 (-0,17 %)
     
  • DAX

    18 002,02
    -263,66 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    8 146,86
    -16,81 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    17 688,88
    +21,32 (+0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 431,60
    -2,14 (-0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,85 (-0,94 %)
     
  • GBP/USD

    1,2686
    -0,0075 (-0,59 %)
     

Cancer du col de l'utérus : ce test à faire à la maison augmenterait le taux de dépistage

Tatiana Buzmakova / iStock

Le cancer du col de l'utérus se développe dans la "muqueuse du col utérin", comme l'explique l'Assurance maladie sur son site. La plupart du temps, il est dû à une "infection persistante" par des papillomavirus humains (HPV). La prévention du cancer du col de l'utérus passe donc par la vaccination contre ces virus, mais également par la réalisation d'un test de dépistage.

Pour les femmes de 25 à 29 ans, il consiste en un examen des cellules prélevées lors d'un frottis. Pour celles de 30 à 65 ans, il s'agit du test HPV-HR. Pour l'heure, ce dernier ne peut être effectué que chez un professionnel de santé. Mais d'après les chiffres de l'Agence Régionale de Santé (ARS), moins de 60% des Françaises ont réalisé un frottis au cours de ces trois derniers mois. Selon des chercheurs américains, pouvoir réaliser le test HPV-HR à la maison permettrait d'augmenter considérablement le taux de dépistage du cancer du col de l'utérus

Pour parvenir à ces conclusions, publiées dans la revue The Lancet Public Health, ils ont donc mené un essai contrôlé et randomisé de phase 3, appelé "My Body, My Test-3 (MBMT-3)". Il avait pour but d'évaluer l'efficacité des kits d'auto-prélèvement du HPV envoyés chez des femmes "à faible revenu insuffisamment dépistées". Ces tests étaient accompagnés d'une aide à la prise d'un rendez-vous chez un médecin.

Les scientifiques ont découvert que le fait d'adresser les kits de prélèvement directement aux patientes était nettement plus efficace qu'un simple encouragement (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite