La bourse ferme dans 7 h 17 min
  • CAC 40

    6 278,15
    +10,76 (+0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 955,57
    +9,51 (+0,24 %)
     
  • Dow Jones

    34 269,16
    -473,66 (-1,36 %)
     
  • EUR/USD

    1,2136
    -0,0016 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    1 832,70
    -3,40 (-0,19 %)
     
  • BTC-EUR

    46 902,52
    +691,77 (+1,50 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 541,05
    +1 298,37 (+535,02 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,89
    +0,61 (+0,93 %)
     
  • DAX

    15 170,87
    +51,12 (+0,34 %)
     
  • FTSE 100

    6 997,43
    +49,44 (+0,71 %)
     
  • Nasdaq

    13 389,43
    -12,43 (-0,09 %)
     
  • S&P 500

    4 152,10
    -36,33 (-0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    28 147,51
    -461,08 (-1,61 %)
     
  • HANG SENG

    28 201,80
    +187,99 (+0,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,4130
    -0,0014 (-0,10 %)
     

Canal+ : un syndicat dénonce de "nouvelles sanctions injustifiées" contre des salariés du groupe

franceinfo avec AFP
·1 min de lecture

Dans un communiqué, +Libres informe que plusieurs salariés ont été convoqués par la direction en vue d'un éventuel licenciement, notamment en raison de leur soutien à l'humoriste Sébastien Thoen, licencié en décembre dernier.

Plusieurs salariés de la rédaction des sports de la chaîne Canal+ ont été convoqués à "un entretien préalable à leur éventuel licenciement", a dénoncé +Libres, premier syndicat du groupe, dans un communiqué publié lundi 12 avril. Ses auteurs dénoncent de "nouvelles sanctions injustifiées" contre des membres de la rédaction en raison de leur soutien à l'humoriste Sébastien Thoen, licencié en décembre dernier, et plus récemment à la "fuite" d'extraits non diffusés d'un documentaire incriminant le chroniqueur maison Pierre Menès.

Concernant la polémique autour de Sébastien Thoen, dont le licenciement après une parodie peu appréciée par la direction de Canal+ a généré d'autres évictions, le syndicat dénonce "une violation évidente des engagements" du groupe "de cesser 'les représailles' qui ont déjà donné lieu à plusieurs départs ces derniers mois". Certains salariés, en effet, avaient signé un communiqué de soutien à l'humoriste, ce qui avait déplu à la direction.

Des "tentatives d'intimidations" de la direction

Mais le syndicat ajoute que des convocations sont également en lien avec la fuite d'extraits coupés de la version finale du documentaire Je ne suis pas une salope, je suis journaliste, de Marie Portolano. Ces passages, qui incriminaient le chroniqueur Pierre Ménès dans deux affaires d'agressions sexuelles, avaient été divulgués dans la presse et notamment sur le site Les Jours.fr. Le syndicat précise que certains salariés convoqués par la direction "font partie du (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi