Marchés français ouverture 6 h 36 min
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    28 331,46
    -187,72 (-0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2077
    -0,0007 (-0,06 %)
     
  • HANG SENG

    28 573,86
    0,00 (0,00 %)
     
  • BTC-EUR

    29 632,61
    -147,54 (-0,50 %)
     
  • CMC Crypto 200

    697,84
    -37,30 (-5,07 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     

Canada. Le déclin annoncé du français au Québec déchaîne les passions

Courrier international (Paris)
·1 min de lecture

Une mise à jour de la loi canadienne sur les langues officielles est dans la mire d’Ottawa, après que le gouvernement de Justin Trudeau a annoncé que le français était en déclin au Québec. Le débat fait rage dans la Belle Province… et ailleurs au pays.

“Je sens que nous sommes au bord d’une crise”, a déclaré à La Presse la ministre canadienne des Langues officielles, Mélanie Joly, qui a ajouté :

La question de la langue au Québec est fondamentale. Et on doit tout faire pour la protéger.”

Une députée de son parti, Emmanuella Lambropoulos, a relancé le débat à la mi-novembre en déclarant en anglais : “On entend que la langue française est en déclin au Québec. J’ai besoin de le voir pour le croire.” La députée s’est par la suite excusée sur Twitter et a affirmé qu’il y avait un déclin du français au Québec.

Des centaines de personnes ont, le 28 novembre, manifesté contre la situation du français à Montréal.

Érosion de l’usage du français… et de l’anglais

Le démographe Marc Termote rappelle au journal Métro que l’usage du français à Montréal “connaît un déclin encore plus marqué” que ce qu’annonçaient les dernières prévisions de l’Office québécois de la langue française (OQLF). Il cite des statistiques de 2016, selon lesquelles seulement 49,6 % des résidents de l’île de Montréal déclaraient le français comme langue maternelle, bien en deçà de la moyenne provinciale de 78 %. Un rapport de l’OQLF de 2019 révélait que 24 % des immigrants au Québec utilisaient plutôt l’

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :