La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 287,07
    +52,93 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,99
    +39,56 (+0,99 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,68 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1980
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 777,30
    +10,50 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    50 502,33
    -1 312,04 (-2,53 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,97
    +7,26 (+0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,07
    -0,39 (-0,61 %)
     
  • DAX

    15 459,75
    +204,42 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 019,53
    +36,03 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,58 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3840
    +0,0056 (+0,41 %)
     

Le Canada accusé par une cadre de Huawei d'avoir "détruit des preuves"

·1 min de lecture

Le Canada a-t-il détruit des preuves compromettantes, dans l'affaire Huawei ? Menacée d'extradition vers les Etats-Unis, une cadre du géant chinois controversé des télécoms a accusé le pays de l'avoir fait en effaçant des courriels et les textos d'un ancien policier qui avait participé à son arrestation fin 2018 à Vancouver. Les avocats de Meng Wanzhou, directrice financière du géant chinois des télécoms, tentent depuis des mois de prouver que ses droits ont été bafoués lors de son arrestation, dans l'espoir de faire dérailler la procédure d'extradition vers les Etats-Unis qui doit s'achever mi-mai.

Mme Meng avait été arrêtée le 1er décembre 2018 à l'aéroport de Vancouver à la demande des Etats-Unis. La justice américaine l'accuse d'avoir contourné les sanctions américaines contre l'Iran en mentant à la banque HSBC sur les liens entre Huawei et une filiale qui faisait des affaires dans ce pays. Dans de nouveaux documents dévoilés jeudi au tribunal de Vancouver, les avocats de Mme Meng ont affirmé que le Canada avait violé les droits de leur cliente en effaçant les courriels, les textos et les documents de l'ordinateur du sergent Ben Chang, qui avait participé à l'arrestation de Mme Meng, après son départ de la police fédérale canadienne en 2019.

>> A lire aussi -Après les sanctions de Donald Trump, la Chine contre-attaque !

Ils soupçonnent M. Chang d'avoir ensuite envoyé au FBI américain un courriel contenant en toute illégalité les mots de passe de ses appareils électroniques (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

MBDA vend à la France 367 missiles air-air de nouvelle génération, le Rafale va doper ses capacités d’interception
Royaume-Uni : des croisières pour "nulle part" réservées aux personnes vaccinées
Airbnb : les 10 départements qui rapportent le plus aux hôtes
Encore une grosse amende pour Carrefour
CNews sanctionné par le CSA après les propos d'Éric Zemmour