La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 285,24
    +12,53 (+0,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 657,03
    +16,48 (+0,45 %)
     
  • Dow Jones

    31 261,90
    +8,80 (+0,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0562
    -0,0026 (-0,24 %)
     
  • Gold future

    1 845,10
    +3,90 (+0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    28 438,63
    +345,45 (+1,23 %)
     
  • CMC Crypto 200

    650,34
    -23,03 (-3,42 %)
     
  • Pétrole WTI

    110,35
    +0,46 (+0,42 %)
     
  • DAX

    13 981,91
    +99,61 (+0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 389,98
    +87,24 (+1,19 %)
     
  • Nasdaq

    11 354,62
    -33,88 (-0,30 %)
     
  • S&P 500

    3 901,36
    +0,57 (+0,01 %)
     
  • Nikkei 225

    26 739,03
    +336,19 (+1,27 %)
     
  • HANG SENG

    20 717,24
    +596,56 (+2,96 %)
     
  • GBP/USD

    1,2495
    +0,0020 (+0,16 %)
     

Cameco publie ses résultats du premier trimestre: la Société commence à récolter les fruits de ses décisions stratégiques avec l'amélioration des prix de l'uranium, et se positionne favorablement dans un contexte de transition du marché

SASKATOON, Saskatchewan, May 05, 2022--(BUSINESS WIRE)--Cameco (TSX: CCO; NYSE: CCJ) annonce aujourd'hui ses résultats financiers et d'exploitation consolidés pour le premier trimestre clos au 31 mars 2022, en conformité avec les normes internationales d'information financière (IFRS).

"Avec la récente hausse du prix de l'uranium, nous commençons à ressentir les retombées positives de nos décisions stratégiques et proactives. En mettant à profit cette montée des prix, nous nous positionnons favorablement pour continuer à saisir la valeur de la transition sectorielle que nous pensons observer, et qui est soutenue par des fondamentaux caractérisés par une demande pérenne sur l'ensemble du cycle, dans un contexte de préoccupations croissantes en termes de sécurité d'approvisionnement", déclare Tim Gitzel, président et chef de la direction de Cameco.

"Une demande durable est alimentée par la chaîne de responsabilité liée aux objectifs zéro émission nette, tout en équilibrant les besoins en électricité de base abordable, fiable et sécurisée, et en s'éloignant de la dépendance face aux approvisionnements énergétiques russes. Les gouvernements et les décideurs politiques reconnaissent de plus en plus le rôle joué par le nucléaire dans la réalisation de ces objectifs. C'est pour cette raison que, depuis le début de 2022, nous avons vu des pays comme les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, la Corée du Sud et la Belgique annoncer vouloir préserver et allonger la durée de vie de leurs parcs de réacteurs actuels, ainsi qu'en construire de nouveaux. Une tendance se dessine également pour des utilisations commerciales non traditionnelles de l'énergie nucléaire dans diverses régions du monde, comme le développement de petits réacteurs modulaires et de réacteurs avancés, avec de nombreuses entreprises et pays ayant des projets en cours. Des pays et des entreprises se tournent vers le nucléaire avec un appétit que je ne suis pas sûr d'avoir déjà vu durant mes quatre décennies dans le secteur.

"Côté approvisionnement, le tableau est bien différent. Nous disons depuis quelques temps déjà que le marché de l'uranium est vulnérable en cas de choc au niveau de l'approvisionnement, comme cela a été le cas en raison de prix continuellement bas. Cette faiblesse des prix et le manque d'investissements font courir des risques à la capacité de production, et pas seulement pour l'uranium, mais aussi pour la conversion et l'enrichissement. Nous avons été témoins de l'intensification des risques géopolotiques et d'origine, alors que l'approvisionnement s'est de plus en plus concentré. Avec l'invasion de la Russie en Ukraine, que ce soit en raison de sanctions ou d'une incompatibilité avec les valeurs d'entreprise, le secteur fait aujourd'hui face au défi de minimiser sa dépendance à l'approvisionnement nucléaire russe. Il est encore trop tôt pour en être sûrs, mais nous pensons assister à un réalignement géopolitique sans précédent dans le cycle du combustible nucléaire.

"La géopolitique compliquant et muselant potentiellement les approvisionnements en combustible nucléaire, nous voyons les services publics, mais aussi certains intermédiaires et fournisseurs de services, commencer à chercher à garantir leur approvisionnement en matériaux pour leurs obligations non couvertes, et à atténuer les risques liés à leurs dépendances d'origine. Nous observons en outre le rétrécissement continu du marché au comptant en raison d'investissements matériels. Dès lors, les prix de l'uranium ont sensiblement augmenté, avec un prix au comptant en hausse de 38% et un prix à long terme en hausse de 15% depuis le début de l'année. Le prix de conversion au comptant est en hausse de 65% et le prix à long terme est en hausse de 25%.

"Alors que le marché poursuit sa transition, nous prévoyons de continuer à fournir nos services d'uranium et de conversion dans le cadre de contrats à long terme et de répondre à une demande croissante grâce à une production provenant des opérations qui dégagent les meilleures marges. Bien que nous n'ayons encore signé aucun nouveau contrat en 2022, en dehors des 40 millions de livres figurant dans notre rapport de gestion du quatrième trimestre, plusieurs contrats de taille sont en pourparler. Nous continuerons néanmoins d'appliquer notre patience stratégique à notre activité contractuelle.

"Nous adopterons également une approche équilibrée et disciplinée dans nos décisions d'approvisionnement. Même si nous avons observé une pression tarifaire considérable causée par l'incertitude géopolitique, nous ne modifierons pas nos plans de production. Nous ne ferons pas passer l'offre avant la demande. Comme nous l'avons annoncé en février, nous continuons à appliquer une discipline d'approvisionnement exemplaire. Début 2024, avec McArthur River/Key Lake et Cigar Lake qui fonctionneront en-dessous de leur capacité autorisée, nous projetons de tourner à environ 40% en-dessous de notre capacité de production (sur une base de 100%). Ce plan de production restera le nôtre jusqu'à ce que nous constations de nouvelles avancées dans l'identification de sites d'accueil adaptés pour notre stock enfoui non grevé dans le cadre de contrats à long terme, démontrant à nouveau que nous sommes un fournisseur responsable de combustible d'uranium.

"Grâce à nos mesures proactives et à une gestion financière prudente, nous avons été et continuons d'être résilients. Avec 1,5 milliard de dollars de trésorerie et équivalents de trésorerie et de placements à court terme, notre solide bilan nous met en posture d'autogérer les risques, y compris d'éventuelles incertitudes et volatilités macroéconomiques et géopolitiques.

"Nous sommes optimistes quant à la capacité de Cameco à saisir de la valeur à long terme sur l'ensemble de la chaîne de combustible et à soutenir la transition vers une économie décarbonisée. Nous disposons d'actifs de premier plan qui sont homologués, autorisés, éprouvés et fiables, et qui présentent un potentiel d'expansion. Ces actifs de premier plan sont adossés à des actifs de second plan non utilisés, et à ce qui constitue selon nous le meilleur portefeuille d'exploration s'appuyant sur les infrastructures actuelles. Nous bénéficions d'une intégration verticale sur l'intégralité du cycle du combustible nucléaire. Nous avons capté une importante valeur sur le segment des services d'approvisionnement en combustible et explorons de nouvelles opportunités pour étendre notre champ d'action dans le cycle du combustible nucléaire et dans des utilisations commerciales innovantes et non traditionnelles de l'énergie nucléaire, aussi bien au Canada que dans le monde entier.

"Nous pensons avoir la bonne stratégie pour concrétiser notre ambition de "fournir l'énergie d'un monde à l'air pur", et nous y parviendrons d'une manière qui reflétera nos valeurs. Chacune de nos décisions est empreinte d'un engagement à relever les enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance. Une telle approche rendra selon nous notre activité durable."

  • Bénéfice net de 40 millions de dollars; bénéfice net ajusté de 17 millions de dollars: les résultats du premier trimestre proviennent de variations trimestrielles normales au niveau contractuel et de l'exécution de notre stratégie sur un marché qui se trouve selon nous dans les première phases de transition. Le bénéfice net ajusté est une mesure non IFRS, voir ci-après.

  • Solide performance des segments uranium et services d'approvisionnement en combustible: les résultats du premier trimestre reflètent l'impact de la hausse des prix réalisés moyens dans les segments uranium et services d'approvisionnement en combustible. Dans notre segment uranium, nous avons produit 1,9 million de livres (notre part) durant le trimestre, et vendu 5,9 millions de livres à un prix réalisé moyen 34% supérieur à celui de la même période de l'exercice précédent. Dans notre segment de services d'approvisionnement en combustible, les prix réalisés moyens sont en hausse de 8% par rapport au premier trimestre 2021.

  • Importants pourparlers contractuels dans un environnement tarifaire renforcé: comme annoncé en février, dans notre segment uranium, depuis le début de 2022, nous avons ajouté 40 millions de livres à notre portefeuille de contrats d'uranium à long terme. Bien que nous n'ayons signé aucun contrat supplémentaire en 2022, nous continuons à entretenir d'importantes négociations contractuelles. Le risque d'origine renforce la volonté de garantir l'approvisionnement en uranium, ainsi que les services de conversion. Nous faisons preuve d'une patience stratégique dans nos pourparlers afin de capter autant de valeur que possible dans notre portefeuille contractuel. En plus de l'intérêt contractuel hors marché, nous avons constaté une recrudescence des demandes de propositions de la part de services publics cherchant à garantir leurs futurs besoins et à réduire le risque d'origine.

  • La disponibilité opérationnelle est en bonne voie pour McArthur River/Key Lake: au cours du premier trimestre, nous nous sommes concentrés sur les activités de recrutement et de formation à la mine de McArthur River et à l'usine de concentration de Key Lake. Nous comptons aujourd'hui environ 600 employés et prestataires de longue durée à la mine et à l'usine. Lorsque nous reprendrons l'activité plus tard dans l'année, nous prévoyons disposer de compter sur environ 850 employés et prestataires de longue durée. En outre, nous avons avancé dans les travaux nécessaires pour finaliser des projets cruciaux et dans les vérifications préparatoires de la maintenance à la mine et à l'usine. Nous avons reporté les coûts de préparation opérationnelle directement sur le coût des ventes, qui s'élève à environ 40 millions de dollars pour le trimestre. Nous continuons d'anticiper une production atteignant 5 millions de livres (sur une base de 100%) cette année, sous réserve du bon déroulement des activités de préparation opérationnelle et de gestion des risques de la pandémie de COVID-19 et des défis liés à la chaîne d'approvisionnement.

  • Livraisons de JV Inkai: la situation géopolitique provoquée par l'invasion russe en Ukraine crée des risques pour les transports dans la région. Les sanctions à l'encontre de la Russie et les restrictions pesant sur - et les annulations de - certaines couvertures d'assurance de fret génèrent une incertitude quant à la capacité de transporter des produits d'uranium depuis l'Asie centrale, ce qui pourrait compliquer la logistique pour les livraisons en provenance de ces zones, y compris le produit fini de JV Inkai. Nous travaillons au côté d'Inkai et de notre partenaire de coentreprise, Kazatomprom, afin de sécuriser un autre itinéraire de transport ne dépendant pas des lignes ferroviaires et des ports russes. Pour l'heure, nous avons décidé de repousser une livraison à proche échéance pour notre part de la production de JV Inkai. Dans le cas où il serait plus long que prévu de sécuriser un axe de transport alternatif, nous pourrions connaître des retards supplémentaires dans nos livraisons à Inkai cette année. Dans l'optique d'atténuer ce risque, nous disposons d'accords d'achat de stock à long terme et d'accords de prêt sur lesquels nous pouvons compter. Pour plus d'informations, consultez les Mises à jour relatives à l'uranium pour le T1 2022 dans notre rapport de gestion du premier trimestre.

  • Perspectives 2022 mises à jour: nos perspectives ont été revues pour refléter les hausses des prix de l'uranium. Pour plus d'informations, consultez les Perspectives pour 2022 dans notre rapport de gestion du premier trimestre.

  • Solide bilan comptable: au 31 mars 2022, nous disposions de 1,5 milliard de dollars en trésorerie et équivalents de trésorerie et en investissements à court terme, et 996 millions de dollars en dettes à long terme. De plus, nous disposons d'une facilité de crédit non utilisée d'un milliard de dollars.

  • Dividendes reçus de JV Inkai en avril: au 28 avril, nous avions reçu les paiements de dividende de JV Inkai pour un total de 83 millions USD. JV Inkai distribue un excédent de trésorerie, net d'obligations de fonds de roulement, à ses partenaires sous forme de dividendes.

Résultats financiers consolidés

TRIMESTRE CLOS

POINTS SAILLANTS

AU 31 MARS

(EN MILLIONS DE DOLLARS, SAUF MENTION CONTRAIRE)

2022

2021

VARIATION

Chiffre d'affaires

398

290

37%

Marge (perte) brut(e)

50

(40)

>100%

Bénéfice net (perte nette) attribuable aux actionnaires

40

(5)

>100%

$ par action ordinaire (résultat de base)

0,10

(0,01)

>100%

$ par action ordinaire (après dilution)

0,10

(0,01)

>100%

Bénéfice net ajusté (perte nette ajustée) (non IFRS, voir ci-dessous)

17

(29)

>100%

$ par action ordinaire (résultat ajusté et après dilution)

0,04

(0,07)

>100%

Encaisse issue des activités (après variations de fonds de roulement)

172

45

>100%

Les informations financières présentées pour les trimestres clos aux 31 mars 2021 et 31 mars 2022 ne sont pas vérifiées.

BÉNÉFICE NET

Le tableau ci-dessous montre ce qui a contribué à l'évolution du bénéfice net et du bénéfice net ajusté (mesure non IFRS, voir ci-dessous) pour le premier trimestre 2022, comparé à la même période en 2021.

TRIMESTRE CLOS

AU 31 MARS

(MILLIONS $)

IFRS

AJUSTÉ

Perte nette – 2021

(5)

(29)

Variation du bénéfice brut par segment

(nous calculons le bénéfice brut en déduisant du revenu le coût des produits et services vendus ainsi que la dépréciation et les amortissements)

Uranium

Hausse du volume des ventes

(11)

(11)

Hausse des prix réalisés (USD)

82

82

Baisse des coûts

17

17

Variation – uranium

88

88

Services d'approvisionnement en combustible

Baisse du volume des ventes

(4)

(4)

Hausse des prix réalisés (CAD)

5

5

Hausse des coûts

(2)

(2)

Variation – services d'approvisionnement en combustible

(1)

(1)

Autres variations

Hausse des dépenses d'administration

(47)

(47)

Hausse des frais d'exploration

(2)

(2)

Provision de remise en état

(2)

1

Hausse du bénéfice provenant d'entités mises en équivalence

22

22

Variation de bénéfice ou de perte sur produits dérivés

1

(1)

Variation de bénéfice ou de perte de taux de change

(4)

(4)

Subvention salariale d’urgence du Canada en 2021

(12)

(12)

Variation de recouvrement ou charge d'impôts sur les bénéfices

(1)

(1)

Autres

3

3

Bénéfice net – 2022

40

17

Mesures non IFRS

BÉNÉFICE NET AJUSTÉ

Le bénéfice net ajusté est une mesure qui ne présente pas de signification normalisée ou de base de calcul cohérente selon les normes IFRS (mesure non-IFRS). Nous utilisons cette mesure comme un moyen plus utile de comparer notre rendement financier d'une période à l'autre. Le bénéfice net ajusté est notre bénéfice net attribuable aux actionnaires, ajusté pour mieux refléter la performance financière sous-jacente pour la période considérée. Nous estimons que, en plus des mesures classiques préparées conformément aux normes IFRS, certains investisseurs utilisent ces renseignements pour évaluer notre performance. Le bénéfice net ajusté est un des objectifs que nous mesurons pour servir de base à une partie de la rémunération annuelle des employés et des dirigeants (voir Mesures de nos résultats dans notre rapport de gestion 2021).

Nous prenons en compte les instruments dérivés dans le calcul du bénéfice net ajusté. Nous n'utilisons pas la comptabilité de couverture dans le cadre des normes IFRS. Nous devons donc déclarer les bénéfices et les pertes pour chaque activité de couverture, aussi bien pour les contrats se terminant durant la période que pour ceux étant en cours à la fin de la période. Pour les contrats qui restent en cours, nous devons les traiter comme s'ils étaient terminés à la fin de la période considérée (valeur de marché). Nous n'estimons toutefois pas que les bénéfices et les pertes que nous devons déclarer dans le cadre des IFRS reflètent correctement l'intention de nos activités de couverture. Nous apportons donc des ajustements au moment de calculer notre bénéfice net ajusté afin de mieux refléter l'impact de notre programme de couverture pour la période considérée. Pour plus d'informations, consultez la section Opérations de change dans notre rapport de gestion 2021.

Nous prenons également en compte les ajustements de nos provisions de remise en état, qui sont directement comptabilisés dans le bénéfice. Chaque trimestre, nous devons mettre à jour les provisions pour remise en état de toutes les opérations en fonction des nouvelles estimations des flux de trésorerie, des taux d'actualisation et des taux d'inflation. Cela se traduit normalement par un ajustement de l'actif de l'obligation de mise hors service d'immobilisations en plus du solde de la provision. Lorsque les actifs d'une opération ont été radiés en raison d'une dépréciation, comme c'est le cas pour nos activités de Rabbit Lake et des ISR aux États-Unis, l'ajustement est comptabilisé directement dans le compte de résultat comme "autres charges (produits) d'exploitation". Voir la note 8 de nos états financiers intermédiaires pour plus d'informations. Ce montant a été exclu de notre mesure du bénéfice net ajusté.

Le bénéfice net ajusté est une mesure financière non IFRS et ne doit pas être considéré de façon isolée et ne doit pas remplacer l'information financière préparée selon les normes comptables. D'autres sociétés peuvent calculer cette mesure différemment et il se peut donc que vous ne puissiez pas effectuer une comparaison directe avec des mesures similaires présentées par ces sociétés.

Le tableau ci-dessous rapproche le bénéfice net ajusté du bénéfice net pour le premier trimestre, et le compare à la même période en 2021.

TRIMESTRE CLOS

AU 31 MARS

(MILLIONS $)

2022

2021

Bénéfice net (perte nette) attribuable aux actionnaires

40

(5)

Ajustements

Ajustements sur les produits dérivés

(11)

(9)

Ajustements sur autre revenu d'exploitation

(19)

(22)

Impôt sur le revenu sur les ajustements

7

7

Bénéfice net ajusté (perte)

17

(29)

Faits saillants de certains segments

TRIMESTRE CLOS

AU 31 MARS

FAITS SAILLANTS

2022

2021

VARIATION

Uranium

Volume de production (millions lb)

1,9

-

>100%

Volume des ventes (millions lb)

5,9

5,0

18%

Prix de vente réalisé moyen1

(USD/lb)

43,24

32,25

34%

(CAD/lb)

55,05

41,05

34%

Chiffre d'affaires (millions $)

322

205

57%

Marge brute (perte brute) (millions $)

24

(64)

>100%

Services d'approvisionnement en combustible

Volume de production (millions kg U)

4,1

4,0

2%

Volume des ventes (millions kg U)

2,2

2,6

(15)%

Prix de vente réalisé moyen2

(CAD/kg U)

34,49

31,91

8%

Chiffre d'affaires (millions $)

76

84

(10)%

Marge brute (millions $)

26

27

(4)%

1

Le prix réalisé moyen de l'uranium est calculé comme le revenu des ventes de concentré d'uranium, frais de transport et de stockage, divisé par le volume de concentrés d'uranium vendus.

2

Le prix réalisé moyen des services de combustible est calculé comme le revenu de la vente de services de conversion et de fabrication, y compris les grappes de combustible et les composants de réacteur, frais de transport et de stockage, divisé par les volumes vendus.

Rapport de gestion et états financiers

Le rapport de gestion et les états financiers intermédiaires consolidés condensés non vérifiés du premier trimestre fournissent une explication détaillée de nos résultats d'exploitation pour le trimestre clos au 31 mars 2022, par rapport à la même période de l'exercice précédent. Ce communiqué de presse doit être lu conjointement avec ces documents, ainsi qu'avec nos états financiers consolidés vérifiés et nos notes pour l'exercice clos au 31 décembre 2021, notre rapport de gestion annuel, et notre plus récente notice annuelle, des documents qui sont tous disponibles sur notre site cameco.com, sur SEDAR à l'adresse sedar.com, et sur EDGAR à l'adresse sec.gov/edgar.shtml.

Personnes compétentes

Les informations techniques et scientifiques présentées dans ce document pour nos sites McArthur River/Key Lake, Cigar Lake et Inkai ont été approuvées par des personnes compétentes aux fins de l'instrument national 43-101:

MCARTHUR RIVER/KEY LAKE

  • Greg Murdock, directeur général, McArthur River/Key Lake, Cameco

CIGAR LAKE

  • Lloyd Rowson, directeur général, Cigar Lake, Cameco

INKAI

  • Sergey Ivanov, directeur général adjoint, services techniques, Cameco Kazakhstan LLP

Avertissement concernant les énoncés prospectifs

Ce communiqué de presse inclut des déclarations et des renseignements sur nos attentes pour le futur qui sont considérés être des énoncés prospectifs. Ces informations prospectives représentent notre point de vue actuel et peuvent changer considérablement, et les résultats réels peuvent différer sensiblement de ceux que nous prévoyons à l'heure actuelle.

Voici des exemples d'informations prospectives contenues dans ce communiqué de presse: notre point de vue selon lequel nous disposons d'un effet de levier sur la hausse des prix et d'un positionnement favorable pour continuer à saisir de la valeur de la transition de marché que nous estimons en cours; notre point de vue selon lequel les fondamentaux de l'uranium se caractérisent par une demande durable et sur l'ensemble du cycle dans un contexte de préoccupations croissantes en matière de sécurité de l'approvisionnement; notre point de vue selon lequel les gouvernements et décideurs politiques reconnaissent de plus en plus le rôle joué par le nucléaire dans la réalisation des objectifs zéro émission nette et autres; notre point de vue selon lequel une tendance se dessine en faveur d'utilisations commerciales non traditionnelles de l'énergie nucléaire au niveau mondial; notre point de vue selon lequel le marché de l'uranium est vulnérable en cas de choc dans la chaîne d'approvisionnement; notre point de vue selon lequel nous observons un réalignement géopolitique sans précédent dans le cycle du combustible nucléaire; notre point de vue selon lequel nous observons des services publics et certains intermédiaires et fournisseurs de services qui commencent à chercher à garantir leur approvisionnement en matériaux pour leurs obligations non couvertes; notre volonté de continuer à fournir notre uranium dans le cadre de contrats à long terme et de répondre à une demande croissante grâce à une production provenant des opérations qui dégagent les meilleures marges; notre engagement renouvelé en faveur de notre stratégie de discipline d'approvisionnement; notre plan, à compter de 2024, de tourner à environ 40% en-dessous de notre capacité de production (sur une base de 100%); notre intention de maintenir notre plan de production annoncé sous réserve de nouvelles améliorations sur le marché de l'uranium et d'avancées dans nos contrats à long terme; l'anticipation que nous resterons résilients; notre point de vue relatif à notre balance comptable et à notre capacité à autogérer les risques; notre optimisme quant à la capacité de Cameco à saisir de la valeur à long terme sur l'ensemble de la chaîne de combustible et à soutenir la transition vers une économie décarbonisée; la fiabilité et la capacité d'expansion de nos actifs de premier plan et la qualité de notre portefeuille d'exploration; nos efforts pour étendre notre champ d'action dans le cycle du combustible nucléaire et les utilisations innovantes de l'énergie nucléaire; notre engagement à relever les défis environnementaux, sociaux et de gouvernance qui pérenniseront notre activité selon nous; notre point de vue selon lequel nous sommes dans les premières phases d'une transition de marché; notre point de vue selon lequel nous disposons d'importants pourparlers contractuels dans un environnement tarifaire renforcé; notre point de vue selon lequel la disponibilité opérationnelle est en bonne voie pour McArthur River/Key Lake; notre prévision selon laquelle en 2022 nous pourrions produire jusqu'à 5 millions de livres (sur une base de 100%) d'uranium à McArthur River/Key Lake; nous avons un inventaire, des accords d'achat à long terme et des accords de prêt en place pour atténuer le risque de retard dans les livraisons d'Inkai en 2022; et la date prévue pour l'annonce de nos résultats du deuxième trimestre 2022.

Les risques importants qui pourraient entraîner un résultat différent incluent: des changements inattendus dans l'approvisionnement, la demande, les contrats à long terme et les prix de l'uranium; des changements dans la demande des consommateurs pour l'énergie nucléaire et l'uranium en raison d'une évolution sociétale et des objectifs liés à l'énergie nucléaire, à l'électrification et à la décarbonisation; nos attentes relatives aux fondamentaux du marché et la demande pour l'énergie nucléaire, le réalignement géopolitique dans le cycle de combustible nucléaire, et au transfert de l'attention des services publics et de certains intermédiaires et fournisseurs de services pourraient être incorrectes; notre portefeuille contractuel pourrait ne pas générer les avantages attendus de la hausse des prix de l'uranium ou le fait que nous ne parvenions pas à mener à bien notre stratégie contractuelle; nous pourrions ne pas avoir le niveau suffisant de solidité financière et la capacité à autogérer les risques; nos actifs de premier plan pourraient ne pas avoir les niveaux attendus de fiabilité ou de capacité d'expansion; notre portefeuille d'exploration pourrait ne pas avoir la qualité attendue; nous pourrions ne pas parvenir à étendre notre champ d'action dans le cycle du combustible nucléaire, ou à attirer des utilisations innovantes de l'énergie nucléaire, ou à capter de la valeur de la transition vers une économie à zéro émission nette; le risque que nous ne puissions poursuivre notre stratégie de discipline en matière d'approvisionnement; le risque que nous ne parvenions pas à réaliser des modifications pour les futurs niveaux d'exploitation et de production de Cigar Lake et McArthur River/Key Lake par rapport aux niveaux planifiés dans les délais attendus; le risque que nous ne parvenions pas à honorer nos engagements de ventes, toute raison confondue; le risque que nous ne parvenions pas à continuer à être résilients; les risques que notre activité associée avec la pandémie de COVID-19, aux perturbations de la chaîne d'approvisionnement mondiale, à l'incertitude et la volatilité économique et politique mondiale; le risque que nous ne parvenions pas à réaliser nos objectifs commerciaux d'une manière cohérente avec nos valeurs ESG et autres; le risque que la stratégie que nous exécutons ne soit pas couronnée de succès, ou que nous ne parvenions pas à l'exécuter efficacement; la perturbation ou le retard dans le transport de nos produits, y compris notre part de la production d'Inkai; le risque que nous ne parvenions pas à maîtriser les conséquences du retard dans la livraison de notre part de la production d'Inkai; et le risque que nous soyons retardés dans l'annonce de nos futurs résultats financiers.

Dans la présentation des informations prospectives, nous avons formulé des hypothèses importantes qui pourraient s'avérer erronées: la demande, l'approvisionnement, la consommation, les contrats à long terme et les prix de l'uranium; la hausse de la demande pour l'énergie nucléaire et l'acceptation du public au niveau mondial; notre production, nos ventes, nos livraisons, et nos coûts; notre capacité à élargir notre activité à de nouveaux domaines du cycle du combustible nucléaire et à réaliser des utilisations innovantes de l'énergie nucléaire; notre capacité à relever efficacement les défis ESG; les plans pour transporter efficacement nos produits, y compris notre part de la production d'Inkai; notre capacité à atténuer les conséquences négatives de retards dans la livraison de notre part de la production d'Inkai; les conditions du marché et d'autres facteurs sur lesquels nous avons basé nos plans et prévisions; la réussite de nos plans et stratégies, y compris les variations d'exploitation et de production planifiées; l'absence de réglementations, de politiques ou de décisions gouvernementales nouvelles et défavorables; l'absence de conséquences défavorables imprévues sur notre activité en raison de la pandémie de COVID-19, de perturbations dans la chaîne d'approvisionnement, et d'incertitude ou de volatilité économique ou politique; et notre capacité à annoncer au moment prévu nos futurs états financiers.

Veuillez également vous référer à la discussion dans notre rapport de gestion 2021 et à notre plus récente notice annuelle pour connaître les autres risques importants susceptibles de provoquer un écart substantiel entre les résultats réels et nos attentes actuelles, ainsi que d'autres hypothèses importantes que nous avons formulées. Les informations prospectives sont conçues pour vous aider à comprendre le point de vue actuel de la direction sur nos perspectives à court et long terme et peuvent ne pas convenir à d'autres fins. Nous ne mettrons pas nécessairement ces informations à jour à moins que les lois sur les valeurs mobilières ne l'imposent.

Téléconférence

Nous vous invitons à participer à notre téléconférence relative au premier trimestre le jeudi 5 mai 2022 à 8h00, heure de l'Est.

La téléconférence pourra être suivie par tous les investisseurs et membres de presse. Pour y participer, veuillez composer le (800) 319-4610 (Canada et États-Unis) ou le (604) 638-5340. Un opérateur connectera votre appel. Les vignettes et une webdiffusion en direct de la téléconférence seront accessibles via un lien fourni sur cameco.com. Vous trouverez ce lien sur notre page d'accueil le jour de la téléconférence.

Un enregistrement sera disponible

  • sur notre site web, cameco.com, peu après la fin de la téléconférence

  • jusqu'au 5 juin 2022 à minuit, heure de l'Est, en composant le (800) 319-6413 (Canada et États-Unis) ou le (604) 638-9010 (code 8606)

Date de publication du rapport pour le deuxième trimestre 2022

Nous prévoyons d'annoncer les résultats de notre deuxième trimestre 2022 avant l'ouverture des marchés le 27 juillet 2022.

Profil

Cameco est l'un des plus grands fournisseurs mondiaux de combustible d'uranium nécessaire pour alimenter en énergie un monde à l'air pur. Notre position concurrentielle se base sur le fait que nous détenons le contrôle des plus grandes réserves à haute teneur au monde, avec des opérations à faible coût. Les services publics du monde entier comptent sur nos produits de combustible nucléaire pour produire de l'électricité dans des réacteurs nucléaires sécuritaires, fiables et zéro carbone. Nos actions sont négociées à la bourse de Toronto et à la bourse de New York. Notre siège social est situé à Saskatoon, dans la Saskatchewan.

Tels qu'utilisés dans ce communiqué de presse, les termes "nous", "notre", "nos", "Société" et "Cameco" désignent Cameco Corporation et ses filiales, sauf mention contraire.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Consultez la version source sur businesswire.com : https://www.businesswire.com/news/home/20220504006227/fr/

Contacts

Demandes des investisseurs:
Rachelle Girard
306-956-6403
rachelle_girard@cameco.com

Demandes des médias:
Jeff Hryhoriw
306-385-5221
jeff_hryhoriw@cameco.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles