Marchés français ouverture 2 h 4 min
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,93 (+0,45 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,94 (-0,52 %)
     
  • Nikkei 225

    28 124,22
    -158,81 (-0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,0350
    -0,0055 (-0,53 %)
     
  • HANG SENG

    17 160,05
    -413,53 (-2,35 %)
     
  • BTC-EUR

    15 628,12
    -484,61 (-3,01 %)
     
  • CMC Crypto 200

    379,06
    -3,59 (-0,94 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     

Camaïeu liquidée, Pimkie menacée…: le modèle du prêt-à-porter à bout de souffle

AFP - DENIS CHARLET

Le verdict est tombé ce mercredi 28 septembre. L'enseigne de prêt-à-porter féminin Camaieu a été mise en liquidation. Résultat: 511 magasins seront fermés et 2.600 emplois supprimés.

Le pire scénario pour Camaieu ? "La liquidation judiciaire", répondait à Challenges un représentant de la CGT de l'enseigne de prêt-à-porter nordiste. Et le pire a fini par arriver ce mercredi 28 septembre. Moins de deux mois après son placement en redressement judiciaire, Camaieu dont les dettes dépassent aujourd'hui les 240 millions d'euros a été mis en liquidation. Si l'activité du groupe sera maintenue "jusqu'à samedi 23h00", ce sont ensuite 511 magasins qui baisseront le rideau et 2.600 emplois qui seront supprimés.

Le plan présenté au tribunal par l'actionnaire HPB -Hermione People and Brands- (Go Sport, la Grande Récré, Gap France…), filiale distribution de la FIB -Financière Immobilière Bordelaise- qui avait repris l'enseigne en août 2020, n'a en effet pas convaincu le tribunal. Il prévoyait de limiter la casse sociale, avec 500 suppressions de postes.

HPB s'était même dit prêt à injecter plus d'argent pour éviter la liquidation, mais à condition que l'Etat lui apporte son soutien financier pour sauver l'enseigne chahutée par la crise sanitaire et une cyberattaque survenue en juin 2021 qui a été particulièrement coûteuse pour le groupe. Mais Bercy avait jugé que cette demande n'était pas "réaliste".

Contactée par Challenges, la direction de HPB a fait savoir qu'elle ne souhaitait pas s'exprimer "pour l'instant". Devant les larmes des salariés provoquées par l'annonce de ce verdict, Michel Ohayon a déclaré : "on s'est battu pour cette entreprise", s'affirmant être "aussi atterré" qu'eux.

Lire aussi

Une action en justice prévue

En réalité, même avant que le tribunal de Lille ne prononce son verdict, les syndicats avouaient déjà "ne plus avoir confiance en leur actionnaire". "Nous sommes entre déception et colère", soufflait un représentant de la CGT peu après avoir entamé une journée de grève très suivie le 12 septembre dernier. Le syndicat libre au service des salariés de Camaieu -UPAE- a fait savoir à l'issue du CSE qui s'est déroulé le 27 septembre, en pr[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi