La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 797,97
    -201,44 (-1,26 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

Camaïeu : l'actionnaire demande une "avance de l'État" pour éviter la liquidation

Wikimedia Commons

L'actionnaire de Camaïeu "a demandé une avance de l'État" pour boucler son plan de relance du géant nordiste de prêt-à-porter, en redressement judiciaire, prévoyant la fermeture de 208 magasins et la suppression de quelque 500 emplois sur environ 2.600, a indiqué lundi 26 septembre la direction à l'AFP. "Il s'agirait d'une intervention de l'État sous avance remboursable", a précisé à l'AFP Wilhelm Hubner, président d'Hermione People and Brands (HPB), la division distribution de la Financière immobilière bordelaise (FIB) de l'homme d'affaires Michel Ohayon, qui avait repris Camaïeu en 2020.

Cette demande est actuellement discutée avec le gouvernement alors que le tribunal de commerce de Lille doit examiner mercredi le plan de continuation de Camaïeu, placé en redressement judiciaire le 1er août avec des dettes de 240 millions d'euros, dont quelque 70 millions d'impayés de loyers, selon M. Hubner.

"Tout le monde sait qu'il y a urgence" pour sauver Camaïeu, ce qu'HPB "est le seul" à pouvoir faire, après le retrait de divers candidats à la reprise, dont le fonds américain Gordon Brothers, a mis en avant M. Hubner. En cas de rejet du plan de relance par le tribunal de commerce, l'autre option serait la liquidation, a-t-il dit. Aux termes de ce plan, Camaïeu "se séparerait de 208 magasins structurellement non rentables", en gardant 308, et préserverait "80% des 2.600 emplois", a-t-il détaillé.

Son financement repose sur la cession – si elle est autorisée par le tribunal – du siège et (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Prix de l'énergie : comment la RATP envisage de limiter ses coûts
Les profits mirobolants de Total vont-ils durer ?
CAC 40 : la Bourse de Paris dans le vert, les banques centrales vont prendre la parole
TotalEnergies : les salariés français du groupe en grève pour les salaires
Sa facture d'électricité explose, une boulangerie forcée de fermer ses portes