La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 782,65
    -48,00 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 669,54
    -35,31 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    30 989,61
    +65,47 (+0,21 %)
     
  • EUR/USD

    1,1915
    -0,0064 (-0,54 %)
     
  • Gold future

    1 693,10
    -7,60 (-0,45 %)
     
  • BTC-EUR

    39 965,16
    -1 945,04 (-4,64 %)
     
  • CMC Crypto 200

    952,64
    +9,46 (+1,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,72
    +1,89 (+2,96 %)
     
  • DAX

    13 920,69
    -135,65 (-0,97 %)
     
  • FTSE 100

    6 630,52
    -20,36 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    12 583,97
    -139,51 (-1,10 %)
     
  • S&P 500

    3 766,12
    -2,35 (-0,06 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,79 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,50 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3820
    -0,0074 (-0,53 %)
     

La Californie en route vers la parité dans les entreprises

·2 min de lecture

La loi de 2018 qui instaure des quotas de femmes dans les conseils d’administration californiens finit de se déployer en 2021. Nadine Pichelot (Anaplan) témoigne de cette nouvelle réalité.

Pour les entreprises dont le siège se trouve en Californie, l’année 2021 sera celle de la parité entre les hommes et les femmes au sein des conseils d’administration. Souvent critiquée pour le machisme de ses dirigeants et le nombre trop faible de femmes à des postes-clés, la patrie a été sommée par le législateur de lancer sa révolution paritaire, en commençant par les conseils. Une obligation qui concerne aussi bien les géants de la tech comme Google, Intel ou Apple que les start-ups de la Silicon Valley, à partir du moment où elles sont cotées.

En nommant à son conseil Brooke Major-Reid, la directrice financière de Macy’s, le 23 novembre 2020, Anaplan a largement devancé l’appel de la loi californienne sur la parité. Cette société basée à San Francisco, dont la plateforme sur le cloud permet de connecter des équipes et de partager plans et données, porte ainsi à trois le nombre de ses administratrices. C’est précisément l’objectif fixé pour la fin 2021 par la loi SB-826 de septembre 2018 pour les sociétés dont le conseil d’administration compte au moins six personnes. Pour cinq administrateurs, il faudra que deux femmes soient nommées avant cette date. Un premier seuil avait été fixé par la loi au 1er janvier 2020, date à laquelle les entreprises devaient avoir nommé au moins une administratrice, faute de quoi elles s’exposaient à une amende de 100.000 dollars.

Modifier les processus de recrutement

"Nous nous démarquons bien dans le monde de la tech", estime Nadine Pichelot, directrice financière Europe, Afrique et Moyen-Orient d’Anaplan. Cette start-up créée en 2006, qui emploie aujourd’hui 1.800 personnes, affiche une forte croissance, avec un chiffre d’affaires de 348 millions de dollars à fin janvier 2020. Et elle compte plus de femmes que la moyenne à des postes à responsabilité comme le développement, la stratégie et les ressources humaines, un choix qui vient du sommet de l’entreprise.

Lire aussi

Pour obtenir plus de diversité, souligne Nadine Pichelot,[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi