La bourse ferme dans 6 h 11 min
  • CAC 40

    5 523,18
    -0,34 (-0,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 580,92
    -11,91 (-0,33 %)
     
  • Dow Jones

    30 937,04
    -22,96 (-0,07 %)
     
  • EUR/USD

    1,2129
    -0,0040 (-0,33 %)
     
  • Gold future

    1 844,40
    -6,50 (-0,35 %)
     
  • BTC-EUR

    25 826,88
    -612,66 (-2,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    628,64
    -11,28 (-1,76 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,89
    +0,28 (+0,53 %)
     
  • DAX

    13 820,75
    -50,24 (-0,36 %)
     
  • FTSE 100

    6 641,89
    -12,12 (-0,18 %)
     
  • Nasdaq

    13 626,06
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    3 849,62
    -5,74 (-0,15 %)
     
  • Nikkei 225

    28 635,21
    +89,03 (+0,31 %)
     
  • HANG SENG

    29 297,53
    -93,73 (-0,32 %)
     
  • GBP/USD

    1,3736
    +0,0004 (+0,03 %)
     

Cahors: des cocktails Molotov lancés dans la cour du commissariat

Ma. D.
·1 min de lecture
Une partie du parc automobile de la police et de la gendarmerie est hors d'âge - Philippe Huguen-AFP
Une partie du parc automobile de la police et de la gendarmerie est hors d'âge - Philippe Huguen-AFP

Plusieurs engins incendiaires ont été lancés vendredi vers 22h00 dans la cour du commissariat de Cahors où trois véhicules ont brulé, a appris l'AFP de source syndicale.

"Au moins trois cocktails molotov ont été lancés depuis la rue dans la cour du commissariat. Un véhicule particulier a été entièrement brulé et un véhicule de police et un autre véhicule particulier ont été endommagés", a indiqué le secrétaire régional d'Alliance Police nationale Philippe Lavenu.

"Il n'y a pour le moment aucune revendication ni rien qui pourrait laissé penser à un mobile, comme un démantèlement de trafic récent ou une interpellation particulière", a ajouté le représentant syndical affirmant qu'il n'y avait eu aucun blessé dans cette attaque.

"Ce n'est pas à qui que ce soit, avec des moyens de guérilla, de se faire justice", a souligné Philippe Lavenu évoquant une explication possible due au contexte de plusieurs affaires mettant en cause des policiers.

Le tabassage samedi dernier d'un producteur de musique parisien dont la vidéo a été largement diffusée a notamment provoqué une vague d'indignation jusqu'au sommet de l'Etat, Emmanuel Macron ayant dénoncé vendredi une "agression inacceptable".

La préfecture du Lot a indiqué dans un communiqué qu'une enquête avait été confiée à "la direction départementale de la sécurité publique et au SRPJ de Toulouse" par le procureur de la République de Cahors.

Le préfet du Lot condamne "fermement cette attaque criminelle qui touche une institution de la République".

Article original publié sur BFMTV.com