Marchés français ouverture 6 h 48 min
  • Dow Jones

    34 022,04
    -461,68 (-1,34 %)
     
  • Nasdaq

    15 254,05
    -283,64 (-1,83 %)
     
  • Nikkei 225

    27 785,39
    -150,23 (-0,54 %)
     
  • EUR/USD

    1,1325
    +0,0003 (+0,02 %)
     
  • HANG SENG

    23 658,92
    +183,66 (+0,78 %)
     
  • BTC-EUR

    50 435,85
    -666,23 (-1,30 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 450,13
    -18,95 (-1,29 %)
     
  • S&P 500

    4 513,04
    -53,96 (-1,18 %)
     

Cafouillage sur le diagnostic de performance énergétique

·2 min de lecture

Entrée en vigueur cet été, la nouvelle méthode de calcul du DPE doit être corrigée pour novembre. En cause : un mauvais paramétrage de plusieurs critères.

Il devait être "plus fiable et plus lisible" pour devenir "opposable"… Entré en vigueur le 1er juillet, le nouveau (DPE), avec sa méthode de calcul rénovée, affichait de hautes ambitions juridiques et environnementales pour les à la vente ou à la location. Concrètement, les nouvelles étiquettes (avec des notes allant de A à G) intégraient deux volets: la consommation énergétique (en kilowattheure d'énergie primaire par mètre carré par an) et les émissions de gaz à effet de serre du logement (en kilogramme équivalent de CO par mètre carré par an). Et surtout, en cas d'erreur sur l'étiquette, un acquéreur pouvait se retourner contre son vendeur pour préjudice et le contraindre à réaliser des travaux de rénovation énergétique.

Erreurs sur les paramètres du DPE

Las, le 24 septembre, la Direction générale de l'aménagement, du logement et de la nature du ministère de la Transition écologique recommandait aux diagnostiqueurs immobiliers de suspendre l'édition des DPE pour les logements construits avant 1975, sauf pour les transactions urgentes. Motif: une explosion des étiquettes F et G qui révèlent un mauvais paramétrage de certains critères du moteur de calcul du DPE. "Il y avait quatre principales erreurs sur l'aération des logements, l'étanchéité à l'air, la qualification des murs et la prise en compte du chauffage de l'eau chaude sanitaire", explique Thierry Marchand, président de la CDI-Fnaim. Résultat, "certains logements ont perdu jusqu'à deux classes sur leur étiquette, confirme Yannick Ainouche, PDG du réseau EX'IM. Par exemple, la consommation d'énergie pour la production d'eau chaude retenue était 30 fois supérieure à ce que l'on constatait en pratique !"

Lire aussi

Après réunion de l'ensemble des professionnels le 4 octobre, la ministre déléguée chargée du Logement a acté des corrections sur la méthode de calcul par un arrêté du 8 octobre. La nouvelle mouture sera mise en œuvre à partir du 1er novembre. "Les DPE déjà réalisés seront réédités gratuitement", s[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles