La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 989,43
    -284,44 (-0,94 %)
     
  • Nasdaq

    11 109,26
    -39,37 (-0,35 %)
     
  • Nikkei 225

    27 311,30
    +190,80 (+0,70 %)
     
  • EUR/USD

    0,9813
    -0,0072 (-0,73 %)
     
  • HANG SENG

    18 012,15
    -75,82 (-0,42 %)
     
  • BTC-EUR

    20 472,95
    -215,06 (-1,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    456,92
    -6,21 (-1,34 %)
     
  • S&P 500

    3 755,46
    -27,82 (-0,74 %)
     

Des cafards avec des sacs à dos à énergie solaire

Après la libellule et le bourdon transformés en drones, voici la version la plus effrayante de l’insecte cyborg : le cafard télécommandé. Plus précisément, il s’agit d’une blatte de Madagascar. Dans un article publié dans la revue npj Flexible Electronics, une équipe de chercheurs détaille la méthode pour prendre le contrôle de cet insecte grâce à un « sac à dos » solaire.

Le dispositif est composé d’un petit support imprimé en 3D et collé sur le thorax de la blatte. Celui-ci tient les composants électroniques, dont un module sans fil nRF24L01 et une batterie au lithium-polymère de 40 mAh, tous les deux connectés à une carte Arduino Pro mini. La batterie est rechargée grâce à une cellule solaire organique ultrafine de seulement 4 micromètres d’épaisseur qui produit 17,2 milliwatts de puissance électrique, collée sur l’abdomen du cafard.

Ce dispositif permet de commander une blatte sans fil. © Y. Kakei et al.
Ce dispositif permet de commander une blatte sans fil. © Y. Kakei et al.

Des blattes cyborgs commandées en Bluetooth

La cellule solaire est divisée en bandes, ce qui lui permet de se déformer et de ne pas gêner les mouvements de la blatte. Grâce au petit module sans fil, ils ont pu commander l’insecte par Bluetooth, et ce sans insérer des électrodes dans le corps de l’insecte. Ils ont utilisé des stimulations électriques directement sur les cerques, des appendices à l’extrémité de l’abdomen. Appliquez un courant électrique sur celui de gauche, et la blatte tourne à gauche, et inversement.

Cette solution s’est avérée particulièrement durable, puisque le dispositif peut rester coller pendant un mois entier. Une fois chargée, la batterie fonctionne pendant environ deux heures. Ce sont les communications qui consomment le plus, et donc l’autonomie pourrait être prolongée en les optimisant. Les blattes étant nocturnes et photophobes, les chercheurs ont également suggéré d’ajouter des capteurs de température et des photodiodes. Grâce à un algorithme, le système pourrait ainsi obliger l’insecte à rester sous la lumière pour charger la batterie.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura