Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 724,32
    +97,19 (+1,27 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 043,02
    +66,89 (+1,34 %)
     
  • Dow Jones

    40 000,90
    +247,15 (+0,62 %)
     
  • EUR/USD

    1,0910
    +0,0040 (+0,37 %)
     
  • Gold future

    2 416,00
    -5,90 (-0,24 %)
     
  • Bitcoin EUR

    54 621,54
    +944,81 (+1,76 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 246,28
    +47,71 (+3,98 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,18
    -0,44 (-0,53 %)
     
  • DAX

    18 748,18
    +213,62 (+1,15 %)
     
  • FTSE 100

    8 252,91
    +29,57 (+0,36 %)
     
  • Nasdaq

    18 398,45
    +115,04 (+0,63 %)
     
  • S&P 500

    5 615,35
    +30,81 (+0,55 %)
     
  • Nikkei 225

    41 190,68
    -1 033,34 (-2,45 %)
     
  • HANG SENG

    18 293,38
    +461,05 (+2,59 %)
     
  • GBP/USD

    1,2989
    +0,0074 (+0,58 %)
     

Les « cafés mortels », une autre façon de parler du deuil

Les participants au « café de la mort » organisé à Nantes (Loire-Atlantique), le 7 septembre 2023.  - Credit:
Les participants au « café de la mort » organisé à Nantes (Loire-Atlantique), le 7 septembre 2023. - Credit:

Le lieu, niché dans une rue sans commerce, se veut intimiste. Ce soir-là, une douzaine de personnes poussent la porte, parfois avec timidité, de ce petit salon de thé nantais spécialement ouvert pour l'occasion. Le groupe – qui ne compte qu'un homme – prend place autour d'une grande tablée aux chaises dépareillées. Les convives ont choisi un thé glacé ou de l'eau pétillante, l'« apéro de la mort » – un nom déposé – peut commencer.

« C'est un temps libre et sans jugement, pour déposer ce dont on a envie et parler sans obligation », instaure d'emblée Marine Nina Denis, co-organisatrice de l'événement et accompagnante de fin de vie – désormais aussi appelée thanadoula (mélange de « Thanatos [mort] » et « doula [personne qui apporte du soutien] »). Pendant deux heures, les participants, qui ne se connaissent pas, vont échanger sur la mort et le deuil.

Le concept d'« apéro » ou « café mortel », selon le moment de la journée, vient de Suisse, pensé par l'anthropologue Bernard Crettaz, décédé en 2022. Ces rendez-vous, organisés par des associations ou des professionnels indépendants, se répandent dans toujours plus de villes alors que 88 % des Français déclaraient, en 2021, avoir vécu un deuil qui les a particulièrement affectés, selon une enquête du Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie.

« Sortir la mort du placard »

Sourire aux lèvres, Marine Nina Denis invite chacun à se présenter avant d'ouvrir la discussion. « Pourquoi voulez-vo [...] Lire la suite