Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 834,86
    +56,76 (+0,15 %)
     
  • Nasdaq

    17 862,23
    +5,21 (+0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    38 570,76
    +88,65 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0749
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    18 430,39
    +514,84 (+2,87 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 487,70
    +17,67 (+0,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 379,45
    +41,70 (+3,12 %)
     
  • S&P 500

    5 487,03
    +13,80 (+0,25 %)
     

Le café gourmand, le dessert qui fait les affaires des restaurateurs

PIXABAY

Le café gourmand, cette délicieuse fusion entre le café et les mini-douceurs sucrées, est devenu un incontournable dans le paysage culinaire français. Chaque année, pas moins de 750 millions de ces petits plaisirs sont dégustés dans les restaurants tricolores, selon France 2, ce qui en fait la moitié des desserts servis. Mais comment ce dessert est-il devenu une véritable mine d'or pour les établissements de restauration ?

Au cœur de la capitale, dans un bistrot typiquement parisien, une famille de clients réguliers commande systématiquement un café gourmand en fin de repas. L'une d’eux explique : «Je ne peux pas finir un repas sans manger du sucré, je trouve que c'est un bon compromis.» Comme elle, son conjoint est totalement séduit par la formule : «Je ne suis pas très dessert habituellement, mais le café gourmand, c'est du pur plaisir… dispersé.»

En cuisine, rien ne se perd, tout se transforme. Les desserts non dégustés de la veille trouvent une nouvelle vie en tant que café gourmand. «Ça me coûte 2,35 euros hors taxes et je le vends 9,70 euros TTC, se frotte les mains le patron d'un restaurant interrogé par nos confrères. «On fait environ 7 euros de marge», compte-t-il. Et de conclure : «Quand on fait le café gourmand, on est jamais perdants.»

L'histoire du café gourmand remonte à 1995, lorsque les desserts connaissaient une baisse de popularité. Le café gourmand a relancé leurs ventes, confirme Bernard Boutboul, l'un des pionniers de ce concept. Mais le problème aujourd'hui, (...)

PUBLICITÉ

(...) Cliquez ici pour voir la suite

164 flashs par jour : dans ce département, les radars font du chiffre
Inflation alimentaire : le gouvernement promet des baisses de prix dès janvier
Inflation alimentaire : le gouvernement promet des baisses de prix dès janvier
Bourse : «le Nasdaq 100 a signé un gros rebond mais n’a pas envoyé un signal haussier convaincant»
Bourse : «le Nasdaq 100 a signé un gros rebond mais n’a pas envoyé un signal haussier convaincant»