Publicité
La bourse ferme dans 7 h 54 min
  • CAC 40

    8 017,47
    +35,96 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 935,69
    +21,56 (+0,44 %)
     
  • Dow Jones

    37 753,31
    -45,66 (-0,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,0684
    +0,0009 (+0,09 %)
     
  • Gold future

    2 393,50
    +5,10 (+0,21 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 179,43
    -2 398,80 (-4,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,57
    -0,12 (-0,15 %)
     
  • DAX

    17 815,38
    +45,36 (+0,26 %)
     
  • FTSE 100

    7 888,98
    +40,99 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    15 683,37
    -181,88 (-1,15 %)
     
  • S&P 500

    5 022,21
    -29,20 (-0,58 %)
     
  • Nikkei 225

    38 079,70
    +117,90 (+0,31 %)
     
  • HANG SENG

    16 411,86
    +160,02 (+0,98 %)
     
  • GBP/USD

    1,2468
    +0,0012 (+0,09 %)
     

Les cadres prêts à démissionner en masse si le télétravail est supprimé

Adobe Stock

Le télétravail régulier est «désormais bien installé dans l'organisation du travail des cadres», selon une étude de l'Apec publiée mardi, qui montre que près d'un cadre sur deux (45%) démissionnerait si l'accès au télétravail leur était supprimé. L'enquête de l'Association pour l'emploi des cadres rapporte qu'aucun «retour en arrière n'est envisageable pour les cadres» et souligne que 69% seraient mécontents en cas de réduction du télétravail (82% en cas de suppression).

Deux tiers des cadres interrogés télétravaillent au moins un jour par semaine, dont un quart plus de deux jours par semaine, preuve de l'essor considérable du télétravail dans cette catégorie professionnelle depuis quelques années et la pandémie de Covid-19. Un cadre sur deux (51%) considère même que le recours au télétravail n'est plus une option mais un acquis, rejoindre une entreprise sans accès au télétravail étant devenu rédhibitoire.

Cette pratique permet à sept cadres sur dix d'organiser leurs tâches en fonction du lieu de travail, favorisant le travail sur site pour les tâches collectives (61%) et optant davantage pour le travail à domicile pour les tâches individuelles (51%). Les cadres identifient toutefois certains points de vigilance pour optimiser la pratique du travail hybride : ils pointent notamment une moindre intégration des nouveaux salariés dans l'équipe (48%), un brouillage des frontières entre vie personnelle et professionnelle (40%) ou encore la peur de rater des communications importantes (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Étude alarmante : plus de 51 000 chefs d'entreprise «au chômage» en 2023
Ramadan 2024 : congés, horaires de travail… quels sont vos droits en tant que salarié ?
Que faire si mon chef est bien plus jeune que moi ?
Licenciement : quel risque si je publie des opinions racistes sur les réseaux sociaux de mon entreprise ?
Intelligence artificielle: pourquoi les femmes sont absentes de ces métiers en plein boom ?