La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 782,65
    -48,00 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 669,54
    -35,31 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,16 (+1,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,1925
    -0,0054 (-0,45 %)
     
  • Gold future

    1 698,20
    -2,50 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    40 559,84
    +641,07 (+1,61 %)
     
  • CMC Crypto 200

    982,93
    +39,75 (+4,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,28
    +2,45 (+3,84 %)
     
  • DAX

    13 920,69
    -135,65 (-0,97 %)
     
  • FTSE 100

    6 630,52
    -20,36 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,68 (+1,55 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,78 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,50 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3827
    -0,0067 (-0,48 %)
     

Ce que cache l'utopie martienne

·2 min de lecture

TRIBUNE - Le rêve d’épopée martienne n’est peut-être qu’une métaphore pour notre (in)capacité à nous changer nous-mêmes et à corriger nos erreurs du passé, estime le philosophe et conférencier Guillaume von der weid.

Perseverance, le véhicule d’étude de la NASA, . Parmi ses missions : chercher les traces d’une vie passée. Pour certains, c’est une première étape pour la rendre habitable. Ainsi, malgré les récents accidents des fusées de SpaceX, son entreprise astronautique, Elon Musk a annoncé le début de la colonisation de Mars pour 2024, . La menace du réchauffement climatique et de la prolifération atomique, de la pollution généralisée et de la disparition des espèces seraient l’occasion d’un radical nouveau départ. La planète va mal, la technologie va bien, et Mars serait la prometteuse conclusion de cet antagonisme, le croisement du progrès technologique et de la dégradation écologique nous permettant de fuir l’une en nous appuyant sur l’autre. Aussi disposerions-nous bientôt d’une planète toute neuve, récompensés de notre ingéniosité par la création d’un milieu parfaitement adapté à nos besoins.

C’est une belle histoire. Trop belle sans doute, et dont on peut douter pour cette raison même, comme Freud doutait d’une religion dont les promesses étaient trop ajustées à ses propres désirs pour ne pas être suspecte d’en dériver. Et justement : au lieu de dénoncer l’irréalisme du projet martien de l’extérieur en soulignant les insurmontables difficultés techniques que d’hypothétiques progrès pourront toujours prétendre surmonter, il est sans doute plus judicieux d’en montrer de l’intérieur la nature illusoire. Comme toute utopie en effet, ce projet de déménagement interplanétaire, au lieu de partir du réel pour l’améliorer par petite touches cumulatives, inverse la logique en partant des solutions parfaites qu’on imagine, pour construire rétroactivement les moyens d’y parvenir, moyens que la lumière de leur but idéal tend à surévaluer. Réciproquement, on rend vraisemblable la perfection du but en la disséminant dans le pavement technologique du chemin y conduisant. Comment nous y sommes-nous laissé prendre ?

Accès à une planète nouvelle

D’abord, cette utopie présente , y compris [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi