Marchés français ouverture 8 h 47 min

Pire journée de l'histoire du CAC40, krach à Wall Street... la croissance inquiète

Entre la pandémie de coronavirus et les annonces de Donald Trump relatifs à la suspension des voyages d'Europe vers les Etats-Unis, les Bourses d'Asie ont plongé... et le CAC40 n'a pas été épargné.

Le CAC40 a accentué ses pertes après les annonces de la BCE (-12,28%, record historique depuis sa création en 1988), alors que l'inquiétude entourant le coronavirus (une épidémie élevée au rang de pandémie par l'Organisation mondiale de la santé) s'étend et que Donald Trump vient de suspendre les voyages vers les Etats-Unis en provenance d'Europe. La Bourse de Tokyo a encore abruptement chuté (-4%), tandis que celle de Sydney a signé sa plus forte baisse en une séance depuis 2008 ! A la Bourse de Paris, les valeurs liées au tourisme (Aéroports de Paris, Air France-KLM, Accor) et au transport aérien (Safran, Airbus) subissent un plongeon marqué. La BCE voit une "considérable aggravation" des perspectives de croissance, a indiqué Christine Lagarde. Non seulement l'épidémie affecte les chaînes d'approvisionnement, "perturbant les plans de production dans le secteur manufacturier", mais "les mesures nécessaires de confinement" bouleversent bien plus largement l'activité, a souligné Mme Lagarde, qui a par ailleurs fustigé "la lenteur et la complaisance" des gouvernements en zone euro.

L'Union européenne va "évaluer" jeudi la situation pour tenter "d'éviter" les retombées économiques de la décision de Donald Trump concernant les voyageurs ayant séjourné en Europe, a assuré jeudi le président du Coneil européen Charles Michel. "A la suite de l'interdiction de voyage annoncée par le Donald Trump, nous allons évaluer la situation aujourd'hui" jeudi, a indiqué M. Michel dans un tweet en anglais. "La perturbation économique doit être évitée", a-t-il ajouté, quelques heures après l'annonce surprise du président américain suspendant pour 30 jours l'entrée aux Etats-Unis des voyageurs ayant séjourné en Europe pour endiguer l'épidémie de coronavirus.

La décision de la BCE de ne pas abaisser son taux de dépôt a été mal accueillie sur les marchés européens. Une action de la banque centrale était

Cliquez ici pour voir la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

Le plongeon du pétrole va-t-il couler le Venezuela ?
Tom Hanks, Augustin de Romanet... ces personnalités contaminées par le coronavirus
Donald Trump veut reporter d’un an les jeux olympiques de Tokyo
Retraite complémentaire : les comptes de l’Agirc-Arrco basculent dans le vert
Face au coronavirus, Boris Johnson veut que le Royaume-Uni dépense à tout va