Publicité
La bourse ferme dans 24 min
  • CAC 40

    7 672,10
    +101,90 (+1,35 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 941,49
    +56,04 (+1,15 %)
     
  • Dow Jones

    38 889,32
    +54,46 (+0,14 %)
     
  • EUR/USD

    1,0725
    -0,0023 (-0,21 %)
     
  • Gold future

    2 377,10
    +30,20 (+1,29 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 448,71
    -121,70 (-0,20 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 347,43
    -35,23 (-2,55 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,24
    +0,67 (+0,82 %)
     
  • DAX

    18 219,66
    +151,75 (+0,84 %)
     
  • FTSE 100

    8 262,86
    +57,75 (+0,70 %)
     
  • Nasdaq

    17 899,46
    +37,23 (+0,21 %)
     
  • S&P 500

    5 497,60
    +10,57 (+0,19 %)
     
  • Nikkei 225

    38 633,02
    +62,26 (+0,16 %)
     
  • HANG SENG

    18 335,32
    -95,07 (-0,52 %)
     
  • GBP/USD

    1,2688
    -0,0034 (-0,27 %)
     

CAC 40, croissance… «gare à l’onde de choc de la dissolution et de la crise politique en France»

d3sign/Getty Images

Depuis le 9 juin 2024 et la dissolution de l’Assemblée Nationale décidée par M. Macron, la France est entrée dans une grave crise politique. Dès le 10 juin au matin, les taux d’intérêt de la dette publique française ont fortement augmenté, le CAC 40 a chuté et l’euro s’est déprécié. Face à cette déflagration politique et à ces dangereuses évolutions financières, de nombreuses questions se posent et notamment la suivante : Quelles seront les conséquences économiques et financières de cette crise politique ? Celles-ci seront malheureusement graves et au moins à quatre niveaux. Tour d’horizon.

Premièrement, cette crise politique engendre mécaniquement une augmentation de l’incertitude économique, sociale et sociétale. Dans ce cadre, et dès le mois de juin, de nombreux projets qui étaient «dans les tuyaux» risquent d’être reportés, voire abandonnés. D’où une baisse significative de l’activité, qui était déjà particulièrement moribonde. En effet, en mai, la France s’est déjà illustrée en étant le seul pays à afficher un indice des directeurs d’achat (PMI) composite (donc tous secteurs d’activité confondus) inférieur à 50, à précisément 48,9, c’est-à-dire en zone de récession (la barre des 50 sépare l’expansion de la contraction de l’activité, NDLR). Avant même la déflagration du 9 juin, le PIB français était donc déjà sur la voie de la baisse. Il est clair que désormais ce repli de l’activité économique va s’aggraver. Et ce, d’autant que :

Deuxièmement et comme cela s’observe depuis (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Introduction en Bourse : selon Euronext, «la fenêtre est en train de se rouvrir»
Bourse : que faire après la dissolution de l’Assemblée nationale et les élections européennes ?
Bourse : BNP Paribas, Crédit agricole, Société générale… la chute jusqu’où ?
Avec le RN de Jordan Bardella, on va taper dans votre «épargne dormante» !
L’euro chute face au dollar et à la livre Sterling, poussée de l’extrême droite en Europe