La bourse ferme dans 3 h 27 min
  • CAC 40

    7 018,66
    +152,88 (+2,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 237,12
    +100,01 (+2,42 %)
     
  • Dow Jones

    35 227,03
    +646,95 (+1,87 %)
     
  • EUR/USD

    1,1256
    -0,0030 (-0,27 %)
     
  • Gold future

    1 784,10
    +4,60 (+0,26 %)
     
  • BTC-EUR

    45 348,46
    +1 934,52 (+4,46 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 318,34
    +58,18 (+4,62 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,54
    +2,05 (+2,95 %)
     
  • DAX

    15 694,14
    +313,35 (+2,04 %)
     
  • FTSE 100

    7 317,29
    +85,01 (+1,18 %)
     
  • Nasdaq

    15 225,15
    +139,68 (+0,93 %)
     
  • S&P 500

    4 591,67
    +53,24 (+1,17 %)
     
  • Nikkei 225

    28 455,60
    +528,23 (+1,89 %)
     
  • HANG SENG

    23 983,66
    +634,28 (+2,72 %)
     
  • GBP/USD

    1,3251
    -0,0009 (-0,07 %)
     

Le CAC 40 brille grâce au luxe

·2 min de lecture

Début novembre, l'indice a dépassé les 7.000 points. Grâce à des valeurs stars bien différentes que lors de son précédent record historique, en 2000.

Effaçant son précédent record qui datait de septembre 2000, juste avant l'explosion de la bulle Internet, le CAC 40 a dépassé la barre symbolique des 7.000 points le 5 novembre et oscille entre 7000 et 7 150 depuis cette date. En vingt ans, la capitalisation boursière de l'indice phare de la place parisienne a grimpé de 1,3 milliard d'euros à près de 2,3 milliards et représente toujours 80% des transactions quotidiennes du marché actions. Mais derrière cet éclatant retour en grâce, la situation a bien changé et toutes les entreprises n'ont pas connu le même destin boursier.

Un renforcement du luxe au détriment des telecoms et des banques

En septembre 2000, la première capitalisation du CAC 40 s'appelait France Télécom et pesait 174 milliards d'euros. Aujourd'hui, elle s'appelle et ne vaut plus que 25,5 milliards. C'est la deuxième plus forte baisse de l'indice, derrière Alstom. Les premières positions du CAC 40 sont désormais trustées par le secteur du luxe, qui pèse plus du quart de l'indice: (actionnaire de Challenges), , et le groupe (ex-propriétaire de La Redoute, de la Fnac et du Printemps, qui a racheté de grands noms de la haute couture : Gucci, Yves Saint Laurent, Balenciaga… ). "On voit d'où vient la création de valeur: la montée en puissance du luxe, des secteurs du diagnostic avec Eurofins ou de l'aéronautique avec . A l'inverse, l'industrie traditionnelle et les banques ont souffert, car elles ont dû faire face à de lourds investissements pour affronter des changements structurels" , analyse Anne d'Anselme, directrice générale adjointe de Cogefi Gestion. A noter que les deux plus fortes hausses de l'indice sur vingt ans ne l'ont intégré que très récemment: Hermès en juin 2018 et Eurofins Scientific en septembre 2021. Les champions des vingt prochaines années ne figurent donc peut-être pas encore parmi les 40 mégastars actuelles de la cote française.

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles