Publicité

CAC 40 : la Bourse surprend positivement, pourquoi ? Le rally peut-il continuer ?

kovalenkovpetr / Adobe Stock

La Bourse de Paris a bien entamé le millésime 2024. Après un parcours déjà très enviable depuis le plancher majeur d’octobre 2023, le CAC 40 a poursuivi sur sa lancée en janvier, en gagnant 1,5% sur le mois écoulé. Au-delà de risques persistants, les investisseurs en actions continuent en effet de voir le verre à moitié plein, d’autant que le contexte s’est globalement amélioré ces derniers mois. En particulier, les taux à long terme ont plongé depuis leurs pics majeurs d’octobre dernier.

Un phénomène salutaire, qui dope la valeur théorique des actions cotées en Bourse (dont la rentabilité est jugée relativement plus attractive qu’avant, comparée à la rémunération des obligations d’Etat). Le taux à 10 ans des Etats-Unis est ainsi revenu de 5% à moins de 4% en moins de deux mois. Par ailleurs, l’économie mondiale a fait de la résistance, «surtout aux Etats-Unis», observe à cet égard LBP AM (La Banque Postale Asset Management), le pôle de gestion d’actifs de La Banque Postale.

Et alors que l’inflation «ralentit très nettement», note le gérant d’actifs, le point haut sur les taux directeurs des grandes banques centrales (Fed et BCE) est a priori derrière nous, même si le calendrier des baisses de taux à venir reste imprécis. La Fed «laisse la porte ouverte à un abaissement des taux directeurs. Et les grandes banques centrales envisagent d’assouplir leurs politiques monétaires» dans un avenir pas si lointain, fait valoir LBP AM, pour qui un atterrissage brutal de l’économie est un (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

BNP Paribas : où va la banque en Bourse, après un sérieux trou d’air ?
La Sacem touchera bien des droits d'auteur... sur les musiques diffusées lors des enterrements
Bourse : CAC 40, Stellantis, Orange, Crédit agricole, M6… au programme de Momentum cette semaine
Nestlé : entre mensonges sur l'eau et cessions à répétitions, où va le groupe ?
Colère des agriculteurs : pourquoi un accord UE-Mercosur serait une catastrophe pour nos assiettes ?