Publicité
La bourse ferme dans 47 min
  • CAC 40

    7 943,16
    -11,23 (-0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 883,69
    -0,08 (-0,00 %)
     
  • Dow Jones

    38 916,15
    -32,87 (-0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0840
    -0,0002 (-0,02 %)
     
  • Gold future

    2 057,40
    +14,70 (+0,72 %)
     
  • Bitcoin EUR

    58 174,52
    +1 926,55 (+3,43 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,45
    -0,09 (-0,11 %)
     
  • DAX

    17 706,27
    +105,05 (+0,60 %)
     
  • FTSE 100

    7 649,50
    +24,52 (+0,32 %)
     
  • Nasdaq

    16 040,49
    +92,75 (+0,58 %)
     
  • S&P 500

    5 081,51
    +11,75 (+0,23 %)
     
  • Nikkei 225

    39 166,19
    -41,84 (-0,11 %)
     
  • HANG SENG

    16 511,44
    -25,41 (-0,15 %)
     
  • GBP/USD

    1,2674
    +0,0014 (+0,11 %)
     

CAC 40 : la Bourse de Paris euphorique, espoirs sur l'inflation

JLPC / Wikimedia Commons / CC BY-SA 3.0

La Bourse de Paris poursuit sur sa lancée. Après avoir clôturé ce vendredi à 6.860,95 points, son plus haut niveau depuis le 18 février 2022, le CAC 40 reste soutenu. Sur la semaine, il a progressé de 5,98%, une performance inobservée depuis novembre 2020, au moment où l'annonce de l'efficacité de vaccins contre le Covid-19 avait redonné de l'optimisme aux marchés mondiaux. La Bourse de New York a terminé en forte hausse vendredi, portée par une série d'indicateurs qui témoignent d'une décélération de l'activité économique et de l'inflation, mais aussi de la résistance du marché du travail.

Le Dow Jones a fini en progression de 2,13%, l'indice Nasdaq de 2,56% et l'indice élargi S&P 500 de 2,28%, même si, sur la semaine, les marchés américains n'ont été que légèrement dans le vert, loin des performances des bourses européennes. "Si les mouvements des prix des actions de vendredi nous disent quelque chose, c'est que les investisseurs veulent vraiment croire au récit du pic d'inflation qui est passé", alimentant le rebond des indices, écrit Michael Hewson de CMC Markets. Pour soutenir cet espoir, ils ont pu s'appuyer sur le ralentissement de la hausse du salaire horaire moyen aux États-Unis, ainsi que sur la contraction de l'activité dans les services, des signes montrant que les remèdes sévères de la Réserve fédérale américaine portent leurs fruits.

La baisse du prix des matières premières, pétrole et gaz, alimente aussi l'optimisme pour le continent européen. Les "nouvelles mesures (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Pénurie de puces électroniques : la crise des semi-conducteurs va-t-elle se poursuivre en 2023 ?
Vivendi : Canal+ s'offre OCS, le bouquet de chaînes payantes d'Orange
Mediator : les laboratoires Servier de retour devant la justice pour six mois d'audience
Ipsen rachète la biotech américaine Albireo pour près d'un milliard de dollars
Danone assigné en justice par des ONG à cause de sa production de plastique