La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 809,05
    +91,96 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 513,68
    +119,87 (+1,05 %)
     
  • Nikkei 225

    27 327,11
    -106,29 (-0,39 %)
     
  • EUR/USD

    1,0866
    +0,0009 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    21 842,33
    -227,40 (-1,03 %)
     
  • BTC-EUR

    21 349,83
    -143,94 (-0,67 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,98
    +8,19 (+1,58 %)
     
  • S&P 500

    4 044,91
    +27,14 (+0,68 %)
     

C’est quoi, la « répétition générale humide » réussie par la super-fusée de SpaceX ?

Starship
Starship

C’est un test clé que vient de boucler le Starship, la super-fusée de SpaceX, en attendant son vol orbital.

C’est un nouveau jalon que vient de franchir SpaceX dans le développement de sa super-fusée. Mardi 24 janvier, l’entreprise américaine a annoncé avoir bouclé avec succès une phase critique en vue de la préparation du tout premier vol orbital eu Starship. Il s’agit de la « répétition générale humide » — appelée en anglais « wet dress rehearsal ».

Chargement des réservoirs, comme pour un vrai vol

Cette formulation peut échapper à celles et ceux qui suivent de loin le secteur spatial. Elle désigne en fait le moment où les réservoirs du lanceur sont remplis par de l’ergol — le « carburant » de la fusée — liquide. C’est pour cela que l’on parle d’un test « humide ». Dans le cas du Starship, les réservoirs sont remplis d’un mélange d’oxygène liquide et de méthane liquide.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

C’est une étape qui n’est pas tout à fait anodine et l’agence spatiale américaine en sait quelque chose.

[Lire la suite]