Marchés français ouverture 3 h 47 min
  • Dow Jones

    28 363,66
    +152,84 (+0,54 %)
     
  • Nasdaq

    11 506,01
    +21,31 (+0,19 %)
     
  • Nikkei 225

    23 523,95
    +49,68 (+0,21 %)
     
  • EUR/USD

    1,1804
    -0,0022 (-0,19 %)
     
  • HANG SENG

    24 858,95
    +72,82 (+0,29 %)
     
  • BTC-EUR

    11 006,59
    +1 648,94 (+17,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    261,92
    +5,82 (+2,27 %)
     
  • S&P 500

    3 453,49
    +17,93 (+0,52 %)
     

"C’est assez rassurant de se sentir épaulée" : les applications contre le harcèlement de rue se multiplient

Alain Gastal, franceinfo
·2 min de lecture

Elles se sont baptisées Sekura, The Sorority , HandsAway ou encore Garde ton corps, les applis gratuites anti-harcèlement de rue se multiplient depuis quelques mois. Le harcèlement de rue est devenu un délit en 2018. Il y a eu 1 831 amendes pour outrages sexistes qui ont été distribuées en un peu plus de deux ans. Mais la loi n’a pas changé les comportements, 86% des femmes disent ainsi avoir été victimes de harcèlement de rue au moins une fois.

Andrea est l’une des 4 500 abonnées de The Sorority, l’application figure en écran d’accueil sur son téléphone portable. Le chiffre de 4 500, cela semble peu, mais samedi soir quand Andrea a lancé une alarme fictive depuis une rue de Lyon, sa ville, elle a été étonnée des résultats : "C’est assez impressionnant, en 5 secondes environ il y a une vingtaine de filles qui nous contactent pour savoir comment ça va ? Où est-ce qu’on est ? Est-ce qu’elles peuvent aider ? Est-ce qu’elles peuvent nous retrouver ? Du coup, je les ai toutes rassurées pour leur dire que tout allait bien, et que c’était juste un essai. Mais c’est assez rassurant de se sentir épaulée."

Ce n’est peut-être pas une réaction physique mais on n’est pas toute seule. Juste le fait de savoir qu’il y a une dizaine de personnes qui peuvent être au courant de ce qui se (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi