Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 503,27
    -204,75 (-2,66 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 839,14
    -96,36 (-1,95 %)
     
  • Dow Jones

    38 589,16
    -57,94 (-0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0709
    -0,0033 (-0,31 %)
     
  • Gold future

    2 348,40
    +30,40 (+1,31 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 719,05
    -901,88 (-1,44 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 401,95
    -15,92 (-1,12 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,49
    -0,13 (-0,17 %)
     
  • DAX

    18 002,02
    -263,66 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    8 146,86
    -16,81 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    17 688,88
    +21,32 (+0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 431,60
    -2,14 (-0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,85 (-0,94 %)
     
  • GBP/USD

    1,2686
    -0,0075 (-0,59 %)
     

"C'était vraiment effrayant": des témoins racontent les fusillades de Lewiston aux États-Unis

Une scène terrifiante. Plusieurs témoins racontent aux médias américains les quelques minutes pendant lesquelles un tireur, toujours recherché par les forces de l'ordre ce jeudi midi, a abattu au moins 16 personnes et blessé au moins une cinquantaine d'autres mercredi soir à Lewiston, ville de l'État du Maine dans le nord-est des États-Unis.

Au moins 10 coups de feu

Les premiers tirs éclatent mercredi soir aux alentours de 19h, heure locale, soit ce jeudi vers 1h du matin heure française. Un habitant, prénommé Brandon, raconte à l'agence de presse américaine Associated Press avoir entendu des bruits violents, alors qu'il passait la soirée au bowling Sparetime Recreation de cette petite ville d'un peu plus de 36.000 habitants.

"J'étais en train de mettre mes chaussures de bowling quand ça a commencé", raconte-t-il.

PUBLICITÉ

Dans un premier temps, il ne comprend pas ce qu'il se passe et pense d'abord à des ballons qui éclatent. "J'avais le dos tourné vers la porte. Dès que je me suis retourné et que j'ai vu que ce n'était pas un ballon - (le tireur) tenait une arme - j'ai filé au bout de l'allée", assure-t-il, disant avoir entendu environ 10 coups de feu.

Effrayé, Brandon se précipite à l'autre bout de l'établissement, glisse près des quilles de bowling et grimpe du côté des machines pour se cacher. Il est finalement évacué par les secours qui l'emmènent dans un collège voisin où il retrouve ses proches. "J'ai passé cinq heures sans chaussures", se souvient-il.

"(Ma fille) s'est mise à pleurer"

Selon un témoin, "plus d'une douzaine" de personnes ont quitté subitement le bowling, après des tirs. Une habitante, Nichoel Wyman Arel, raconte à CNN qu'elle rentre chez elle en voiture avec une amie quand elle aperçoit de nombreux véhicules de police et des ambulances devant le bowling. De nombreuses personnes sont fouillées devant l'établissement par les forces de l'ordre, sans qu'elle ne sache encore pourquoi.

"Il y avait des enfants. (...) Des familles qui sortaient de là alors qu'elles étaient probablement juste en train d'essayer de passer une soirée tous ensemble", souffle-t-elle.

Elle voit également quelqu'un "couvert de sang". "Tout est assez flou", confie-t-elle encore marquée par l'événement.

Choquée, sa fille à ses côtés comprend l'inquiétude de sa mère. "(Ma fille) a vraiment eu peur. Elle s'est mise à pleurer et a dit: 'on vit vraiment dans un monde effrayant, maman'", se souvient, émue, Nichoel Wyman Arel.

Robert McCarthy, un élu local, évoque auprès de CNN un "événement vraiment effrayant". Vivant à moins d'un kilomètre d'une des fusillades, il dit avoir rapidement "fermé toutes les portes" de son domicile. "On a tous pris nos armes", ajoute-t-il, disant attendre les instructions à suivre.

"Accablant"

La propriétaire du bar-restaurant Legends Sports, situé à environ 400 mètre d'une des fusillades, raconte à AP avoir rapidement pris la mesure de la gravité de la situation après qu'un client lui a confié avoir entendu des coups de feu. Elle ferme immédiatement les portes de son établissement, où se trouvent à ce moment-là 25 clients et employés.

"Je suis honnêtement en état de choc. J'ai eu la chance que mon équipe réponde rapidement et que tout le monde soit en sécurité", salue Melinda Small.

"Mais en même temps, j'ai le coeur brisé pour cette région et ce que tout le monde traverse. Je me sens comme hébétée", confie-t-elle. "C'est une situation accablante. Nous n'avons jamais vécu quelque chose de semblable", confie de son côté à une chaîne locale Cynthia Hunter, qui vit depuis 2012 à Lewiston.

Le suspect toujours en fuite

Le bar et grill Schemengees dit dans une publication Facebook avoir "le coeur brisé" après la fusillade. "Je n'ai pas les mots. En un instant, notre monde a été mis sans dessus dessous sans raison", déplore l'établissement, rendant hommage "aux personnes merveilleuses" disparues.

Le suspect des fusillades, identifié comme étant Robert Card, un homme âgé de 40 ans, reste recherché. "Card doit être considéré comme armé et dangereux", prévient la police de Lewiston, dans un communiqué.

L'ensemble des écoles publiques de Lewiston restent fermées ce jeudi par mesure de précaution, tandis que toute la population située dans un périmètre de 13 kilomètres des fusillades est appelée à rester à l'abri, tant que le suspect n'a pas été neutralisé par les forces de l'ordre. L'hôpital Central Maine est fermé et gardé à l'entrée par des membres des forces de l'ordre.

Article original publié sur BFMTV.com