Marchés français ouverture 8 h 29 min
  • Dow Jones

    32 120,28
    +191,66 (+0,60 %)
     
  • Nasdaq

    11 434,74
    +170,29 (+1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    26 677,80
    -70,34 (-0,26 %)
     
  • EUR/USD

    1,0695
    -0,0042 (-0,40 %)
     
  • HANG SENG

    20 171,27
    +59,17 (+0,29 %)
     
  • BTC-EUR

    27 845,23
    -14,39 (-0,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    659,93
    -11,08 (-1,65 %)
     
  • S&P 500

    3 978,73
    +37,25 (+0,95 %)
     

Et si c'était Marine Le Pen qui l'emportait?

·2 min de lecture

"Quand les populistes ou extrémistes drainent la moitié de l'électorat, tout autre élu est mal élu. Et le pays, inévitablement, devient difficile à gouverner. Et si c'était Marine Le Pen qui l'emportait au second tour?" interroge le philosophe André Comte-Sponville.

Ce qui frappe d'abord, c'est la répétition: un deuxième tour identique à celui d'il y a cinq ans! Identique? Pas tout à fait, puisque l'élection de Marine Le Pen, inconcevable en 2017, fait hélas partie, aujourd'hui, des hypothèses qu'on est bien forcé d'envisager. Et puisque la répétition produit un effet de lassitude, pour ne pas dire d'écœurement, qui n'existait pas, ou pas dans les mêmes proportions, lors de la précédente présidentielle. Bis repetita placent, répète-t-on depuis Horace, "Ce qui est répété deux fois est plaisant". Soit, en matière d'architecture, de poésie ou de musique. Mais non dans la vie politique, et surtout pas quand la première fois était déjà déplaisante!

Avoir gagné face à Marine Le Pen fut la malédiction de Macron: parce qu'on lui reprocha immédiatement de n'être élu que par défaut, pour éviter le pire, et nullement par adhésion. Cela pèsera à nouveau sur son second mandat s'il est élu. Quand les populistes ou extrémistes drainent la moitié de l'électorat, tout autre élu est mal élu. Et le pays, inévitablement, devient difficile à gouverner. Et si c'était Marine Le Pen qui l'emportait au second tour? Alors on ne pourrait que s'inquiéter, pour notre pays et nos enfants. Je n'aime pas jouer sur les peurs, et il ne sert à rien d'agiter le drapeau de l'antifascisme.

Une démagogue populiste et nationaliste qui tient un discours plutôt républicain

Marine Le Pen est une démagogue populiste et nationaliste, assurément d'extrême droite s'agissant de l'immigration, mais qui tient pour le reste un discours plutôt républicain - voire gauchisant, pour ce qui est du pouvoir d'achat ou de la retraite à 60 ans. Son programme, s'il était appliqué, creuserait le déficit public (de plus de 100 milliards d'euros selon les calculs de l'Institut Montaigne) et aboutirait vraisemblablement à une stagnation économique, voire à une récession.

Notre pays serait isolé, l'Europe affaiblie, l'avenir de nos enfants un peu plus sombre. Mais enfin ce ne serait pas la fi[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles