La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 041,08
    +70,61 (+0,21 %)
     
  • Nasdaq

    14 796,47
    +82,57 (+0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    29 839,71
    -660,34 (-2,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1733
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    24 221,54
    +122,40 (+0,51 %)
     
  • BTC-EUR

    36 014,66
    -1 438,79 (-3,84 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 049,16
    -14,69 (-1,38 %)
     
  • S&P 500

    4 369,51
    +11,78 (+0,27 %)
     

Et si c'était le bon moment pour les entreprises de contribuer à un monde meilleur ?

·1 min de lecture

Bienvenue dans le monde d'après. Un monde dans lequel les entreprises ne se contenteront plus d'engranger des profits pharamineux avec des produits connectés, mais penseront à préserver la planète, à assurer le bien-être des générations futures, à accroître les ressources disponibles et à partager leurs bénéfices avec ceux qui les créent ! On rêve un peu, d'accord. Mais peut-être pas tant que ça : «Toutes les entreprises contribuent à leur façon à construire un monde meilleur, observe Navi Radjou, universitaire franco-américain, spécialiste de l'innovation et du leadership. Mais elles œuvrent sur une seule dimension : le confort de leurs clients, éventuellement de leurs salariés. Or, aujourd'hui, ce “well being” doit devenir multidimensionnel. Autrement dit, être aussi meilleur pour la société, la planète et l'économie. Et ça, les sociétés ne savent pas nécessairement s'y prendre.»

Mais le moment est peut-être venu de s'y mettre. «A chaque crise, il y a une mutation des modes de consommation, poursuit Navi Radjou. La crise de 2008 a vu émerger l'économie du partage. Les millennials ne voulaient plus nécessairement posséder des voitures mais les partager. En 2021, ce sont les PME et les ETI qui manquent de ressources. Il s'agirait donc pour elles de mutualiser leurs achats, leurs actifs individuels, leurs ressources…»

Pour de nombreux experts, c'est le moment d'entrer dans l'économie de l'efficience et de la régénération. «Il y a une fenêtre de tir à saisir. Les investissements (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

LVMH, Kering, Hermès… une année de rupture pour le luxe : le conseil Bourse du jour
Nucléaire : une pièce d’aimant de 66 tonnes en route pour Iter
Chine : un poids lourd de l'immobilier voit sa note abaissé par Moody's, crainte sur l'économie
Nintendo contre Sony : l'homme à la poigne de fer
Brexit : passe d'armes entre le Royaume-Uni et l'UE à propos de la période de grâce sur les contrôles douaniers

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles