La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 782,65
    -48,00 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 669,54
    -35,31 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,20 (+1,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,1916
    -0,0063 (-0,52 %)
     
  • Gold future

    1 698,20
    -2,50 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    42 517,54
    +1 759,48 (+4,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    982,93
    +39,75 (+4,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,28
    +2,45 (+3,84 %)
     
  • DAX

    13 920,69
    -135,61 (-0,96 %)
     
  • FTSE 100

    6 630,52
    -20,36 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,65 (+1,55 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,78 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,51 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3834
    -0,0060 (-0,43 %)
     

BuyIn, la botte secrète d'Orange pour les télécoms européens

·2 min de lecture

Discrète, la filiale d'Orange et Deutsche Telekom génère des milliards d'économies. Mais plus qu'une simple centrale d'achats, elle prépare ses opérateurs affiliés aux enjeux de demain. Et préfigure d'autres alliances.

Sans flonflon, ni paillettes, Orange va fêter cette année les dix ans d'existence d'une filiale très discrète. Lancée en octobre 2011 avec l'allemand Deutsche Telekom, BuyIn est pourtant devenue cruciale dans le fonctionnement des deux opérateurs historiques. Ses équipes, basées à Bonn et à Paris, centralisent tous les achats des sociétés de télécoms affiliées aux deux géants, à hauteur de 20 milliards d'euros, et permettent de générer près de 2,5 milliards d'économies chaque année. « C'est une success story , nous sommes très heureux avec nos amis allemands , s'exclame Ramon Fernandez, directeur général délégué d'Orange et président du conseil d'administration de BuyIn. Il y a dix ans, les deux groupes ont pris conscience qu'ils devaient mettre en commun leur force de frappe pour faire face à la concentration des fournisseurs et la fragmentation des marchés. »

Prospective internationale

BuyIn additionne ainsi les volumes de commandes de quelque 45 opérateurs télécoms. La plupart d'entre eux sont des filiales de l'un des deux opérateurs historiques, essentiellement en Europe ou en Afrique. Et la structure se veut un modèle d'équilibre entre ces deux mastodontes européens, l'archétype de la bonne entente franco-allemande. En octobre dernier, une Française a pris la direction opérationnelle de l'entreprise : Béatrice Felder, ancienne d'Orange Business Services. « J'essaye d'oublier que je viens d'Orange » , plaisante-t-elle.

Sous ses ordres, plus de 300 salariés, représentant quelque trente nationalités différentes - une proportion unique à cette échelle -couvrent l'ensemble des besoins dans les différents pays où les deux groupes sont présents. Elle a succédé à l'ancien CEO allemand, Volker Pyrtek, qui a dirigé l'entité durant neuf ans. Cet ancien patron des achats de Deutsche Telekom était épaulé par un directeur financier français, Geoffroy de Buchet, qui vient de prendre la direction financière d'Orange France. Et qui a logiquement cédé sa place à un pur produit d[...]

Lire la suite sur challenges.fr