La bourse ferme dans 38 min
  • CAC 40

    6 291,08
    +56,94 (+0,91 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 031,50
    +38,07 (+0,95 %)
     
  • Dow Jones

    34 173,04
    +137,05 (+0,40 %)
     
  • EUR/USD

    1,1980
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 778,10
    +11,30 (+0,64 %)
     
  • BTC-EUR

    51 337,08
    -1 660,42 (-3,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 374,15
    -17,55 (-1,26 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,04
    -0,42 (-0,66 %)
     
  • DAX

    15 451,57
    +196,24 (+1,29 %)
     
  • FTSE 100

    7 013,88
    +30,38 (+0,44 %)
     
  • Nasdaq

    14 035,57
    -3,19 (-0,02 %)
     
  • S&P 500

    4 179,93
    +9,51 (+0,23 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3817
    +0,0033 (+0,24 %)
     

La Butineuse: le 1er fleuriste nutritif pour pollinisateur

·2 min de lecture

La Butineuse s'est donnée pour mission de préserver notre écosystème et biodiversité en sélectionnant des fleurs pouvant nourrir les pollinisateurs. Cette start-up fait partie de la sélection "100 start-up où investir en 2021” de Challenges.

Capitaux recherchés: 400.000 euros

Une abeille butine en moyenne 700 fleurs par jour. “Plantons les bonnes plantes”. C’est sur ce credo qu’Anna Carel, 24 ans, diplômée de l’école de commerce ESCE, s'est lancée en septembre 2019 dans l’aventure qui porte bien son nom, La Butineuse.

Au départ, elle avait pourtant pour ambition d’accompagner les agriculteurs dans leur transition écologique. Plus pragmatique, elle a finalement préféré s’adresser directement aux consommateurs avec cette “solution accessible à tous”. Le principe? “Apporter la nutrition nécessaire aux pollinisateurs en fleurissant son balcon avec des bonnes plantes d’extérieur”.

Disponible en Ile-de-France, à Marseille, Lyon, Bordeaux et Toulouse, La Butineuse propose un système d’abonnement annuel de 300 euros. A chaque saison, le client reçoit une box de plantes produites localement, sans pesticide, à moins de 50 kilomètres de chez lui. Il peut ajouter dans son panier une jardinière et un kit de jardinage zéro déchet.

En 2020, la start-up a généré un chiffre d’affaires de 20.000 euros, dont 60% a été réalisé via des ventes physiques réalisées dans des boutiques éphémères, et fleuri plus de 300 balcons. Pour 2021, Anna Carel souhaite atteindre jusqu’à 150.000 euros de chiffre d’affaires en développant la création de jardins mellifères en entreprises et dans l’espace public, ainsi que la vente de ces plantes en grande distribution. La Butineuse vise la rentabilité en 2022. Son rêve? “Avoir nos magasins en propre et développer un modèle comparable à La Ruche qui dit oui”.

Contact: bonjour@la-butineuse.fr

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi