La bourse ferme dans 6 h 34 min
  • CAC 40

    5 793,53
    +10,12 (+0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 359,96
    +11,36 (+0,34 %)
     
  • Dow Jones

    29 590,41
    -486,29 (-1,62 %)
     
  • EUR/USD

    0,9686
    -0,0002 (-0,02 %)
     
  • Gold future

    1 652,90
    -2,70 (-0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    19 860,61
    +3,50 (+0,02 %)
     
  • CMC Crypto 200

    439,38
    -5,16 (-1,16 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,24
    -0,50 (-0,64 %)
     
  • DAX

    12 306,07
    +21,88 (+0,18 %)
     
  • FTSE 100

    7 008,01
    -10,59 (-0,15 %)
     
  • Nasdaq

    10 867,93
    -198,87 (-1,80 %)
     
  • S&P 500

    3 693,23
    -64,76 (-1,72 %)
     
  • Nikkei 225

    26 431,55
    -722,28 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    17 855,14
    -78,13 (-0,44 %)
     
  • GBP/USD

    1,0754
    -0,0103 (-0,95 %)
     

Bus scolaires: comment les entreprises tentent de lutter contre le manque de personnel

GEORGES GOBET / AFP

Depuis la crise sanitaire, les entreprises de transport scolaire peinent à recruter du personnel, les obligeant à trouver des solutions d’urgence pour assurer au mieux le ramassage scolaire à la rentrée.

À moins d’une semaine de la rentrée scolaire, le manque de conducteurs de bus scolaire n’est toujours pas réglé. Interrogé sur le plateau de Télématin jeudi 25 août, le ministre délégué des Transports a admis que 4.000 postes étaient encore non pourvus, malgré l’appel des acteurs lancé au printemps dernier. Un chiffre confirmé par la Fédération Nationale des Transports de Voyageurs (FNTV) qui, il y a quelques jours encore, évoquait pourtant un manque de 8.000 chauffeurs de cars pour assurer l’ensemble des ramassages scolaires en France. Plutôt encourageant donc mais les craintes pour la rentrée sont toujours présentes, notamment chez les parents qui pourraient n’avoir d’autres choix que d’amener leurs enfants par leurs propres moyens à l’école. Un coût économique non-négligeable alors que .

Mobilisation générale

"Avec les collectivités locales et les autorités organisatrices de transport, nous faisons absolument tout pour qu’aucun enfant ne soit laissé sur le trottoir", assure Jean-Sébastien Barrault, président de la FNTV. Comment? En mobilisant l’ensemble du personnel des entreprises qui disposent d’un permis D. Certains salariés de bureau ou travaillant habituellement pour le transport touristique seront ainsi appelés à la rentrée pour déposer et ramener les écoliers, collégiens et lycéens dépendant du service, soit près de 1,2 million d’élèves, selon l'Association des régions de France (ARF).

Par ailleurs, les entreprises du secteur réfléchissent à regrouper des circuits de façon à limiter le nombre de cars, et donc, le nombre de conducteurs. Des solutions d’urgence qui seront mises en place dès le 1er septembre, permettant d’assurer la "quasi-totalité" des ramassages scolaires en France, selon le ministère des Transports qui a organisé ce mercredi 24 août une réunion avec Pap Ndiaye (ministère de l’Éducation nationale), Olivier Dussopt (ministère du Travail), la FNTV et des représentants de Régions de France.

"Nous sommes contraints de trouver des solutions [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi