La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 147,57
    +559,91 (+1,67 %)
     
  • Nasdaq

    13 153,16
    +121,48 (+0,93 %)
     
  • Nikkei 225

    27 448,01
    -699,50 (-2,49 %)
     
  • EUR/USD

    1,2082
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    27 718,67
    -512,37 (-1,81 %)
     
  • BTC-EUR

    39 933,70
    -4 992,25 (-11,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 300,94
    -86,97 (-6,27 %)
     
  • S&P 500

    4 125,06
    +62,02 (+1,53 %)
     

Le burn-out peut-il être reconnu comme une maladie professionnelle ?

·1 min de lecture

Accumulation du stress, surcharge de travail, épuisement professionnel… 5% des salariés (soit environ un million de personnes) étaient en burn-out “sévère” fin 2020, d’après un baromètre de la santé psychologique des salariés français en période de crise réalisé pour Empreinte Humaine, un cabinet spécialisé dans la prévention des risques psychosociaux.

Avec la crise, et notamment le télétravail forcé, les risques de burn-out se sont multipliés. Sauf que ce syndrome d’épuisement professionnel n’est pas officiellement reconnu comme une maladie professionnelle. Il peut toutefois l’être, mais à plusieurs (strictes) conditions. Explications.

Le burn-out, ou syndrome d’épuisement professionnel, a été défini à de nombreuses reprises, bien qu’il n’existe encore aujourd’hui aucune définition clinique officielle. Chacune des définitions proposées semble cependant s’accorder sur le fait que le burn-out se traduit par un état d’épuisement physique, émotionnel et mental, attribué aux conditions d’exercice de l’activité professionnelle (surcharge de travail, forte implication émotionnelle, déséquilibre entre les objectifs et les moyens mis à disposition, conflits au travail...).

Utilisé pour la première fois en 1974 par le psychiatre américain Freudenberger, le terme de “burn-out” désignait à l’origine l’état d’épuisement professionnel du personnel soignant, lié à un surinvestissement émotionnel auprès des patients. Le burn-out peut aujourd’hui concerner tout salarié, quel que soit son métier (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les bienfaits du bénévolat sur votre vie professionnelle
Et si cumuler plusieurs métiers était la clé pour s'épanouir dans sa vie professionnelle ?
Pôle emploi : le nombre de chômeurs sans aucune activité bondit de 6,3% sur un an
La majorité des DRH estiment que le télétravail est appelé à durer
Reconversion : faut-il attendre une crise pour se lancer ?