Marchés français ouverture 3 h 28 min
  • Dow Jones

    33 891,02
    -34,99 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    11 887,45
    -119,50 (-1,00 %)
     
  • Nikkei 225

    27 695,23
    +1,58 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0737
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    21 399,43
    +177,27 (+0,84 %)
     
  • BTC-EUR

    21 337,52
    -162,89 (-0,76 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,15
    +1,01 (+0,19 %)
     
  • S&P 500

    4 111,08
    -25,40 (-0,61 %)
     

Burn out : causes, symptômes, test, différence avec dépression, traitement

Si le burn out apparaît dans la classification internationale des maladies de l’OMS (Organisation mondiale de la Santé), il n’est pas considéré comme une maladie. L’OMS le décrit comme “un syndrome résultant d’un stress chronique au travail qui n’a pas été géré avec succès”. L’utilisation de ce terme est donc uniquement réservée à la vie professionnelle.

Le burn out résulte d’un investissement prolongé dans des situations de travail exigeantes sur le plan émotionnel. Il provient de la rencontre entre un individu et une situation de travail dégradée. Il peut s’expliquer à la fois par des caractéristiques liées au travail et à l’individu. Le guide d’aide à la prévention du burn out réalisé par détaille les causes du burn out :

“Tout d’abord il convient de souligner qu’un grand nombre des symptômes ne sont pas spécifiques au burn out et apparaissent dans de multiples autres contextes. Ceci rend difficile le diagnostic, surtout dans les premières phases.”, rappelle Maria Hejnar. “Ce diagnostic est d’autant plus compliqué que les personnes concernées ont tendance à banaliser leur souffrance et à vouloir contrôler l’incontrôlable. Le sujet néglige les symptômes jusqu'à ce qu'ils deviennent trop invalidants.”, ajoute-t-elle.

Dans le burn out, on distingue trois phases avec des manifestations cliniques distinctes. D’abord, un épuisement émotionnel, physique et psychique, qui avance de manière insidieuse. La personne ne se rend pas compte du processus en cours ou l’attribue à autre chose. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite