La bourse ferme dans 8 h 19 min
  • CAC 40

    6 739,73
    0,00 (0,00 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,58
    -203,66 (-4,74 %)
     
  • Dow Jones

    34 899,34
    -905,06 (-2,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,1265
    -0,0055 (-0,48 %)
     
  • Gold future

    1 794,70
    +6,60 (+0,37 %)
     
  • BTC-EUR

    51 101,41
    +2 305,19 (+4,72 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 439,50
    -15,91 (-1,09 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,64
    +3,49 (+5,12 %)
     
  • DAX

    15 257,04
    0,00 (0,00 %)
     
  • FTSE 100

    7 044,03
    0,00 (0,00 %)
     
  • Nasdaq

    15 491,66
    -353,54 (-2,23 %)
     
  • S&P 500

    4 594,62
    -106,84 (-2,27 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,92
    -467,70 (-1,63 %)
     
  • HANG SENG

    23 864,36
    -216,16 (-0,90 %)
     
  • GBP/USD

    1,3321
    -0,0017 (-0,13 %)
     

Burkina Faso: le cinéma Neerwaya, une institution à Ouagadougou, contre vents et marées

·1 min de lecture

Au Fespaco, festival du cinéma panafricain de Ouagadougou, trois cinémas permettent aux spectateurs de voir les films et les documentaires sélectionnés. Le ciné Burkina, l’institut français et le ciné Neerwaya (Nèrwaya). Ce dernier est une véritable institution au Burkina…un cinéma créé à la demande et durant la révolution orchestrée par Thomas Sankara.

avec notre envoyé spécial à Ouagadoudou, Guillaume Thibault

Neerwaya, la « beauté est venue ». Avec ses belles rondeurs et ses peintures spéciales Fespaco, le ciné donne envie.

C’est Franck Alain Kaboré qui a conçu et construit cette salle à la demande de Thomas Sankara. « Au temps de la révolution, on est venu me dire : Franck Alain, tu vas construire une salle de cinéma... J'ai pris un avion, je suis allé en Europe et j'ai payé tout le matériel, le container... et nous avons réalisé ça ! »

Dans la salle de plus de 1 000 places, les fauteuils, confortables, sont d’origine. L’image et le son très bons. Etudiante, 21 ans, Céline Ouedraogo y passe des heures et des heures depuis son enfance. La première fois que je suis venue j'avais cinq ans, nous raconte-t-elle. « C'était pour voir un dessin animé avec mon papa... et après je suis venue seule avec des amis, ça me rappelle plein de souvenirs ».

Si le Neerwaya est à la fête avec le Fespaco, les temps sont durs pour les propriétaires de cinémas. Rakis Rodrigue Kaboré a pris la succession de son père à la tête de l’institution. « Sur le ticket d'entrée vous avez 37,5 % de taxes... Vous voulez que je me développe comment ? Ça n'existe nulle part ailleurs dans le monde ! Et les politiciens prétendent nous aider... »

À lire aussi : Ouagadougou, capitale du 7ème art, à la Une de la revue de la presse africaine

À lire aussi : Le cinéma burkinabè victime du coronavirus

Si le Fespaco est l'outil idéal pour les décideurs politiques de vanter le cinéma burkinabè, tous les acteurs du milieu aimeraient être soutenus toute l’année…

À écouter aussi : Vers une renaissance des salles de cinéma en Afrique ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles