Marchés français ouverture 3 h 51 min
  • Dow Jones

    31 270,09
    -121,43 (-0,39 %)
     
  • Nasdaq

    12 997,75
    -361,04 (-2,70 %)
     
  • Nikkei 225

    28 860,47
    -698,63 (-2,36 %)
     
  • EUR/USD

    1,2053
    -0,0015 (-0,12 %)
     
  • HANG SENG

    29 150,50
    -729,92 (-2,44 %)
     
  • BTC-EUR

    41 236,17
    +486,28 (+1,19 %)
     
  • CMC Crypto 200

    994,26
    +6,17 (+0,62 %)
     
  • S&P 500

    3 819,72
    -50,57 (-1,31 %)
     

La bureaucratie, un fléau français

·2 min de lecture

Depuis le début de la pandémie, l'inertie des rouages administratifs de la santé est sous le feu des critiques. Mais, au-delà, c'est toute l'organisation de l'Etat qui, au fil des ans, s'est enkystée. Un fardeau national qui entrave l'économie et se chiffre en points de PIB. Aucun domaine n'y échappe. La preuve par dix.

Invité, , le candidat Macron partageait son rêve : "La France doit être une start-up nation, une terre d'entrepreneurs qui pense et bouge comme une start-up, qui a cet esprit d'audace." Agile, réactive, innovante, disruptive. Le crash-test du Covid-19 a révélé une situation cauchemardesque : en guerre contre la pandémie, la France s'est retrouvée confrontée à un mal endémique, la bureaucratie. Comme ailleurs, face à ce virus inconnu, le gouvernement a tâtonné, pris parfois des mesures incohérentes, eu une communication confuse. Mais, plus encore que dans la décision, il a péché dans l'exécution. En raison des rigidités de la technocratie sanitaire, d'un centralisme dirigiste, d'une embolie administrative. Résultat : des contraintes multiples, des procédures complexes, des normes absconses, qui ont grippé la chaîne de commandement, entravé les meilleures volontés.

"Dans cette crise, le réflexe de l'administration a été de n'aider en rien mais de régenter tout, peste l'essayiste Isabelle Saporta, grande pourfendeuse de la technocratie (lire page 62) et autrice de Rendez-nous la France ! (Fayard). Les bureaucrates n'ont eu de cesse de s'abriter derrière des lignes Maginot de réglementations dictées depuis Paris, déconnectées des réalités, de renvoyer les problèmes d'un interlocuteur à l'autre pour diluer les responsabilités. Heureusement que, face à l'urgence, élus locaux et soignants ont fait fi des carcans, se sont montrés débrouillards !"

Lire aussi

De retards en ratés

L'Etat est allé de retards en ratés. Les masques ? …là où les entreprises de la grande distribution, habituées au business avec Chine, en importèrent en quelques jours des millions. Les tests ? Il y eut des queues interminables alors que les laboratoires vétérinaires, qui peuvent en réaliser 300 000 par semaine, ont attendu cinq mois pour arracher le tampon les y autorisant. Les vaccins ? Entre les supercongélateurs qui tardaient à être homologués et l'indigeste protocole de 45 pages imposé aux maison[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi