Marchés français ouverture 8 h 58 min

BUREAU VERITAS : Les fondamentaux solides de Bureau Veritas se traduisent par d’excellents résultats 2019

BUREAU VERITAS

20200227_Communiqué de presse Résultats annuels 2019

Communiqué de presse

Neuilly-sur-Seine, France – 27 février 2020

Les fondamentaux solides de Bureau Veritas se traduisent par d’excellents résultats 2019

Chiffres clés de 20191

  • Chiffre d'affaires de 5 100 millions d’euros en 2019, en hausse de 6,3 % par rapport à l’exercice précédent, avec une croissance organique de + 4,3 %, dont 5,3 % au quatrième trimestre (T4)
  • Résultat opérationnel de 721 millions d'euros, en hausse de 13,2 % par rapport à l’exercice précédent
  • Résultat opérationnel ajusté de 832 millions d’euros, en hausse de 9,7 % par rapport à l’exercice précédent ; marge opérationnelle de 16,3 % en progression de 50 points de base2 (+ 20 points de base à taux de change constant, avant application d’IFRS 16)
  • Résultat net part du Groupe de 368 millions d'euros, en progression de 10,6 % par rapport à l’exercice précédent
  • Résultat net ajusté de 451 millions d’euros (1,02 euro par action), en hausse de 8,1 % par rapport à l’exercice précédent
  • Flux de trésorerie disponible de 618 millions d'euros (12,1 % du chiffre d’affaires du Groupe), soit une croissance de 29,2 % par rapport à l’exercice précédent
  • Ratio dette nette ajustée / EBITDA en amélioration à 1,9x à la fin décembre 2019 par rapport à 2,3x à la fin décembre 2018
  • Dividende proposé à 0,56 euro par action3, payable en numéraire (ratio de distribution de 55 %)   

Perspectives 2020

Le Groupe bénéficie d’un positionnement unique compte tenu de la diversité et de la résilience de son portefeuille. Étant donné l'impact négatif de la situation de force majeure liée au Covid-19, Bureau Veritas prévoit pour l’année 2020 :

  • d’atteindre une solide croissance organique du chiffre d’affaires
  • d’orienter ses efforts sur la protection de la marge opérationnelle ajustée à taux de change constant
  • de générer des flux de trésorerie maintenus à un niveau élevé

Dans les conditions actuelles, Bureau Veritas prévoit que l’impact sera principalement au premier trimestre 2020.

Didier Michaud-Daniel, Directeur général, commente :

« Les résultats de 2019 témoignent de l’ampleur de la transformation de Bureau Veritas depuis 2015 et font honneur à toutes les équipes du Groupe. Nous avons dépassé la barre des 5 milliards d’euros de chiffre d’affaires et terminé l’année avec la meilleure croissance organique trimestrielle jamais enregistrée en sept ans. Ces performances démontrent la robustesse et le potentiel de croissance de notre portefeuille repositionné. La solidité de la marge, de la trésorerie et du résultat net atteste de la force et de la pertinence du nouveau modèle économique du Groupe, un modèle réorienté avec succès au cours des 5 dernières années. Nous sommes aujourd'hui en bonne position pour entrer dans une nouvelle phase de développement de Bureau Veritas, qui sera annoncée dans quelques mois.

Depuis sa création en 1828, le Groupe n’a eu de cesse de bâtir un monde de confiance. En 2019, nous avons continué à accompagner nos clients dans leurs engagements de Responsabilité sociétale et environnementale et nous avons pris l’initiative, au-delà des exigences réglementaires, dans de nombreux domaines de la RSE, parmi lesquels la santé et la sécurité, l’inclusion et la protection de l’environnement. J’ai la conviction que Bureau Veritas est particulièrement bien positionné pour créer la confiance entre les entreprises et leurs clients, et pour les aider à promouvoir un progrès responsable.

La sécurité est une priorité absolue pour Bureau Veritas, et à l’heure où le monde doit faire face à la crise du Covid-19, je voudrais une nouvelle fois exprimer mon soutien à nos collaborateurs et à nos clients affectés par cette crise sanitaire.

Malgré son impact significatif sur nos activités, que nous devons prendre en compte dans nos perspectives 2020, les fondamentaux solides du Groupe demeurent inchangés et démontrent clairement le bien-fondé de sa stratégie. Dans les prochains mois, nous annoncerons notre prochain plan stratégique, dans la continuité de la trajectoire actuelle qui connaît un franc succès ».

Principaux éléments financiers de 2019

Le Conseil d’administration de Bureau Veritas, réuni le 26 février 2020, a arrêté les comptes de l’exercice clos le 31 décembre 2019. Les principaux éléments financiers consolidés sont présentés ci-dessous :

EN MILLIONS D'EUROS 2019 APRÈS APPLICATION D'IFRS 16 2019 AVANT APPLICATION D'IFRS 16 2018 VARIATION (a) À TAUX CONSTANT (a)
Chiffre d’affaires 5 099,7 5 099,7 4 795,5 + 6,3 % + 5,5 %
Résultat opérationnel ajusté(b) 831,5 818,5 758,0 + 9,7 % + 6,9 %
Marge opérationnelle ajustée 16,3 % 16,1 % 15,8 % + 50 pb + 45 pb
Résultat opérationnel 721,3 708,3 637,2 + 13,2 % + 12,3 %
Résultat net ajusté(b) 451,0 454,5 417,2 + 8,1 % + 12,9 %
Résultat net 367,9 371,4 332,6 + 10,6 % + 21,2 %
Bénéfice net ajusté par action(b) 1,02 1,03 0,96 + 6,3 % + 10,9 %
Bénéfice par action 0,83 0,84 0,76 + 9,2 % + 19,9 %
Cash-flow opérationnel 820,4 711,4 685,5 + 19,7 % + 18,7 %
Flux de trésorerie disponible(b) 617,9 508,9 478,4 + 29,2 % + 28,1 %
Dette financière nette ajustée(b) 1 813,3 1 813,3 2 115,1 (14,3) %  
(a) La variation par rapport à l’exercice précédent est calculée sur la base d’une comparaison entre les données de l’exercice 2019 après application d’IFRS 16 et celles de l’exercice 2018
(b) Indicateurs alternatifs de performance présentés, définis et réconciliés avec les indicateurs IFRS en Annexes 6 et 7 du présent communiqué de presse

     Faits marquants de 2019

Poursuite de la croissance organique soutenue au cours de l’exercice

La croissance organique du Groupe s’est élevée à 4,3 % sur l’exercice 2019, avec une accélération à + 5,3 % au dernier trimestre, par rapport à une croissance de 4,0 % réalisée au cours des neuf premiers mois de l’année :

  • 5 des 6 activités ont progressé en moyenne de 4,8 % sur une base organique, dont Agroalimentaire & Matières Premières à + 6,7 %, Bâtiment & Infrastructures à + 3,2 % et Biens de consommation à + 2,3 % ;
  • Les activités Marine & Offshore (+ 4,9 %, portée par l’activité Nouvelles constructions) et Industrie (+ 6,4%, portée par la diversification vers les services Opex et la reprise des marchés des activités liées aux Capex Pétrole & Gaz) ont confirmé leur redressement ;
  • L’activité Certification a baissé de 1,5 % comme prévu. Cela reflète l’année de transition faisant suite à la révision des normes, et ce, bien que l’activité ait connu un retour à une forte croissance au dernier trimestre.

Au dernier trimestre, l’ensemble du portefeuille du Groupe a atteint une croissance organique de 5,3 % en moyenne. L’activité Industrie a enregistré la meilleure performance avec une croissance de 9,3 % sur la période, bénéficiant pleinement de son portefeuille équilibré entre les contrats Opex et Capex. L’activité Certification, en hausse de 6,7 %, a bénéficié d’une forte dynamique de croissance sur les nouveaux schémas de certification et du développement de l’activité après la période de révision des normes.

Poursuite de la stratégie disciplinée de fusions-acquisitions (M&A) avec cinq transactions au cours de l’exercice

En 2019, Bureau Veritas a finalisé cinq transactions dans différents pays, afin d’étendre sa présence géographique. Ces acquisitions, représentant environ 46 millions d’euros de chiffre d’affaires annualisé (soit 0,9 % du chiffre d’affaires Groupe en 2019), viennent en soutien à deux des cinq Initiatives de Croissance :

  CA ANNUALISÉ PAYS DATE DOMAINE D'EXPERTISE
Bâtiment & Infrastructures        
Capital Energy 23 m€ France Janv.
2019
Services de conseil et d'assistance visant à valoriser les projets éligibles de Certificats d'Économies d'Énergie
Owen Group 7 m€ États-Unis Mars
2019
Services de gestion d'actifs et de conformité
Agroalimentaire        
BVAQ Entreprise
commune créée
avec AsureQuality
4 m€ de chiffre d’affaires additionnel
Singapour Janv.
2019 4
Analyse des produits alimentaires à destination des marchés d'Asie du Sud-Est
Shenzhen
Total-Test
Technology
10 m€  Chine  Avr.
2019
Services d'essais et analyses de produits agricoles et alimentaires transformés, d'additifs, d’alimentation infantile, de nourriture pour animaux et de produits cosmétiques non médicaux
Q Certificazioni env. 2 m€   Italie   Août
2019
Services de certification biologique de produits alimentaires selon des référentiels nationaux et internationaux

Le Groupe poursuit une stratégie très sélective et rigoureuse dans ses opérations. À fin février 2020, Bureau Veritas a réalisé 33 acquisitions, ajoutant plus de 410 millions d’euros de chiffre d’affaires dont plus de 390 millions d’euros soutiennent les cinq Initiatives de Croissance du Groupe.

Le flux d'opportunités reste solide et le Groupe continuera de déployer une stratégie d'acquisition très sélective, dans des domaines d’activités et des zones géographiques ciblés.

Une stratégie de gestion active du portefeuille

Bureau Veritas a poursuivi la cession d’activités non stratégiques au cours de l’exercice 2019. Le Groupe a finalisé la cession des services de conseil en matière de santé, de sécurité et d'environnement en Amérique du Nord en juin 2019 (HSE Consulting ; environ 30 millions de dollars de chiffre d'affaires en 2018 et 170 employés).

Par ailleurs, le Groupe a cédé plusieurs laboratoires et bureaux dans des zones géographiques spécifiques (notamment en Amérique du Nord et en Europe) et ciblant des unités opérationnelles sous-performantes afin de rationaliser son organisation globale.

Au total, le Groupe a cédé environ 35 millions d'euros de chiffre d'affaires et réduit ses effectifs de 250 équivalents temps plein en 2019.

Une approche proactive de gestion des coûts

Bureau Veritas a mis en place des mesures structurelles pour améliorer ses marges et a continué d’ajuster sa base de coûts, notamment dans les activités Industrie, Bâtiment & Infrastructures, et les activités liées aux matières premières.

En conséquence, le Groupe a comptabilisé une charge de restructuration de 24,4 millions d’euros en 2019, après 42,1 millions d'euros en 2018.

Une activité de financement permettant l’allongement de la maturité moyenne de la dette et l’optimisation du coût moyen de la dette

En novembre 2019, Bureau Veritas SA a émis avec succès une émission obligatoire non notée d’un montant de 500 millions d’euros à échéance janvier 2027, assortie d’un coupon de 1,125 %. Cette opération, près de quatre fois sursouscrite, a permis de réduire le coût des obligations à un niveau inférieur aux prix initialement annoncés et témoigne de la confiance élevée des investisseurs dans le modèle économique du Groupe et dans la qualité de son profil de crédit.

Le Groupe a également lancé avec succès un placement privé sur le marché américain, d'un montant de 200 millions de dollars américains à 10 ans. Cette opération, elle aussi fortement sursouscrite, est assortie d’un coupon de 3,21 % soit un plus bas historique pour le Groupe sur ce marché. Les fonds ont été mis à disposition en janvier 2020.

Ces deux placements permettent à Bureau Veritas de profiter de conditions de marchés attractives pour ses besoins généraux et notamment d’anticiper le refinancement de certaines de ses échéances tout en allongeant la maturité moyenne de sa dette et en optimisant son coût.

Ces opérations ont contribué à l’allongement de la maturité moyenne de la dette financière du Groupe à 5,8 ans5 alors que le coût moyen de la dette sur l’année 2019 était de 2,8 %.

Nomination au Comité exécutif

La nomination de Catherine Chen en tant que Vice-Présidente Exécutive de la division Biens de consommation de Bureau Veritas

Le 1er janvier 2020, Catherine Chen est devenue Vice-Présidente Exécutive de la division Biens de Consommation. Basée à Shanghai, en Chine, Catherine Chen a rejoint le Comité Exécutif du Groupe et reporte à Didier Michaud-Daniel, Directeur Général de Bureau Veritas. Riche d’une expérience de plus de 20 ans dans le secteur des biens de consommation, Catherine Chen succède ainsi à Oliver Butler, qui a décidé de prendre sa retraite en 2020, après un brillant parcours au sein de Bureau Veritas.

  Analyse des résultats et de la situation financière du Groupe

Les informations présentées et développées ci-après contiennent des données financières obtenues après l’application d’IFRS 16 dans les états financiers consolidés de l’exercice 2019. Les données financières avant l’impact lié à l’application d’IFRS 16 sont présentées dans les annexes du présent communiqué.

Chiffre d’affaires en progression de 6,3 % par rapport à l’exercice précédent (croissance organique de 4,3 %)

Le chiffre d’affaires en 2019 a atteint 5 099,7 millions d’euros, soit une hausse de 6,3 % par rapport à 2018. La croissance organique a été de + 4,3 %, avec une légère accélération au S2 par rapport au S1 (respectivement + 4,7 % vs. + 4,0 %). Le T4 2019 a enregistré un taux de croissance organique de 5,3 %.

Cinq des six activités du Groupe ont réalisé une croissance organique de 4,8 % en moyenne, notamment les activités Agroalimentaire & Matières Premières à + 6,7 %, Industrie à + 6,2 %, Marine & Offshore à + 4,9 %, Bâtiment & Infrastructures à + 3,2 % et Biens de consommation à + 2,3 %. Seul le chiffre d’affaires de l’activité Certification a légèrement baissé sur l’exercice comme attendu (- 1,5 %), même si la tendance est redevenue positive au dernier trimestre grâce au dynamisme de la gamme de nouveaux services, en particulier ceux axés sur la responsabilité sociétale et environnementale de l’entreprise (RSE).

Par zone géographique, les activités en Europe ont connu une croissance modérée (35 % du chiffre d’affaires ; 2,6 % de croissance organique), avec notamment des performances solides en Europe du Nord et fortes dans les pays de l’Est (croissance organique à deux chiffres). La croissance en Asie-Pacifique (31 % du chiffre d’affaires ; 4,8 % de croissance organique) a été portée principalement par la Chine dans la plupart des activités, l’Asie du Sud et l’Australie. Les activités en Amérique (25 % du chiffre d'affaires) ont enregistré une croissance organique de 5,4 %, principalement sous l’impulsion de l’Amérique latine (croissance organique de 10,1 %), qui a continué à bénéficier de la bonne stratégie de diversification vers les services Opex, dans le secteur Power & Utilities notamment. Enfin, en Afrique et au Moyen-Orient (9 % du chiffre d’affaires), l’activité est restée bien orientée avec une croissance organique de 6,6 %, favorisée notamment par le secteur de l’énergie.

La croissance externe nette (effet périmètre) ressort à 1,2 %, résultat de la contribution des acquisitions réalisées en 2019, en particulier dans les activités Bâtiment & Infrastructures et Agroalimentaire, des acquisitions finalisées en 2018 et de la baisse consécutive notamment liée la cession de l’activité de conseil HSE aux États-Unis.

Les variations des taux de change ont eu un impact positif de 0,8 %, principalement du fait que l’appréciation du dollar américain et des devises corrélées face à l’euro est partiellement compensée par la dépréciation des devises de certains pays émergents.

Un résultat opérationnel ajusté de 831,5 millions d'euros, en hausse de 9,7 %

Le résultat opérationnel ajusté du Groupe a augmenté de 9,7 % atteignant 831,5 millions d’euros ; avant l’application d’IFRS 16, il s’élevait au total à 818,5 millions d’euros, soit une hausse de 8,0 %. La marge opérationnelle ajustée pour l’exercice 2019 est de 16,3 %, en hausse de 50 points de base. Avant l’application d’IFRS 16, la marge affichait une hausse de 25 points de base à 16,1 %, à comparer aux 15,8 % de l’exercice 2018 ; à taux de change constant, elle a progressé de 20 points de base à 16,0 % (dont 13 points de base en organique et 7 points de base d’effet périmètre).

ÉVOLUTION DE LA MARGE OPÉRATIONNELLE AJUSTÉE  
EN POURCENTAGE ET POINTS DE BASE  
Marge opérationnelle ajustée au 31 décembre 2018 15,8 %
Variation organique + 13 pb
Marge opérationnelle ajustée organique 15,9 %
Effet périmètre + 7 pb
Marge opérationnelle ajustée à taux de change constant 16,0 %
Effet de change + 5 pb
Marge opérationnelle ajustée au 31 décembre 2019
avant application d'IFRS 16
16,1 %
Impact IFRS 16 + 25 pb
Marge opérationnelle ajustée au 31 décembre 2019
après application d'IFRS 16
16,3 %

Trois des six activités affichent une marge en amélioration, contribuant à hauteur de 32 points de base à la marge organique du Groupe. Cela s’explique par une amélioration significative dans les activités Agroalimentaire & Matières Premières, Bâtiment & Infrastructures, et Marine & Offshore. Cette amélioration résulte de la combinaison d’effets liés au levier opérationnel, à la gestion stricte des coûts, aux bénéfices de restructurations ainsi qu’à la gestion active du portefeuille.

Les activités Biens de consommation et Certification affichent toutes deux des marges en recul en raison d'une croissance organique faible ou négative et/ou d'un mix négatif dans ces activités.

Les autres charges opérationnelles ont baissé à 110,2 millions d’euros, contre 120,8 millions d’euros en 2018, et se décomposent de la façon suivante :

  • 79,8 millions d’euros d’amortissement des actifs incorporels résultant d’acquisitions (75,1 millions d’euros en 2018) ;
  • 24,4 millions d’euros de charges de restructuration, principalement pour les Services aux gouvernements, le Bâtiment & Infrastructures, et les activités liées aux matières premières
    (42,1 millions d’euros en 2018) ;
  • 6,0 millions d’euros de produits et charges liés aux acquisitions ainsi que les produits des cessions (3,6 millions d’euros en 2018).

Le résultat opérationnel s’élève à 721,3 millions d’euros, en hausse de 13,2 % par rapport aux 637,2 millions d’euros de 2018.

Un bénéfice net ajusté par action de 1,02 euro, en hausse de 6,3 % par rapport à l’exercice précédent

Les charges financières nettes ont atteint au total 118,6 millions d’euros contre 93,2 millions d’euros en 2018, reflétant l'impact d’IFRS 16, et un impact plus négatif du taux de change (10,0 millions d’euros contre 5,7 millions d’euros en 2018) du fait de l’appréciation du dollar américain et de l’euro face aux devises de la plupart des marchés émergents.

Le coût financier net a augmenté passant à 100,2 millions d’euros (contre 82,5 millions d’euros en 2018), principalement pour les raisons suivantes : (i) l’impact lié à l’application d’IFRS 16 (16,8 millions d’euros) ; (ii) une légère augmentation de l’endettement moyen, à cause d'une anticipation du refinancement, compensé dans une certaine mesure par un coût moyen de la dette plus faible (2,8 % contre 3,0 %).

Les autres éléments (dont le coût des régimes de retraite et les autres charges financières) représentent 8,4 millions d’euros, en hausse par rapport aux 5,0 millions d’euros de 2018. 

La charge d’impôt s’élève à 210,7 millions d’euros en 2019, contre 189,3 millions d’euros en 2018.

Ceci représente un Taux Effectif d’Impôt (TEI) de 34,9 % pour l’exercice, par rapport à 34,8 % en 2018.

Le TEI ajusté est de 33,1 %, en diminution de 20 points de base par rapport à 2018. La baisse résulte notamment des nouvelles règles de déduction fiscale des intérêts applicables en France depuis 2019.

Le résultat net part du Groupe sur la période a atteint 367,9 millions d’euros, en progression de 10,6 % contre 332,6 millions d’euros en 2018.

Le Bénéfice Par Action (BPA) est de 0,83 euro, en hausse de 9,2 % par rapport à 0,76 euro en 2018

Le résultat net ajusté part du Groupe s’élève au total à 451,0 millions d’euros, en progression de 8,1 % par rapport aux 417,2 millions d’euros de 2018.

Le BPA ajusté est de 1,02 euro, en hausse de 6,3 % par rapport à 2018.

Un flux de trésorerie disponible à 617,9 millions d’euros, en forte amélioration de + 29,2 %

Pour l’exercice 2019, le flux net de trésorerie généré par l’activité affiche une amélioration de 19,7 % atteignant ainsi 820,4 millions d’euros, contre 685,5 millions d’euros en 2018. Avant l’application d’IFRS 16, le flux net de trésorerie généré par l’activité affichait une augmentation de 3,8 %, atteignant 711,4 millions d’euros. Cette augmentation est principalement due à l’amélioration du résultat avant impôts. Cet effet a été compensé partiellement par une variation du besoin en fonds de roulement positive de 17,2 millions d’euros à comparer à une variation négative de 4,1 millions d’euros durant l’exercice précédent, en conséquence d’une accélération de la croissance organique au T4 à 5,3 %. Le programme Move For Cash a continué à produire des effets positifs et se poursuit avec des actions menées dans l’ensemble de l’organisation.

Le besoin en fonds de roulement (BFR) s’élève à 450,2 millions d’euros au 31 décembre 2019, contre 433,1 millions d’euros au 31 décembre 2018. Exprimé en pourcentage du chiffre d’affaires, le BFR est en baisse à 8,8 %, à comparer à 9,0 % en 2018.

Le montant total des acquisitions d’immobilisations corporelles et incorporelles, net des cessions (capex nets), est de 122,7 millions d’euros en 2019, soit une baisse par rapport aux 124,1 millions d’euros de 2018. Ainsi, le montant net des investissements du Groupe exprimé en pourcentage du chiffre d’affaires est maîtrisé à 2,4 %, en légère baisse par rapport au niveau enregistré en 2018 (2,6 %).

Le flux de trésorerie disponible (flux net de trésorerie généré par l’activité après impôts, intérêts financiers et acquisitions d’immobilisations corporelles et incorporelles) s’élève à 617,9 millions d’euros contre 478,4 millions d’euros en 2018, soit une hausse de 29,2 % par rapport à l’exercice précédent. Avant l’application d’IFRS 16, le flux de trésorerie disponible atteignait 508,9 millions d’euros, en progression de 6,4 %. Sur une base organique, le flux de trésorerie disponible a progressé de 5,2 % en 2019.

ÉVOLUTION DU FLUX DE TRÉSORERIE DISPONIBLE  
EN MILLIONS D'EUROS  
Flux de trésorerie disponible au 31 décembre 2018 478,4
Variation organique + 25,1
Flux de trésorerie disponible organique 503,5
Effet périmètre + 0,1
Flux de trésorerie disponible à taux constant 503,6
Effet de change + 5,3
Flux de trésorerie disponible au 31 décembre 2019
avant application d'IFRS 16
508,9
Impact IFRS 16 + 109,0
Flux de trésorerie disponible au 31 décembre 2019
après application d'IFRS 16
617,9


Au 31 décembre 2019, la dette financière nette ajustée s’élevait à 1 813,3 millions d’euros, soit 1,87 fois l’EBITDA des douze derniers mois, tel que défini pour le calcul des ratios bancaires, à comparer à 2,34 fois au 31 décembre 2018. La diminution de la dette financière nette ajustée de 301,8 millions d’euros par rapport au 31 décembre 2018 (2 115,1 millions d’euros) résulte :

  • du flux de trésorerie disponible de 617,9 millions d’euros ;
  • du paiement de dividendes à hauteur de 97,3 millions d’euros ;
  • des acquisitions (nettes) et du remboursement des dettes avec les actionnaires, représentant 98,5 millions d’euros ;
  • du remboursement des dettes de location (relatif à l’application d’IFRS 16), représentant 109,0 millions d’euros ;
  • d’autres éléments venant augmenter l’endettement du Groupe de 11,3 millions d’euros.

               

        Dividende proposé

Bureau Veritas propose un dividende de 0,56 euro par action pour 2019, soit le même dividende qu’en 2018. Le dividende proposé sera versé en numéraire. Cela correspond à un ratio de distribution de 55 % du résultat net ajusté part du Groupe.

Ce point sera soumis à l’approbation de l’Assemblée générale ordinaire des actionnaires, qui se tiendra le 14 mai 2020 à 15h00 à l’Immeuble Newtime, au 40-52 Boulevard du Parc, 92200, Neuilly-sur-Seine. La mise en paiement du dividende en numéraire sera effectuée le 25 mai 2020 (les actionnaires sur le registre au 22 mai 2020 auront droit au dividende et l’action sera cotée ex-dividende le 21 mai 2020).

        L’impact du Covid-19 sur l’activité

Bureau Veritas surveille étroitement l'inactivité économique associée à l'épidémie de Covid-19. Cela a un impact direct sur les activités du Groupe, principalement en Chine (17 % du chiffre d'affaires du Groupe, 16 461 salariés au 31 décembre 2019), et potentiellement ailleurs. Les activités du Groupe axées sur les tests des biens de consommation ainsi que les activités d'audit et d'inspection sont affectées.

Dans les conditions actuelles, l'impact sur le chiffre d'affaires devrait, se situer entre 60 et 100 millions d'euros. Le Groupe informera de l’évolution de la situation en temps utile.

Le Groupe suit attentivement la situation et a pris les mesures appropriées pour protéger ses collaborateurs.

      Perspectives 2020

Le Groupe bénéficie d’un positionnement unique compte tenu de la diversité et de la résilience de son portefeuille. Étant donné l'impact négatif de la situation de force majeure liée au Covid-19, Bureau Veritas prévoit pour l’année 2020 :

  • d’atteindre une solide croissance organique du chiffre d’affaires
  • d’orienter ses efforts sur la protection de la marge opérationnelle ajustée à taux de change constant
  • de générer des flux de trésorerie maintenus à un niveau élevé

Dans les conditions actuelles, Bureau Veritas prévoit que l’impact sera principalement au premier trimestre 2020.

        Ambition 2016-2020

L’atteinte de la dernière année de l’ambition 2016-20206 n’est désormais plus pertinente dans le contexte de la crise du Covid-19.

Les fondamentaux solides du Groupe demeurent inchangés et démontrent clairement le bien-fondé de sa stratégie. Bureau Veritas annoncera son prochain plan stratégique en septembre 2020, dans la continuité de la trajectoire actuelle qui connaît un franc succès.

Le Groupe maintient ses engagements extra-financiers à l’horizon 2020 et vise principalement à :

  • Santé et Sécurité : Réduire de 50% les taux d’accidentologie (TAR, LTR)7 ;
  • Inclusion : Atteindre 25 % de femmes au sein des cadres dirigeants ;
  • Environnement8 : Réduire de 10 % les émissions de CO2 par équivalent temps plein ; Augmenter de 10 % le recours aux énergies renouvelables ; Atteindre 75 % des activités du Groupe certifiées ISO 14001.


 

      Revue des activités de l’exercice 2019

MARINE & OFFSHORE

EN MILLIONS D’EUROS 2019 2018 VAR. IFRS 16 ORGANIQUE PÉRIMÈTRE CHANGE
Chiffre d’affaires 368,5 348,6 + 5,7 % - + 4,9 % + 0,1 % + 0,7 %
Résultat opérationnel ajusté 81,5 73,5 + 10,9 %        
Marge opérationnelle ajustée 22,1 % 21,1 % + 104 pb + 10 pb + 55 pb + 35 pb + 4 pb

L’activité Marine & Offshore a enregistré une croissance organique solide de 4,9 % en 2019, bénéficiant de la reprise des nouvelles commandes. La croissance organique de 2,4 % au T4 2019 est le reflet de la reprise déjà observée au dernier trimestre de 2018. La performance de l’exercice s’explique principalement par :

  • une croissance élevée à un chiffre dans l’activité Nouvelles constructions, notamment portée par l’activité de certification d’équipements en Asie du Nord-Est (Chine et Corée du Sud).
  • une croissance faible à un chiffre dans le sous-segment Navires en services (Core), reflet de la croissance modérée de la flotte, d’une stabilisation des prix et du bénéfice limité de la réglementation IMO 2020. Le Groupe a également bénéficié d'un flux régulier de transferts de classe. Au 31 décembre 2019, la flotte classée par Bureau Veritas est composée de 11 394 navires, représentant 126,6 millions de tonneaux bruts (GRT), soit une hausse de 0,5 % sur une base annuelle (sur la base du nombre de navires).
  • une croissance faible à un chiffre pour le sous-segment Services (Offshore inclus), bénéficiant de l’extension des services fournis aux clients et de la stabilisation de l’activité Offshore (services de règlement des sinistres). En particulier, l’énergie éolienne offshore offre des opportunités intéressantes, compte tenu de l’attribution de deux projets avec Jan de Nul, l’un d’entre eux étant un navire offshore d’installation de parc éolien auto-élévateur hautement perfectionné.

Les nouvelles commandes ont augmenté de 7,3 % atteignant 6,5 millions de tonneaux bruts à la fin décembre 2019 (contre 6,1 millions de tonneaux bruts à la même période de l’exercice précédent). L’excellente performance du Groupe, sur un marché connaissant une décroissance à deux chiffres en 2019, témoigne de son positionnement solide sur les segments les plus dynamiques et confirme sa position de leader dans les navires au GNL et les navires citernes de GNL. Le carnet de commandes se chiffre à 14,2 millions de tonneaux bruts à la fin de l’année, soit une hausse de 1,2 % par rapport à décembre 2018. Il est bien diversifié avec des porte-conteneurs, des vraquiers, des pétroliers, des méthaniers et des navires de passagers qui représentent une part importante du portefeuille de commandes.

En 2019, l’activité Marine & Offshore a continué à se concentrer sur les leviers d’efficacité à travers la digitalisation et des services à haute valeur ajoutée. L’activité a lancé de nouveaux outils digitaux, tels que Veristar Equipment, une plateforme permettant de simplifier le processus de certification des équipements, et Optimum Survey Planning, un outil qui optimise la réservation d'inspections et visites par le client. De plus, des certificats électroniques ont été déployés pendant l’année pour de nombreux propriétaires de navires, avec plus de 1 500 certificats électroniques émis.

Pendant l’année, Bureau Veritas Solutions a pris de l’ampleur auprès des clients du Groupe, les propriétaires de navires et les opérateurs étant en quête d’expertise pour accroître la performance de leurs actifs. L'offre a été lancée en 2018 afin d’accompagner les clients du Groupe dans le contexte d'un renforcement des exigences réglementaires dans le domaine de l’environnement.

La marge opérationnelle ajustée pour l’exercice atteint 22,1 %, soit une hausse de 104 points de base par rapport à 2018, dont 55 points de base en organique, bénéficiant du levier opérationnel, d'un mix positif et de l’excellence opérationnelle. Le Groupe a notamment joui des retombées positives de la transformation du modèle opérationnel de son sous-segment Navires en service.

Perspectives : En 2020, Bureau Veritas prévoit une croissance organique positive pour cette activité. Cela reflète (i) une bonne dynamique dans l’activité Nouvelles constructions grâce à son carnet de commandes fourni ; (ii) un sous-segment Navires en service qui résiste ; (iii) une amélioration des activités Offshore.

AGROALIMENTAIRE & MATIÈRES PREMIÈRES

EN MILLIONS D’EUROS 2019 2018 VAR. IFRS 16 ORGANIQUE PÉRIMÈTRE CHANGE
Chiffre d’affaires 1 168,2 1 074,5 + 8,7 % - + 6,7 % + 1,2 % + 0,8 %
Résultat opérationnel ajusté 161,4 132,0 + 22,3 %        
Marge opérationnelle ajustée 13,8 % 12,3 % + 153 pb + 40 pb + 79 pb + 39 pb (5) pb

L’activité Agroalimentaire & Matières Premières affiche une croissance organique solide de 6,7 % en 2019, portée par les Métaux & Minéraux, l’Agroalimentaire et les Services aux gouvernements. Le T4 2019 a enregistré une croissance organique de 6,6 %.

Le segment Produits Pétroliers et Pétrochimiques (O&P) (36 % du chiffre d’affaires de la division) a enregistré une croissance organique faible à un chiffre (y compris au T4 2019), avec une croissance similaire dans les activités liées aux échanges (Trade) et amonts (Upstream). Le Groupe a connu une forte croissance en Europe grâce à de nouveaux services et contrats d’externalisation, ainsi qu’une très forte croissance en Afrique grâce à l’extension de son empreinte et de ses services ; en revanche, la croissance a été légèrement négative aux États-Unis où les dynamiques concurrentielles restent difficiles. Les activités non liées aux échanges (analyses d’huiles lubrifiantes et du carburant des navires) ont réalisé une croissance à deux chiffres. La réglementation IMO 2020 a donné une impulsion supplémentaire au marché avec une forte demande de tests de compatibilité à l’heure où les propriétaires de navires font la transition.

Le segment Métaux & Minéraux (28 % du chiffre d’affaires de la division) a encore enregistré une bonne performance avec une croissance organique élevée à un chiffre en 2019 (y compris au T4), portée par les activités liées aux échanges (Trade) et amonts (Upstream) dans la plupart des régions. Les activités amonts ont continué à enregistrer une forte croissance, portée notamment par l’Afrique, l’Australie et l’Amérique. Le Groupe a tiré de bons résultats de sa stratégie de développement en Afrique avec de nouveaux contrats et laboratoires servant un éventail de projets - incluant la bauxite et l’or. L’obtention de contrats clés d’externalisation de sites miniers (Afrique et Australie) a largement contribué à la croissance. Les activités liées aux échanges affichent une croissance organique élevée à un chiffre, principalement grâce à l’Asie et à l’Amérique. Elles ont bénéficié de conditions de marché favorables et ont continué à enregistrer de fortes performances grâce à des gains de parts de marché.

Le segment Agroalimentaire (22 % du chiffre d’affaires de la division) a enregistré une très forte croissance organique à deux chiffres sur l’exercice (y compris au T4), menée par les activités Alimentaires et les activités d'inspection et d’essais dans l’Agriculture. L’Agro-industrie affiche une croissance à deux chiffres dans toutes les zones géographiques hormis l’Europe. Elle a bénéficié des nouveaux contrats remportés notamment dans l’agriculture de précision (en Afrique, Amérique latine et Europe de l’Est notamment), de comparables favorables (après de mauvaises conditions météo et des facteurs extérieurs en 2018) et des nouveaux services couvrant des programmes de traçabilité du développement durable proposés aux producteurs et à l'industrie du négoce et de la distribution. L’activité Alimentaire a également maintenu des tendances solides dans toutes les zones géographiques, au-dessus de la croissance du marché, grâce au développement de plusieurs initiatives, à l'ouverture de nouveaux laboratoires (aux États-Unis et en Asie) et aux bénéfices tirés d’acquisitions antérieures (DTS en Australie ou Labomag au Maroc). En 2019, la création de la joint-venture Bureau Veritas Asure Quality a permis à l’entreprise de consolider sa position de leader en Asie du Sud-Est, grâce à un réseau de laboratoires parfaitement intégré à Singapour, en Malaisie, au Vietnam et en Thaïlande.

Le segment Services aux gouvernements (14 % du chiffre d’affaires de la division) a enregistré une croissance organique à deux chiffres durant l’exercice (dont une croissance élevée à un chiffre au T4), bénéficiant pleinement de la montée en puissance des contrats VOC (Vérification de conformité) et guichets uniques dans plusieurs pays africains (la République démocratique du Congo, le Ghana, la Côte d’Ivoire et la Tanzanie, notamment).

La marge opérationnelle ajustée pour la division Agroalimentaire & Matières Premières s’est fortement améliorée, atteignant 13,8 %, soit une progression de 153 points de base par rapport à l’exercice précédent. Cela montre une forte croissance organique (+ 79 points de base) nourrie par le levier opérationnel, un mix positif et le bénéfice de mesures de restructuration antérieures.

Perspectives : En 2020, le Groupe s’attend à ce que son activité Agroalimentaire & Matières Premières réalise une croissance organique solide, bien qu’à un niveau plus faible par rapport à 2019, nourrie par la bonne santé des activités Agroalimentaires, la solidité des marchés des Métaux & Minéraux et par la résistance des activités des Produits Pétroliers et Pétrochimiques.

  

INDUSTRIE

EN MILLIONS D’EUROS 2019 2018 VAR. IFRS 16 ORGANIQUE PÉRIMÈTRE CHANGE
Chiffre d’affaires 1 111,1 1 052,8 + 5,5 % - + 6,4 % (0,1) % (0,8) %
Résultat opérationnel ajusté 141,4 131,1 + 7,9 %        
Marge opérationnelle ajustée 12,7 % 12,5 % + 26 pb + 32 pb (9) pb (5) pb + 8 pb

Le chiffre d’affaires de l’activité Industrie a accéléré, passant de + 3,5 % en 2018 à + 6,4 % en organique sur l’exercice 2019, ce qui confirme la reprise observée au cours de l’année écoulée. Au T4 2019, l’activité a enregistré une croissance organique forte de + 9,3 %. Cette croissance reflète les bénéfices de la stratégie de diversification vers les marchés Opex et hors Pétrole & Gaz ainsi que l’amélioration des conditions de marché dans le Pétrole & Gaz tout au long de l’exercice 2019.

Les activités liées aux Opex, qui font partie des Initiatives de Croissance du plan stratégique du Groupe, ont conservé une bonne performance en 2019. Une croissance faible à deux chiffres a été principalement observée dans le segment Power & Utilities (13 % du chiffre d'affaires de la division, P&U), surtout portée par l’Amérique latine avec une dynamique solide en Amérique du Nord. Au cours de l’exercice, le Groupe a étendu avec succès sa plateforme Opex réseaux dans différents pays d’Amérique latine (Brésil, Colombie, Pérou, Argentine, Panama), tirant parti de son savoir-faire reconnu. Plusieurs gros contrats avec divers clients dans la distribution d’énergie ont été signés au Chili et en Argentine. P&U devrait rester l’un des moteurs de croissance du Groupe et améliorer davantage la nature récurrente de ses activités.

Les marchés Pétrole & Gaz (36 % du chiffre d’affaires de la division) ont poursuivi leur reprise tout au long de l’exercice, y compris au dernier trimestre : les activités liées aux Capex ont eu une croissance organique faible à deux chiffres, portée par des développements importants aux États-Unis, en Amérique latine (sauf Brésil) et en Afrique. L’activité s’est davantage stabilisée en Asie. Durant l’exercice, le Groupe a continué à enregistrer une accumulation d’opportunités Capex, principalement de petite taille, notamment dans le Gaz et pour les projets liés au GNL. Les activités liées aux Opex affichent une croissance organique modérée à un chiffre par rapport à l’exercice précédent, bénéficiant de la reprise de grands comptes. La croissance a été principalement portée par l’Amérique latine (l’Argentine et la Colombie, notamment) et l’Europe du Sud et de l’Ouest.

Au niveau géographique, la croissance a été très forte dans les principaux pays d’Amérique latine grâce à la diversification sectorielle (activités P&U et Opex Pétrole & Gaz), aux États-Unis (grâce aux compagnies pétrolières internationales et aux projets GNL) et dans certains pays d’Europe (parmi lesquels l’Italie, le Royaume-Uni et les pays de l’Est).

Durant l’exercice, le Groupe a continué à progresser dans sa transformation digitale. Les inspections par drone se sont multipliées dans de nombreux secteurs et pays, aboutissant à plus d’efficacité et à plus de sécurité pour les inspecteurs. Le Groupe a signé trois nouveaux partenariats : i) avec Ergoss pour un service d’analyse des données de vol à des fins de sécurité dans l’aviation ; ii) avec Cornis pour des services d’inspection avancée de pales d’éoliennes, s’appuyant sur la technologie d’intelligence artificielle de Cornis ; iii) avec OSMOS (Groupe EREN) pour des services intégrés d’inspection et de surveillance des structures, basés sur la technologie unique des capteurs de déformation d’OSMOS.

La marge opérationnelle ajustée pour l’exercice a gagné 26 points de base pour atteindre 12,7 % par rapport aux 12,5 % de 2018. Sur une base organique, la marge est en repli de 9 points de base à cause d'un effet de mix négatif persistant avec la forte montée en puissance d’importants contrats Opex et des frais de mobilisation qui compensent le levier opérationnel et les bénéfices des mesures de restructuration.

Perspectives : En 2020, Bureau Veritas prévoit pour son activité Industrie une croissance organique solide, portée par la poursuite de sa fructueuse diversification vers les services Opex ainsi que par une nouvelle amélioration des marchés Capex Pétrole & Gaz.

BÂTIMENT & INFRASTRUCTURES

EN MILLIONS D’EUROS 2019 2018 VAR. IFRS 16 ORGANIQUE PÉRIMÈTRE CHANGE
Chiffre d’affaires 1 379,2 1 275,7 + 8,1 % - + 3,2 % + 3,6 % + 1,3 %
Résultat opérationnel ajusté 209,7 188,2 + 11,4 %        
Marge opérationnelle ajustée 15,2 % 14,8 % + 45 pb + 9 pb + 38 pb (8) pb + 6 pb

L'activité Bâtiment & Infrastructures affiche une croissance forte de 8,1 % en 2019 avec un impact lié à la croissance externe de 3,6 % en particulier grâce à l’acquisition de Capital Energy en France et d’Owen Group aux États-Unis.

Sur une base organique, la croissance est de 3,2 % pour l'exercice (dont 2,8 % au dernier trimestre), répartie sur l’Asie et l’Amérique. Une croissance organique modérée à un chiffre a été réalisée dans les activités liées à la Construction (44 % du chiffre d’affaires de la division) tandis qu'une croissance organique faible à un chiffre a été atteinte dans les activités des Bâtiments en service (56 % du chiffre d’affaires de la division).

Le Groupe a atteint une croissance organique élevée à un chiffre en Asie-Pacifique (23 % du chiffre d’affaires de la division). Cette croissance est principalement alimentée par la Chine (+ 9,5 % de croissance organique), représentant 15 % du chiffre d’affaires de l’activité Bâtiment & Infrastructures, qui continue à être soutenue par une forte croissance dans l’assistance à la gestion de projets énergétiques et d'infrastructures. Le Japon a également réalisé une croissance organique solide grâce au bon développement des services liés aux Capex.

En Amérique (19 % du chiffre d’affaires de la division), une croissance modérée à un chiffre a été atteinte, portée principalement par les États-Unis (+ 7,7 % de croissance organique) qui bénéficient d’une fortes dynamique des services de mise en exploitation de centres de données (acquisition de Primary Integration) et des tendances solides dans les services de conformité à la réglementation. L’acquisition d’Owen Group (environ 7 millions d’euros de chiffre d’affaires) a permis au Groupe de se positionner dans les services de conformité des bâtiments et infrastructures aux États-Unis, incluant la vérification de l'accessibilité selon les normes américaines ADA, la conformité de travaux d'entretien différés, la mise en service et le respect du Code de construction. En Amérique latine, l’activité a souffert de la fin de contrats et de l’absence de nouveaux investissements au Brésil et au Mexique notamment. Le carnet de commandes a toutefois connu une amélioration vers la fin de l’exercice.

La croissance en Europe (55 % du chiffre d’affaires de la division) affiche une légère hausse. La France (42 % du chiffre d’affaires de la division) a été globalement stable avec une amélioration au T4 (+ 2,6 %) reflétant une certaine croissance dans les activités liées aux Opex (les trois-quarts environ de l’activité française) tandis que les activités liées aux Capex ont légèrement reculé, résultat des dynamiques du marché. Durant l’exercice, plusieurs initiatives ont été lancées ainsi que davantage d’offres à valeur ajoutée : celles-ci s’appuient sur Bureau Veritas Solutions qui englobe un large éventail de nouveaux services, parmi lesquels la gestion de projets exploitant le système de gestion prédictive des risques et du vieillissement des actifs d’EMG ou des programmes d’audit énergétique/efficacité énergétique tirant parti de l’expertise de l’entreprise Capital Energy (23 millions d’euros de chiffre d’affaires, acquise en 2019), qui fournit des services de conseil et d’assistance pour des projets éligibles de Certificats d’Économies d’Énergie en France. 

Durant l’exercice, l’assistance à la gestion de projets pour de vastes travaux de construction, qui a été développée au Brésil sur la base du logiciel PRIManager, a été déployée dans plus de 10 pays. Le récent déploiement en Chine devrait accélérer davantage la croissance du chiffre d'affaires associé à ces services.

La marge opérationnelle ajustée pour l’exercice a augmenté de 45 points de base pour atteindre 15,2 %, dont 38 points de base en organique grâce à des gains d’efficacité et au mix géographique.

Perspectives : En 2020, Bureau Veritas prévoit pour l’activité une amélioration globale grâce à la reprise en France, soutenue par son solide carnet de commandes de services liés aux Opex, mais atténuée par l’impact négatif de la crise du Covid-19 sur ses opérations.

CERTIFICATION

EN MILLIONS D’EUROS 2019 2018 VAR. IFRS 16 ORGANIQUE PÉRIMÈTRE CHANGE
Chiffre d’affaires 370,5 373,7 (0,9) % - (1,5) % + 0,2 % + 0,5 %
Résultat opérationnel ajusté 64,5 66,4 (2,9) %        
Marge opérationnelle ajustée 17,4 % 17,8 % (34) pb + 14 pb (50) pb +2 pb -

L’activité Certification a enregistré, comme prévu, une croissance organique légèrement négative de (1,5) % sur l’exercice 2019, après le niveau d’activité exceptionnellement élevé de 2018 avec la fin de la période de trois ans de révision des normes. Au dernier trimestre, la croissance est repartie avec une performance organique forte de + 6,7 %.

Comme attendu, les marchés de la Certification QHSE et Transports ont fortement baissé en raison de l’absence des jours-hommes relatifs à la transition au cours des neuf premiers mois de l’exercice. Cette situation a eu une incidence principalement sur les pays qui sont très dépendants des normes QHSE et Transports, à savoir l’Allemagne, les États-Unis, le Canada, le Brésil et le Japon.

La croissance a été forte ailleurs, soutenue par de nouveaux produits qui répondent à la demande globalement croissante des clients en matière de protection des marques et de traçabilité tout au long de la chaîne d’approvisionnement. En 2019, le Groupe a réalisé une croissance élevée à deux chiffres dans la Gestion de la santé et la sécurité (avec la nouvelle norme ISO 45001), les Audits sociaux & personnalisés (à la fois au niveau des opérations et de l’approvisionnement des clients), et les audits de Développement durable et RSE. Les activités relatives aux gaz à effet de serre et aux émissions de CO2 en particulier ont enregistré une croissance spectaculaire cette année.

Dans le domaine du Développement durable, Bureau Veritas propose aux entreprises des solutions pour mesurer et vérifier les différents aspects de leurs objectifs et engagements en matière de changement climatique et de responsabilité sociale :

  • Industrie aérienne : Bureau Veritas a été l’un des premiers organismes de certification à avoir été accrédité par UKAS pour le programme CORSIA (Carbon Offsetting & Reduction Scheme for International Aviation - Programme de compensation et de réduction de carbone pour l’aviation internationale) développé par ICAO (International Civil Aviation Organization - Organisation de l’aviation civile internationale), une agence de l’ONU, pour réduire de 2,5 milliards de tonnes les émissions de CO2 liées au trafic aérien. Grâce à cette accréditation, le Groupe peut aider les compagnies aériennes à vérifier leurs niveaux d’émissions carbone à compter de 2020 ;
  • Économie circulaire : Bureau Veritas a lancé Circular +, en 2019, une suite de services d’audit et de certification axés sur la préservation des ressources naturelles, le recyclage des déchets, la gestion environnementale, l'optimisation de la consommation d’énergie et la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Les Systèmes de gestion des aliments et les schémas de Certification alimentaire ont encore enregistré une forte croissance, grâce notamment aux produits biologiques, en croissance organique à deux chiffres.
En août 2019, le Groupe a finalisé l’acquisition de Q Certificazioni S.r.l., un organisme de certification indépendant basé en Italie et spécialisé dans la certification biologique (env. 2 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2018). Cette acquisition permet au Groupe de faire son entrée sur le marché de la certification alimentaire biologique en Italie, l’un des premiers pays producteurs d’aliments biologiques en Europe et l’un des principaux pays exportateurs de produits biologiques.

La diversification du portefeuille du Groupe reste l’un des principaux contributeurs à la croissance, le développement de nouveaux produits étant en hausse de plus de 25 % sur l’exercice 2019. Dans le domaine de la gestion des risques, Bureau Veritas a continué à développer le portefeuille de solutions destinées aux entreprises pour la lutte contre la corruption, la gestion des actifs et la continuité de l’activité. Dans le digital, le Groupe a développé de nouvelles offres liées à la protection des données privées dans le cadre du récent Règlement général européen sur la protection des données (RGPD) ou de la nouvelle norme ISO 27701 : 2019 sur la protection de la vie privée et des données à caractère personnel.

La marge opérationnelle ajustée pour l’exercice a faibli de 34 points de base atteignant un bon 17,4 %. Cela reflète une baisse organique de 50 points de base causée par une croissance et un mix négatifs, compensés partiellement par des initiatives sur la marge.

Perspectives : En 2020, l’activité Certification devrait réaliser une croissance organique solide, portée par le Développement durable et la RSE, les schémas de Certification alimentaire et les normes spécialisées liées à la Gestion des risques, à la Cybersécurité et aux Dispositifs médicaux, ainsi que par le développement de nouveaux produits globalement.

BIENS DE CONSOMMATION

EN MILLIONS D’EUROS 2019 2018 VAR. IFRS 16 ORGANIQUE PÉRIMÈTRE CHANGE
Chiffre d’affaires 702,2 670,2 + 4,8 % - + 2,3 % - +2,5 %
Résultat opérationnel ajusté 173,0 166,8 + 3,7 %        
Marge opérationnelle ajustée 24,6 % 24,9 % (26) pb + 35 pb (53) pb - (8) pb

L’activité Biens de consommation affiche une croissance organique modérée de + 2,3 % sur l’exercice. La croissance s’explique par une performance forte en Asie du Sud et en Asie du Sud-Est, la résilience de la Chine, et une croissance solide en Europe, malgré une situation globalement compliquée aux États-Unis. Le chiffre d'affaires au T4 2019 a progressé de 2,8 % en organique.

Le segment Textiles (35 % du chiffre d’affaires de la division) affiche une croissance organique faible à un chiffre, avec une très bonne dynamique en Asie du Sud et en Asie du Sud-Est (en particulier au Vietnam, au Cambodge et en Inde), continuant à bénéficier d’une accélération de l’approvisionnement hors de Chine. Un nouveau laboratoire a été ouvert au Vietnam en 2019. L’Asie du Sud et l’Asie du Sud-Est représentent désormais une part importante de l’activité Biens de consommation. La croissance a été solide en Europe (portée par la Turquie et l’Italie notamment), globalement stable en Chine et faible aux États-Unis.

Le segment Biens durables (32 % du chiffre d’affaires de la division) réalise une performance inférieure à la moyenne de la division, comparé à la forte croissance enregistrée à la même période de l’exercice précédent ; la croissance a été portée par l’Asie du Sud-Est et l’Europe ; le sous-segment Jouets est resté globalement stable par rapport à l’exercice précédent. Le sous-segment Cosmétiques affiche une croissance à deux chiffres de même que les audits sociaux et RSE dans toutes les régions. La nouvelle plateforme internationale de e-commerce pour les audits de fournisseurs du marché de masse (inSpec-bv.com), qui a été lancée au T4 2018, a gagné du terrain auprès des clients du Groupe durant l’exercice, permettant aux clients de renforcer leur confiance dans leurs achats grâce à l’inspection des fournisseurs.

Enfin, le segment Produits Électriques & Électroniques (33 % du chiffre d’affaires de la division) affiche une croissance organique stable. L’activité a pâti de conditions de marché difficiles avec les géants de la grande distribution aux États-Unis, et des effets de plusieurs faillites. En Europe, la croissance a été portée par l’Allemagne en particulier et par un solide développement des activités de tests dans le Mobile.

Au cours du second semestre de l’exercice, Bureau Veritas a investi dans la 5G pour accompagner le développement de ses activités dans les technologies sans fil / issues du SmartWorld et leur dissémination dans toutes les catégories de produits de l’Internet des Objets (IoT). Les plateformes de test asiatiques (Chine, Corée du Sud) sont en cours d’équipement et seront opérationnelles dès le premier semestre 2020. Cela soutiendra progressivement la croissance du segment Produits Électriques & Électroniques.

Tout au long de l’exercice 2019, l’incertitude régnant autour de l’augmentation des tarifs douaniers a poussé certains clients à maintenir une attitude attentiste retardant le lancement de nouveaux produits. Le Groupe ne voit aucune évolution de la situation à ce jour.

La marge opérationnelle ajustée pour l’exercice est de 24,6 %, en recul de 26 points de base, dont une baisse organique de 53 points de base imputée aux effets d'une croissance plus faible et d'un effet de mix négatif (dû à l’activité et aux zones géographiques).

Perspectives : En 2020, le Groupe prévoit une croissance organique positive, avec une dynamique forte en Asie du Sud et en Asie du Sud-Est, une croissance modérée en Europe, et des conditions plus difficiles aux États-Unis et en Chine.

S’agissant du Covid-19, le Groupe suit la situation de près. Dans les circonstances actuelles, le Groupe s’attend, au T1 2020, à un impact négatif sur la croissance de son activité Biens de consommation à cause des mesures de confinement.

Conférence téléphonique

  • Les résultats annuels seront présentés le jeudi 27 février à 15h00 (heure de Paris)
  • Une vidéo conférence sera retransmise en direct, accessible via : Lien vers la vidéo conférence
  • Les diapositives de la présentation seront disponibles sur : https://group.bureauveritas.com/fr
  • Les supports de communication seront disponibles sur le site Internet du Groupe.
  • Numéro téléphoniques (direct) :
    • France : +33 (0)1 70 37 71 66
    • Royaume-Uni : +44 (0)20 3003 2666
    • États-Unis : +1 212 999 6659
    • International : +44 (0)20 3003 2666
    • Mot de passe : Bureau Veritas

 Calendrier financier 2020

  • Chiffre d’affaires du 1er trimestre 2020 : 23 avril 2020
  • Assemblée générale ordinaire des actionnaires : 14 mai 2020
  • Résultats du 1er semestre 2020 : 28 juillet 2020
  • Journée Investisseurs : 29 septembre 2020 – Paris, France
  • Chiffre d’affaires du 3ème trimestre 2020 : 22 octobre 2020

 À propos de Bureau Veritas

Bureau Veritas est un leader mondial de l’inspection, de la certification et des essais en laboratoire. Créé en 1828, le Groupe emploie plus de 78 000 collaborateurs dans plus de 1 500 bureaux et laboratoires dans le monde entier. Bureau Veritas aide ses clients à améliorer leurs performances, en offrant des services et des solutions innovantes pour s'assurer que leurs actifs, produits, infrastructures et processus répondent aux normes et réglementations relatives à la qualité, la santé, la sécurité, la protection de l’environnement et la responsabilité sociale.
Bureau Veritas est coté sur Euronext Paris et fait partie de l’indice Next 20.
Compartiment A, code ISIN FR 0006174348, mnémonique : BVI.
Pour en savoir plus https://group.bureauveritas.com

  Nos informations sont certifiées par la technologie blockchain.
Vérifiez l’authenticité de ce communiqué de presse sur www.wiztrust.com.


CONTACTS ANALYSTES / INVESTISSEURS   CONTACTS PRESSE    
Laurent Brunelle   Véronique Gielec    
+33 (0)1 55 24 76 09   +33 (0)1 55 24 76 01    
laurent.brunelle@bureauveritas.com   veronique.gielec@bureauveritas.com    
         
Florent Chaix   DGM Conseil    
+33 (0)1 55 24 77 80   +33 (0)1 40 70 11 89    
florent.chaix@bureauveritas.com   thomasdeclimens@dgm-conseil.fr
quentin.hua@dgm-conseil.fr
   

Ce communiqué de presse (y compris ses annexes) contient des informations et déclarations de nature prospective basées sur les objectifs et prévisions à ce jour de la direction de Bureau Veritas. Ces informations et déclarations de nature prospective sont inévitablement soumises à un certain nombre de facteurs de risque et d’incertitude importants tels que ceux décrits dans le Document de référence enregistré auprès de l’Autorité des marchés financiers qui font que les résultats finalement obtenus pourront différer de ces objectifs ou prévisions. Ces informations de nature prospective n’ont de valeur qu’au jour de leur formulation et Bureau Veritas n’assume aucune obligation de mise à jour ou de révision de celles-ci, que ce soit en raison de nouvelles informations qui seraient à sa disposition, de nouveaux événements ou pour toute autre raison, sous réserve de la réglementation applicable.


 

    Annexe 1 : Chiffre d’affaires du 4ème trimestre et de l'exercice 2019 par activité

EN MILLIONS D'EUROS 2019 2018 VARIATION ORGANIQUE PÉRIMÈTRE CHANGE
Marine & Offshore 96,2 93,4 + 3,0 % + 2,4 % (0,3) % + 0,9 %
Agroalimentaire & Matières Premières 300,6 277,4 + 8,4 % + 6,6 % + 1,0 % + 0,8 %
Industrie 295,3 273,9 + 7,8 % + 9,3 % - (1,5) %
Bâtiment & Infrastructures 377,0 348,5 + 8,2 % + 2,8 % + 4,3 % + 1,1 %
Certification 102,4 94,8 + 8,0 % + 6,7 % + 0,5 % + 0,8 %
Biens de consommation 180,9 172,6 + 4,8 % + 2,8 % - + 2,0 %
CA du 4ème trimestre 1 352,4 1 260,6 + 7,3 % + 5,3 % + 1,4 % + 0,6 %
Marine & Offshore 368,5 348,6 + 5,7 % + 4,9 % + 0,1 % + 0,7 %
Agroalimentaire & Matières Premières 1 168,2 1 074,5 + 8,7 % + 6,7 % + 1,2 % + 0,8 %
Industrie 1 111,1 1 052,8 + 5,5 % + 6,4 % (0,1) % (0,8) %
Bâtiment & Infrastructures 1 379,2 1 275,7 + 8,1 % + 3,2 % + 3,6 % + 1,3 %
Certification 370,5 373,7 (0,9) % (1,5) % + 0,2 % + 0,5 %
Biens de consommation 702,2 670,2 + 4,8 % + 2,3 % - + 2,5 %
Chiffre d’affaires de l’exercice 5 099,7 4 795,5 + 6,3 % + 4,3 % + 1,2 % + 0,8 %

      Annexe 2 : Chiffre d’affaires 2019 par trimestre

  CHIFFRE D'AFFAIRES 2019 PAR TRIMESTRE
  EN MILLIONS D'EUROS T1 T2 T3 T4
  Marine & Offshore 87,3 93,6 91,4 96,2
  Agroalimentaire & Matières Premières 274,9 299,4 293,3 300,6
  Industrie 255,8 278,6 281,4 295,3
  Bâtiment & Infrastructures 323,8 340,9 337,5 377,0
  Certification 83,2 99,4 85,5 102,4
  Biens de consommation 150,1 189,7 181,6 180,9
  Total Groupe 1 175,1 1 301,6 1 270,7 1 352,4

     Annexe 3 : Résultat et marge opérationnels ajustés par activité

 

APRÈS APPLICATION D'IFRS 16 RÉSULTAT OPÉRATIONNEL AJUSTÉ MARGE OPÉRATIONNELLE AJUSTÉE  
2019 2018 VAR.
(%)
2019 2018 VAR.
(POINTS DE BASE)
 
EN MILLIONS D'EUROS  
Marine & Offshore 81,5 73,5  + 10,9 % 22,1 % 21,1 %  + 104 pb  
Agroalimentaire & Matières Premières 161,4 132,0  + 22,3 % 13,8 % 12,3 %  + 153 pb  
Industrie 141,4   131,1  + 7,9 % 12,7 % 12,5 %  + 26 pb  
Bâtiment & Infrastructures 209,7   188,2  + 11,4 % 15,2 % 14,8 %  + 45 pb  
Certification 64,5   66,4  (2,9) % 17,4 % 17,8 %  (34) pb  
Biens de consommation 173,0   166,8  + 3,7 % 24,6 % 24,9 %  (26) pb  
Total Groupe 831,5   758,0  + 9,7 % 16,3 % 15,8 %  + 50 pb  


AVANT APPLICATION D'IFRS 16 RÉSULTAT OPÉRATIONNEL AJUSTÉ MARGE OPÉRATIONNELLE AJUSTÉE  
2019 2018 VAR.
(%)
2019 2018 VAR.
(POINTS DE BASE)
 
EN MILLIONS D'EUROS  
Marine & Offshore 81,2 73,5 + 10,5 % 22,0 % 21,1 %  + 94 pb  
Agroalimentaire & Matières Premières 156,6 132,0 + 18,6 % 13,4 % 12,3 %  + 113 pb  
Industrie 137,7 131,1 + 5,0 % 12,4 % 12,5 %  (6) pb  
Bâtiment & Infrastructures 208,4 188,2 + 10,7 % 15,1 % 14,8 %  + 36 pb  
Certification 64,0   66,4  (3,6) % 17,3 % 17,8 %  (48) pb  
Biens de consommation 170,6   166,8  + 2,3 % 24,3 % 24,9 %  (61) pb  
Total Groupe 818,5   758,0  + 8,0 % 16,1 % 15,8 %  + 25 pb  

  

        Annexe 4 : Extraits des états financiers consolidés

Extraits des états financiers pour l’exercice 2020, audités et arrêtés par le Conseil d’administration le 26 février 2020. Les procédures d’audit sur les comptes consolidés ont été effectuées. Le rapport d’examen limité des Commissaires aux comptes a été émis.

COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉ        
EN MILLIONS D'EUROS 2019 APRÈS APPLICATION D'IFRS 16 1ère APPLICATION DE LA NORME IFRS 16 2019 AVANT APPLICATION D'IFRS 16 2018  
Chiffre d’affaires 5 099,7   5 099,7 4 795,5  
Achats et charges externes (1 438,3) 107,4 (1 545,7) (1 418,0)  
Frais de personnel (2 596,8)   (2 596,8) (2 507,1)  
Impôts et taxes (45,8)   (45,8) (46,2)  
(Dotations) / reprises de provisions (9,2)   (9,2) (11,8)  
Dotations aux amortissements (305,3) (94,4) (210,9) (200,3)  
Autres produits et charges d’exploitation 17,0   17,0 25,1  
Résultat opérationnel 721,3 13,0 708,3 637,2  
Quote-part du résultat net des sociétés mises en équivalence 0,6   0,6 0,4  
Résultat opérationnel après quote-part du résultat net des sociétés mises en équivalence 721,9 13,0 708,9 637,6  
Produits de trésorerie et d'équivalents de trésorerie 2,1   2,1 1,8  
Coût de l'endettement financier brut (102,3) (16,8) (85,5) (84,3)  
Coût de l'endettement financier net (100,2) (16,8) (83,4) (82,5)  
Autres produits et charges financiers (18,4) (1,1) (17,3) (10,7)  
Résultat financier (118,6) (17,9) (100,7) (93,2)  
Résultat avant impôts 603,3 (4,9) 608,2 544,4  
Charge d'impôt (201,7) 1,3 (212,0) (189,3)  
Résultat net des activités poursuivies 392,6 (3,6) 396,2 355,1  
Résultat net des activités abandonnées -   - -  
Résultat net 392,6 (3,6) 396,2 355,1  
Intérêts minoritaires 24,7 (0,1) 24,8 22,5  
Résultat net part du Groupe 367,9 (3,5) 371,4 332,6  
Résultat par action (en euros) :          
Résultat net 0,83   0,84 0,76  
Résultat net dilué 0,83   0,83 0,76  


ÉTAT DE LA SITUATION FINANCIÈRE CONSOLIDÉE    
EN MILLIONS D'EUROS 2019 APRÈS APPLICATION D'IFRS 16 1ère APPLICATION DE LA NORME IFRS 16 2019 AVANT APPLICATION D'IFRS 16 2018
Écarts d'acquisition 2 075,1   2 075,1  2,011,6
Immobilisations incorporelles 611,1   611,1  634,6
Immobilisations corporelles 444,9   444,9  471,1
Droits d'utilisation 369,0 369,0 - -
Autres actifs financiers non courants 118,3   118,3  114,8
Impôts différés actifs 132,1 9,9 122,2  135,3
Total actif non courant  3 750,5  378,9  3 371,6  3 367,4
Clients et autres débiteurs  1 520,0 (2,0)  1 522,0  1 409,0
Actifs sur contrats  226,0    226,0  206,9
Impôt sur le résultat - actif  47,0    47,0  49,8
Actifs financiers courants  23,4    23,4  13,1
Instruments financiers dérivés  4,4    4,4  3,8
Trésorerie et équivalents de trésorerie  1 477,8    1 477,8  1 046,3
Total actif courant  3 298,6 (2,0)  3 300,6  2 728,9
Actifs destinés à être cédés -   - -
TOTAL ACTIF  7 049,1  376,9  6 672,2  6 096,3
         
Capital 54,2    54,2  53,0
Réserves et résultat consolidés  1 209,6 (40,4)  1 250,0  906,3
Capitaux propres revenant aux actionnaires de la société  1 263,8 (40,4)  1 304,2  959,3
Participations ne donnant pas le contrôle  58,3 (1,0)  59,3  48,3
Total capitaux propres  1 322,1 (41,4)  1 363,5  1 007,6
Dettes financières non courantes  2 918,5    2 918.5  2 655,7
Dettes de location non courantes  326,0  326,0 - -
Instruments financiers dérivés -   -  6,7
Autres passifs financiers non courants  115,7    115,7  125,0
Impôts différés passifs  122,9    122,9  127,4
Avantages au personnel à long terme  192,8    192,8  185,6
Provisions pour risques et charges  72,2    72,2  105,1
Total passif non courant  3 748,1  326,0  3 422,1  3 205,5
Dettes fournisseurs et autres créditeurs  1 098,6 (0,3)  1 098,9  1 024,8
Passifs sur contrats  197,2    197,2  158,0
Impôt sur le résultat exigible  137,4    137,4  71,2
Dettes financières courantes  369,0    369,0  499,0
Dettes de location courantes  92,6  92,6 - -
Instruments financiers dérivés  4,9    4,9  4,4
Autres passifs financiers courants  79,2    79,2  125,8
Total passif courant  1 978,9  92,3  1 886,6  1 883,2
Passifs destinés à être cédés -   - -
TOTAL PASSIF ET CAPITAUX PROPRES  7 049,1   376,9   6 672,2  6 096,3


TABLEAU CONSOLIDÉ DES FLUX DE TRÉSORERIE  
EN MILLIONS D'EUROS 2019 APRÈS APPLICATION D'IFRS 16 1ère APPLICATION DE LA NORME IFRS 16 2019 AVANT APPLICATION D'IFRS 16 2018
Résultat avant impôts  603,3 (4,9)  608.2  544,4
Élimination des flux des opérations de financement et d'investissement  134,9  17,9  117,0  87,4
Provisions et autres éléments sans incidence sur la trésorerie (13,4)   (13,4)  25,8
Amortissements et dépréciations  305,2  94,4  210,8  200,3
Variations du besoin en fonds de roulement lié à l'activité (17,2)  1,6 (18,8)  4,1
Impôts payés (192,4)   (192,4) (176,5)
Flux net de trésorerie généré par l'activité  820,4  109,0  711,4  685,5
Acquisitions de filiales (69,9)   (69,9) (141,5)
Cessions de filiales et d'activités  7,9    7,9 -
Acquisitions d'immobilisations corporelles & incorporelles (127,9)   (127,9) (130,9)
Cessions d'immobilisations corporelles & incorporelles  5,2    5,2  6,8
Acquisitions d'actifs financiers non courants (18,3)   (18,3) (18,6)
Cessions d'actifs financiers non courants  12,8    12,8  9,9
Variation des prêts et avances consentis (5,3)   (5,3) (0,8)
Dividendes reçus des sociétés mises en équivalence  1,3    1,3  0,2
Flux net de trésorerie lié aux opérations d'investissement (194,2)   (194,2) (274,9)
Augmentation du capital  3,1    3,1  2,6
Acquisition / Cession d'actions propres  14,5    14,5 (30,9)
Dividendes versés (97,3)   (97,3) (277,7)
Augmentation des emprunts et autres dettes financières  719,9    719,9  833,4
Remboursement des emprunts et autres dettes financières (608,5)   (608,5) (166,4)
Remboursement des dettes avec les actionnaires (36,5)   (36,5) -
Remboursement des dettes de location (109,0) (109,0) - -
Intérêts payés (79,8)   (79,8) (83,0)
Flux net de trésorerie lié aux opérations de financement (193,6) (109,0) (84,6)  278,0
Incidence des écarts de change (1,5)   (1,5) (8,5)
Incidence des changements de méthode -   - -
Variation de la Trésorerie nette  431,1    431,1  680,1
Trésorerie nette au début de la période  1 034,6    1 034,6  354,5
Trésorerie nette à la fin de la période  1 465,7    1 465,7  1 034,6
 Dont disponibilités et équivalents de trésorerie  1 477,8    1 477,8  1 046,3
Dont concours bancaires courants (12,1)   (12,1) (11,7)

 

      Annexe 5 : Résultat financier détaillé

RÉSULTAT FINANCIER      
EN MILLIONS D'EUROS 2019
APRÈS APPLICATION D'IFRS 16
2019
AVANT APPLICATION D'IFRS 16
2018
Coût de l'endettement financier net (100,2) (83,4) (82,5)
Résultat de change (10,0) (8,9) (5,7)
Charge d'intérêt des régimes de retraites (4,4) (4,4) (2,3)
Autres (4,0) (4,0) (2,7)
Résultat financier (118,6) (100,7) (93,2)

           Annexe 6 : Indicateurs alternatifs de performance

RÉSULTAT OPÉRATIONNEL AJUSTÉ      
EN MILLIONS D'EUROS 2019
APRÈS APPLICATION D'IFRS 16
2019
AVANT APPLICATION D'IFRS 16
2018
Résultat opérationnel  721,3  708,3  637,2
Amortissement des actifs incorporels issus des acquisitions  79,8  79,8  75,1
Charges de restructuration  24,4  24,4  42,1
Résultats de cessions d'activités et autres charges et produits relatifs aux acquisitions  6,0  6,0  3,6
Perte de valeur des écarts d’acquisition - - -
Total des éléments d'ajustement  110,2  110,2  120,8
Résultat opérationnel ajusté  831,5  818,5  758,0


ÉVOLUTION DU RÉSULTAT OPÉRATIONNEL AJUSTÉ  
EN POURCENTAGE ET POINTS DE BASE  
Résultat opérationnel ajusté au 31 décembre 2019 758,0
Variation organique + 39,4
Résultat opérationnel ajusté organique 797,4
Effet périmètre + 12,7
Résultat opérationnel ajusté à taux de change constant 810,1
Effet de change + 8,4
Résultat opérationnel ajusté au 31 décembre 2019
avant application d'IFRS 16
818,5
Impact IFRS 16 + 13,0
Résultat opérationnel ajusté au 31 décembre 2019
après application d'IFRS 16
831,5


 

TAUX EFFECTIF D'IMPÔT AJUSTÉ (a)      
EN MILLIONS D'EUROS 2019 APRÈS APPLICATION D'IFRS 16 2019 AVANT APPLICATION D'IFRS 16 2018
Résultat avant impôt  603,3  608,2  544,4
Charge d'impôt (210,7) (212,0) (189,3)
Taux Effectif d'impôt (TEI)(b) 34,9 % 34,9 % 34,8 %
Taux Effectif d'Impôt (TEI) ajusté 33,1 % 33,1 % 33,3 %
(a) TEI ajusté = Charge d'impôt ajustée des effets d'impôt sur les éléments d'ajustement / résultat avant impôt ajusté des éléments d'ajustement
(b) TEI = Charge d'impôt / résultat avant impôt


RÉSULTAT NET AJUSTÉ      
EN MILLIONS D'EUROS 2019
APRÈS APPLICATION D'IFRS 16
2019
AVANT APPLICATION D'IFRS 16
2018
Résultat net part du Groupe 367,9 371,4 332,6
BPA(a) (en euro par action) 0,83 0,84 0,76
Éléments d’ajustement 110,2 110,2 120,8
Effet d’impôt sur les éléments d'ajustement (25,4) (25,4) (32,1)
Intérêts minoritaires (1,7) (1,7) (4,1)
Résultat net ajusté part du Groupe 451,0 454,5 417,2
BPA ajusté(a) (en euro par action) 1,02 1,03 0,96
(a) Calculé sur le nombre moyen pondéré d’actions : 442 259 428 en 2019 and 435 786 895 en 2018


ÉVOLUTION DU RÉSULTAT NET AJUSTÉ PART DU GROUPE  
EN MILLIONS D'EUROS  
Résultat net ajusté part du Groupe au 31 décembre 2018 417,2 
Variation organique et effet périmètre + 53,7
Résultat net ajusté part du Groupe à taux de change constant 470,9
Effet de change (16,4)
Résultat net ajusté part du Groupe au 31 décembre 2019
avant application d'IFRS 16
  454,5 
Impact IFRS 16 (3,5)
Résultat net ajusté part du Groupe au 31 décembre 2019
après application d'IFRS 16
  451,0 


FLUX DE TRÉSORERIE DISPONIBLE      
EN MILLIONS D'EUROS 2019
APRÈS APPLICATION D'IFRS 16
2019
AVANT APPLICATION D'IFRS 16
2018
Flux net de trésorerie généré par l’activité
(Cash-flow opérationnel)
 820,4  711,4  685,5
Acquisitions d’immobilisations corporelles et incorp. nettes des cessions (122,7) (122,7) (124,1)
Intérêts payés (79,8) (79,8) (83,0)
Flux de trésorerie disponible  617,9  508,9  478,4


ÉVOLUTION DU FLUX NET DE TRÉSORERIE GÉNÉRÉ
PAR L'ACTIVITÉ
EN MILLIONS D'EUROS  
Flux net de trésorerie généré par l'activité
au 31 décembre 2018
 685,5
Variation organique et effet périmètre + 19,0
Flux net de trésorerie généré par l'activité à taux constant  704,5
Effet de change + 6,9
Flux net de trésorerie généré par l'activité
au 31 décembre 2019 avant application d'IFRS 16
  711,4 
Impact IFRS 16 + 109,0
Flux net de trésorerie généré par l'activité
au 31 décembre 2019 après application d'IFRS 16
  820,4 


DETTE FINANCIÈRE NETTE AJUSTÉE      
EN MILLIONS D'EUROS DEC. 2019
APRÈS APPLICATION D'IFRS 16
DEC. 2019
AVANT APPLICATION D'IFRS 16
DÉC. 2018
Endettement brut total  3 287,5  3 287,5  3 154,7
Trésorerie et équivalents de trésorerie  1 477,8  1 477,8  1 046,3
Endettement net consolidé  1 809,7  1 809,7  2 108,4
Instruments de couverture de devises  3,6  3,6  6,7
Adjusted net financial debt  1,813.3  1,813.3  2,115.1
           

Annexe 7: Définitions et rapprochement des indicateurs alternatifs de performance avec les indicateurs IFRS

Le processus de gestion de Bureau Veritas repose sur les indicateurs alternatifs de performance présentés ci-après. Ceux-ci ont été déterminés dans le cadre de la planification budgétaire et du reporting du Groupe, en interne et en externe. Bureau Veritas estime que ces indicateurs fournissent des renseignements supplémentaires utiles pour les utilisateurs des états financiers pour comprendre de façon adéquate la performance du Groupe, notamment sur le plan opérationnel. En outre, certains de ces indicateurs font référence dans l’industrie du « TIC » (Test, Inspection, Certification) et sont ceux principalement utilisés et suivis par la communauté financière. Ces indicateurs alternatifs de performance doivent être considérés comme complémentaires des indicateurs IFRS et des mouvements qui en découlent.

CROISSANCE

Croissance totale du chiffre d’affaires

Le pourcentage de croissance totale du chiffre d’affaires est un ratio qui mesure l’évolution du chiffre d’affaires du Groupe tel qu’il existe à la fin de l’exercice N par rapport à l’exercice N-1. La croissance totale du chiffre d’affaires se décompose en 3 éléments :

  • La croissance organique ;
  • L'impact périmètre ;
  • L’effet de change.

Croissance organique

Le Groupe suit en interne et publie une croissance « organique » de son chiffre d’affaires que la Direction considère comme plus représentative de la performance opérationnelle pour chacun de ses secteurs d’activité.

La principale mesure de gestion et de contrôle de la croissance du chiffre d’affaires du Groupe est une croissance comparable. En effet, celle-ci permet de suivre l’évolution des activités du Groupe hors effets de change qui sont exogènes à Bureau Veritas, et des effets de portefeuille, qui concernent des activités nouvelles ou ne faisant plus partie de leurs activités respectives. Cette mesure est utilisée pour l'analyse interne de la performance.

Bureau Veritas estime que cette mesure offre à la Direction et aux investisseurs une compréhension plus complète des résultats d’exploitation sous-jacents et des tendances des activités en cours, en excluant l’effet des acquisitions, des désinvestissements, y compris les cessions pures, ainsi que la cessation non désirée des activités (comme par exemple en raison de l’apparition de sanctions internationales), et l’évolution des taux de change pour les activités qui sont assujetties à la volatilité et qui peuvent occulter les tendances sous-jacentes.

Le Groupe estime également que la présentation séparée du chiffre d’affaires organique de ses activités fournit à la Direction et aux investisseurs des informations utiles sur les tendances de ses activités industrielles et permet une comparaison plus directe avec d'autres entreprises du secteur.

La croissance organique du chiffre d’affaires représente le pourcentage de croissance du chiffre d’affaires, présenté au niveau du Groupe et pour chaque activité, à périmètre et taux de change constants sur des périodes comparables :

  • à périmètre de consolidation constant : effet de variation de périmètre retraité sur la base d'une période de douze mois ;
  • à taux de change constants : exercice N retraité en utilisant les taux de change de l’exercice N-1.

Impact périmètre

Afin d’établir une comparaison à données comparables, l’impact des changements dans le périmètre de consolidation est déterminé :

  • pour les acquisitions de l’exercice N, en déduisant du chiffre d’affaires de l’exercice N, le chiffre d’affaires généré par les activités acquises durant l’exercice N ;
  • pour les acquisitions de l’exercice N-1, en déduisant du chiffre d’affaires de l'exercice N, le chiffre d’affaires généré par les activités acquises pendant les mois durant lesquels les activités acquises n’étaient pas consolidées en N-1 ;
  • pour les cessions et désinvestissements de l’exercice N, en déduisant du chiffre d’affaires de l’exercice N-1, le chiffre d’affaires généré par les activités cédées et désinvesties durant l’exercice
    N-1 pendant les mois où les activités ne faisaient pas partie du Groupe durant l’exercice N ;
  • pour les cessions et désinvestissements de l’exercice N-1, en déduisant du chiffre d’affaires de l’exercice N-1, le chiffre d’affaires généré par les activités cédées et désinvesties durant l’exercice
    N-1 avant la cession.

Effet de change

L’effet de change est calculé en convertissant le chiffre d’affaires de l’exercice N aux taux de change de l’exercice N-1.

RÉSULTAT OPÉRATIONNEL AJUSTÉ ET MARGE OPÉRATIONNELLE AJUSTÉE

Les deux indicateurs mentionnés ci-après correspondent à des indicateurs clés pour mesurer la performance récurrente de l’activité, en excluant les éléments significatifs qui, en raison de leur nature et de leur caractère inhabituel, ne peuvent être considérés comme inhérents à la performance sous-jacente et intrinsèque du Groupe. En outre, Bureau Veritas estime que ces indicateurs, présentés au niveau du Groupe et pour chaque activité, sont plus représentatifs de la performance opérationnelle de son secteur d’activité.

Résultat opérationnel ajusté

Le résultat opérationnel ajusté correspond au résultat opérationnel avant prise en compte des éléments d’ajustements suivants :

  • les amortissements des actifs incorporels issus des acquisitions ;
  • les pertes de valeurs des écarts d’acquisition ;
  • les honoraires et charges d’acquisition d’activités ;
  • les ajustements des compléments de prix d’acquisition des activités ;
  • les résultats de cession d’activités ;
  • les charges de restructuration.

Lorsqu’une acquisition est réalisée en cours d’exercice, le montant des amortissements des actifs incorporels est calculé en tenant compte d’un prorata temporis.

Étant donné la durée de la période d’ajustement permettant de déterminer la juste valeur des actifs et passifs acquis (12 mois), l’amortissement des actifs incorporels de l’année d’acquisition peut, dans certains cas, reposer sur une évaluation temporaire et être légèrement ajusté l’année suivante, lorsque la valeur finale des actifs incorporels est connue.

Le résultat opérationnel ajusté organique représente le résultat opérationnel ajusté à périmètre et taux de change constants sur des périodes comparables :

  • à périmètre de consolidation constant : retraité sur la base d'une période de douze mois ;
  • à taux de change constants : exercice N retraité en utilisant les taux de change de l’exercice N-1.

L’impact périmètre et l’effet de change sont calculés selon une approche similaire à celle appliquée pour le chiffre d’affaires pour chacune des composantes du résultat opérationnel et du résultat opérationnel ajusté.

Marge opérationnelle ajustée

La marge opérationnelle ajustée, présentée en pourcentage, correspond au résultat opérationnel ajusté rapporté au chiffre d’affaires. La marge opérationnelle ajustée peut être exprimée sur une base organique ou à taux de change constants, permettant dans ce dernier cas d’isoler la performance de l’effet de change qui est exogène au Groupe.

TAUX EFFECTIF D’IMPÔT AJUSTÉ

Le taux effectif d’impôt (TEI) représente la charge d’impôt divisée par le montant du résultat avant impôt.

Le taux effectif d’impôt ajusté (TEI ajusté) représente la charge d'impôt ajustée de l’effet d'impôt sur les éléments d'ajustement divisée par le résultat avant impôt avant prise en compte des éléments d'ajustement (voir ci-avant la définition du résultat opérationnel ajusté).

RÉSULTAT NET AJUSTÉ

Résultat net ajusté part du Groupe

Le résultat net ajusté part du Groupe est défini comme le résultat net part du Groupe ajusté des éléments d’ajustement (voir ci-avant la définition du résultat opérationnel ajusté) et de l’effet d'impôt sur les éléments d'ajustement. Le résultat net ajusté part du Groupe exclut la part des intérêts minoritaires sur les éléments d’ajustements et ne concerne que les activités poursuivies.

Le résultat net ajusté part du Groupe peut être exprimé à taux de change constants, permettant ainsi d’isoler la performance de l’effet de change qui est exogène au Groupe. L’effet de change est calculé sur la base de la conversion des différents éléments du compte de résultat de l’exercice N aux taux de change de l’exercice N-1.

Résultat net ajusté part du Groupe par action

Le résultat net ajusté part du Groupe par action, ou bénéfice net ajusté par action (BPA ajusté), correspond au résultat net ajusté part du Groupe divisé par le nombre moyen pondéré d’actions sur l’exercice.

FLUX DE TRÉSORERIE DISPONIBLE

Le flux de trésorerie disponible correspond au flux net de trésorerie généré par l’activité (ou cash-flow opérationnel) retraité des éléments suivants :

  • acquisitions d’immobilisations corporelles et incorporelles ;
  • cessions d’immobilisations corporelles et incorporelles ;
  • intérêts payés.

Il est à noter que le flux net de trésorerie généré par l’activité est présenté après impôts payés.

Le flux de trésorerie disponible organique représente flux de trésorerie disponible à périmètre et taux de change constants sur des périodes comparables :

  • à périmètre de consolidation constant : retraité sur la base d'une période de douze mois ;
  • à taux de change constants : exercice N retraité en utilisant les taux de change de l’exercice N-1.

L’impact périmètre et l’effet de change sont calculés selon une approche similaire à celle appliquée pour le chiffre d’affaires pour chacune des composantes du flux net de trésorerie généré par l’activité et du flux de trésorerie disponible.

ENDETTEMENT FINANCIER

Endettement brut

L’endettement brut (ou dette financière brute) correspond aux emprunts et dettes auprès d’établissements de crédits auxquels s’ajoutent les concours bancaires.

Endettement net

L’endettement net (ou dette financière nette) tel que défini et utilisé par le Groupe correspond à l’endettement brut diminué de la trésorerie et équivalents de trésorerie. La trésorerie et équivalents de trésorerie est constituée des valeurs mobilières et créances assimilées ainsi que des disponibilités.

Endettement net ajusté

L’endettement net ajusté (ou dette financière nette ajustée) tel que défini et utilisé par le Groupe correspond à l’endettement net tenant compte des instruments de couverture de devises.

EBITDA CONSOLIDÉ

L’EBITDA consolidé correspond au résultat net avant intérêts, impôts, amortissements et provisions ajusté des 12 derniers mois de toute entité acquise. L’EBITDA consolidé est utilisé par le Groupe dans le cadre du suivi des ratios bancaires.



 

1 Indicateurs alternatifs de performance présentés, définis et réconciliés avec les indicateurs IFRS dans les annexes 6 et 7

2 Dont 25 points de base liés à l’impact positif d’IFRS 16

3 Dividende proposé soumis à l’approbation de l’Assemblée générale des actionnaires le 14 mai 2020

4 Clôturée le 28 décembre 2018 et annoncée le 3 janvier 2019

5 Au 31 décembre 2019, sur la base de la dette brute ajustée des échéances 2020 et 2021 ayant fait l’objet d’un refinancement partiel au cours de l’exercice 2019, pour un montant total de 678 millions d’euros

6 Pour rappel, l’ambition financière de 2016-2020 était la suivante : Ajouter 1,5 milliard d'euros au chiffre d'affaires du Groupe en 2020 par rapport à 2015, aux taux de change du Plan initial en 2015, tel que présenté aux Journées Investisseurs en octobre 2015, provenant pour moitié de la croissance organique et pour moitié de la croissance externe ; Atteindre 5 % à 7 % de croissance organique d'ici à 2020 ; Atteindre une marge opérationnelle ajustée supérieure à 17 % en 2020, aux taux de change du Plan initial en 2015, tel que présenté aux Journées Investisseurs en octobre 2015 ; Continuer à générer un important flux de trésorerie disponible

7 TAR : Taux total d’accidents avec et sans arrêt, 0,38 en 2019 ; LTR : Taux d’accidents avec arrêt, 0,23 en 2019.
Par rapport aux résultats consolidés 2014

8 Par rapport aux résultats consolidés 2015


 

 

Pièce jointe