Marchés français ouverture 2 h 59 min
  • Dow Jones

    35 061,55
    +238,15 (+0,68 %)
     
  • Nasdaq

    14 836,99
    +152,39 (+1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 901,62
    +353,62 (+1,28 %)
     
  • EUR/USD

    1,1783
    +0,0012 (+0,11 %)
     
  • HANG SENG

    26 541,99
    -779,99 (-2,85 %)
     
  • BTC-EUR

    32 418,40
    +3 194,81 (+10,93 %)
     
  • CMC Crypto 200

    912,93
    +119,20 (+15,02 %)
     
  • S&P 500

    4 411,79
    +44,31 (+1,01 %)
     

Les Bugatti deviendront électriques sous la gouvernance de Rimac

·2 min de lecture

La rumeur courait depuis plusieurs mois, elle est devenue réalité. Bugatti, joyau de l’automobile française et du Groupe Volkswagen, passe sous le contrôle du constructeur croate Rimac, spécialiste de la voiture électrique.

Bugatti va entrer dans une nouvelle ère, après plus de vingt ans où la marque a servi de vitrine technologique au groupe Volkswagen. C’est en effet à la fin des années 1990 que la marque française a été rachetée par le géant allemand, après une éphémère renaissance orchestrée par l’homme d’affaires italien Romano Artioli. Avec l’EB 110, celui-ci avait redéfini les contours de la marque, orientée sur des voitures sportives bardées de technologie, aussi luxueuses que rapides. Ferdinand Piëch, grand patron de Volkswagen avait ajouté ce nom prestigieux à son tableau, à quelques mois d’écart à peine avec Bentley et Lamborghini. Les hypercars Veyron et Chiron ont suivi la lignée de l’EB 110, se plaçant au sommet de la hiérarchie automobile mondiale: pour la première fois, une voiture dépassait le million d’euros et les 400 km/h. En tapant aussi haut, Piëch a ouvert la voie, non sans difficultés au départ, à un segment de l’ultra-luxe dans lequel un bon nombre de petits constructeurs a cherché à s’engouffrer.

Ce qui a fait le cœur des Bugatti de l’ère Volkswagen, c’est leur extraordinaire moteur W16. Dès la Veyron, il a remis les pendules à l’heure avec une puissance annoncée de 1.001 ch, jamais vue alors. Aujourd’hui, il grimpe jusqu’à 1.600 ch dans les et . Ferdinand Piëch n’a jamais caché que sa volonté était de faire des Bugatti un écrin pour cette mécanique. Mais l’avenir de ce moteur essence semble aujourd’hui compté : Bugatti passe sous le contrôle de Rimac, entreprise croate spécialisée dans les voitures électriques.

Rimac, spécialiste de la voiture de sport électrique

Mate Rimac a fondé sa société en 2009. Il n’avait alors que vingt-et-un ans. Il a commencé à développer sa première voiture électrique en convertissant la sienne, une BMW dont le moteur a cassé dans une compétition de drift. Puis, il a développé les Concept One et C_Two (dont la version de série s’appelle Nevera). Son expertise dans les lui a valu de travailler pour de grands noms de la voiture de [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles