La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 742,25
    -11,72 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,90
    -6,60 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,88 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0545
    +0,0017 (+0,16 %)
     
  • Gold future

    1 797,30
    +1,40 (+0,08 %)
     
  • BTC-EUR

    16 232,50
    +29,84 (+0,18 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,33
    +2,91 (+0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,34
    +0,36 (+0,45 %)
     
  • DAX

    14 529,39
    +39,09 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,23
    -2,26 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,90 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,20 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,05 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0014 (+0,11 %)
     

Un budget 2023 sous le signe de l'incertitude et des dépenses

Benoit Tessier

Ce lundi, l'exécutif présente son budget pour 2023. Dans un contexte de flambée des prix de l'énergie, il est marqué par les dépenses au détriment des finances publiques, avec un déficit prévu à 5% du PIB en 2023. Point par point, voici ce qu'il contient.

Le gouvernement français a présenté lundi qui, dans un contexte fortement inflationniste marqué par la flambée des prix de l'énergie, fait la part belle aux dépenses au détriment du rétablissement des finances publiques avec une prévision de déficit maintenue à 5% du PIB pour l'an prochain. Chiffré à 431,9 milliards d'euros , il comporte un déficit budgétaire de 155,1 milliards d'euros.

Présenté en conseil de ministres avant un examen périlleux au Parlement où l'exécutif ne dispose que d'une majorité relative, le premier projet de loi de finances du second mandat d'Emmanuel Macron s'appuie sur une prévision de croissance de 1% pour 2023, alors que le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a mis en garde contre un ralentissement voire un risque de récession limitée. L'OCDE prévoit quant à elle en 2023.

  • Crise énergétique

Le budget 2023 "penche encore un peu trop du côté des énergies fossiles" parce que le gouvernement a fait le choix de "protéger" les Français face à la crise énergétique, a reconnu lundi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. "Il y a beaucoup de dépenses pour la facture de gaz", a-t-il expliqué, ajoutant que cela "ne peut que renforcer notre détermination à accélérer la transition climatique".

Selon les information du Monde, 45 milliards d’euros seront consacrés au maintien d’un "bouclier tarifaire". Moins généreux que celui de 2022, ce budget doit contenir à 15 % la flambée des prix de l’électricité et du gaz. Trois milliards d'euros seront alloués aux entreprises pour les épauler dans la crise énergétique. L’indexation sur l’inflation du barème de l’impôt sur le revenu se chiffre elle à 6,2 milliards.

  • Revalorisation des salaires des enseignants

Une enveloppe de 935 millions d'euros est prévue au budget 2023 pour financer une augmentation "inédite" , avec un "socle de 10% en moyenne" et des hausses pour rémunérer des tâches supplémentaires, selon les documents budgétaires de Bercy. Par ailleurs, une enveloppe [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi