La bourse ferme dans 5 h 44 min
  • CAC 40

    7 045,08
    -36,93 (-0,52 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 136,25
    -22,38 (-0,54 %)
     
  • Dow Jones

    33 717,09
    -260,99 (-0,77 %)
     
  • EUR/USD

    1,0830
    -0,0027 (-0,25 %)
     
  • Gold future

    1 919,70
    -19,50 (-1,01 %)
     
  • BTC-EUR

    21 139,34
    -516,87 (-2,39 %)
     
  • CMC Crypto 200

    518,94
    -18,93 (-3,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,77
    -1,13 (-1,45 %)
     
  • DAX

    15 034,37
    -91,71 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 729,78
    -55,09 (-0,71 %)
     
  • Nasdaq

    11 393,81
    -227,90 (-1,96 %)
     
  • S&P 500

    4 017,77
    -52,79 (-1,30 %)
     
  • Nikkei 225

    27 327,11
    -106,29 (-0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 842,33
    -227,40 (-1,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2320
    -0,0034 (-0,28 %)
     

Le budget 2023 de la Sécurité sociale a été adopté en nouvelle lecture par l'Assemblée nationale

Xiongmao/Adobe Stock

L'Assemblée nationale a rejeté lundi la nouvelle motion de censure LFI contre le gouvernement, soutenue par seulement 93 députés, ce qui vaut adoption en nouvelle lecture de l'ensemble du projet de budget 2023 de la Sécurité sociale. Cette motion avait été déposée en riposte à l'arme constitutionnelle du 49.3, actionnée vendredi soir pour la sixième fois en près d'un mois par Elisabeth Borne, pour faire passer sans vote un texte budgétaire.

La Première ministre a fustigé les "contes et légendes" de La France insoumise, accusant ces députés de "fausses informations" et de "manipulation", à l'issue d'un long débat où les interventions des groupes politiques ont porté davantage sur la forme que sur le fond. La députée insoumise Ségolène Amiot a accusé l'exécutif de "tuer la démocratie à petit feu", et demandé de "rappeler à l'ordre le gouvernement quant aux limites de son pouvoir".

Alors que le climat s'est singulièrement tendu entre oppositions et majorité depuis des invectives jeudi soir dans l'hémicycle, l'ensemble de la gauche a apporté son soutien à LFI. La "nouvelle méthode" de dialogue prônée par la cheffe du gouvernement est "le paravent rachitique" d'un "exercice solitaire du pouvoir", a critiqué notamment le socialiste Arthur Delaporte.

La cheffe du gouvernement a elle dénoncé la "légende" du "passage en force", jugeant qu'il n'était "pas sérieux de parler de brutalité, pour l'utilisation d’un outil constitutionnel, par lequel un gouvernement engage sa responsabilité devant (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Pas de plastique même biodégradable dans les composteurs, alerte l'Anses
La réforme des retraites pourrait vous coûter cher, comment optimiser votre succession avec le PER… Le flash éco du jour
Voici combien va toucher Roschdy Zem pour la réalisation de son film "Les Miens"
JO 2024 : une sous-estimation des cahiers des charges à l'origine, en partie, de la hausse du budget
La police de San Francisco veut s'équiper de robots tueurs