Marchés français ouverture 1 h 45 min
  • Dow Jones

    29 683,74
    +548,75 (+1,88 %)
     
  • Nasdaq

    11 051,64
    +222,13 (+2,05 %)
     
  • Nikkei 225

    26 428,64
    +254,66 (+0,97 %)
     
  • EUR/USD

    0,9685
    -0,0054 (-0,5521 %)
     
  • HANG SENG

    17 461,93
    +211,05 (+1,22 %)
     
  • BTC-EUR

    20 215,60
    +717,74 (+3,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    446,93
    +18,15 (+4,23 %)
     
  • S&P 500

    3 719,04
    +71,75 (+1,97 %)
     

Budget 2023: le gouvernement tend la main aux oppositions, pour éviter un 49-3

STEPHANE DUPRAT/SIPA

Le gouvernement tend la main aux oppositions pour discuter en amont du projet de budget pour 2023. Un vote contre le budget de la part des oppositions "laisserait peu d'autres choix que l'utilisation du 49-3", a menacé Gabriel Attal, ministre des Comptes Publics.

Les oppositions ont dit leurs réticences dimanche face à la proposition du gouvernement de venir discuter en amont du projet de budget pour 2023, LR comme RN et LFI prévenant qu'ils ne le voteraient pas, quoi qu'il en soit.

"Nous invitons l'ensemble de la représentation nationale à travailler sur le avant même qu'il ne soit finalisé. Ces Dialogues de Bercy seront proposés à tous les parlementaires des commissions des Finances de l'Assemblée et du Sénat, majorité comme opposition", a déclaré le ministre délégué aux Comptes publics dans .

Le ministre entend dans ces discussions présenter ses "pistes" et "arbitrages en cours", et échanger sur les "propositions en anticipation du débat parlementaire" de l'automne, conformément à la nouvelle méthode du gouvernement de recherche de compromis.

Faute de majorité absolue pour les macronistes, une intention de vote contre le budget de la part des oppositions "laisserait peu d'autres choix que l'utilisation du " pour faire adopter le texte sans vote, prévient M. Attal. La Première ministre n'a pas, elle aussi, exclu le recours à cette arme constitutionnelle cette semaine.

Pas la "béquille"

Lancés dans leur campagne interne pour la présidence de leur parti, Les Républicains réunis à Angers ont d'emblée assuré qu'ils ne voteraient pas ce budget. "Que cette majorité se débrouille, , prétendant à la tête du parti.

Il a promis que les élus LR exerceraient leur droit d'amendement "sans discussions, sans coopération, sans confusion" car "nous sommes dans l'opposition".

"Il n'est pas question, par des artifices politiciens, de rentrer dans un petit jeu de négociations", a aussi fait valoir le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau, autre candidat déclaré.

Le patron des députés LR Olivier Marleix a cependant souligné que son groupe "s'efforcera(it) d'être toujours la boussole qui indique l'intérêt national".

Même fin de non-recevoir du côté de l'extrême droite. "Je n'irai pas à Bercy dialoguer avec Gabriel Attal", a tranché sur BF[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi