La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 765,52
    -30,23 (-0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 080,15
    -27,87 (-0,68 %)
     
  • Dow Jones

    34 483,43
    -156,36 (-0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,1312
    +0,0006 (+0,06 %)
     
  • Gold future

    1 781,80
    +19,10 (+1,08 %)
     
  • BTC-EUR

    48 667,40
    -1 718,93 (-3,41 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,98
    -42,79 (-2,97 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,95
    +0,45 (+0,68 %)
     
  • DAX

    15 169,98
    -93,13 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 122,32
    -6,89 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 014,27
    -367,05 (-2,39 %)
     
  • S&P 500

    4 523,15
    -53,95 (-1,18 %)
     
  • Nikkei 225

    28 029,57
    +276,20 (+1,00 %)
     
  • HANG SENG

    23 766,69
    -22,24 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3236
    -0,0066 (-0,50 %)
     

Budget 2022: comment Macron le dépensier limite la casse

·2 min de lecture

Dans un avis publié ce mercredi, le Haut conseil des finances publiques juge "plausible" la nouvelle prévision officielle de déficit public pour 2022, à 5% du PIB, au lieu de 4,8% prévu initialement.

On avait quitté Pierre Moscovici chafouin lors de la présentation du budget 2022, fin septembre. Le président du Haut conseil des finances publiques (HCFP), organisme indépendant rattaché à la Cour des comptes, s’agaçait alors en pointant les lacunes du projet de loi de finances, qui n’incluait pas un certain nombre d’annonces de dépenses nouvelles faites par Emmanuel Macron. De quoi nourrir la rhétorique des opposants de droite, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand en tête, qui l’accusent de faire campagne avec le carnet de chèques. Un mois plus tard, le ton du HCFP est devenu plus mesuré: même s’il souligne un "degré d’incertitude" encore important sur les dépenses, il juge "plausible" la prévision de déficit public pour 2022. Et le dérapage de ce dernier serait contenu: le déficit atteindrait 5% du PIB, au lieu des 4,8% prévu fin septembre.

Tout d’abord, l’exécutif bénéficie d’une reprise plus forte que prévue de la croissance en 2021, permise par l’embellie sur le front sanitaire et le rebond de la consommation dans les services. La prévision officielle a été revue de 6% à 6,25% et l’Insee table même désormais sur 6,6%. Avec pour conséquences de meilleures recettes fiscales et sociales. Dans le même temps, les dépenses nouvelles en faveur du pouvoir d'achat, inscrites pour cette année, (2 milliards d’euros dont 1,5 ) ont été compensées par de moindres dépenses liées à la crise et à la charge du service public de l’électricité. Au total, la prévision de déficit passe ainsi de 8,4% à 8,1% du PIB, réduisant d’autant l'effort à fournir en 2022.

Cinq milliards de dérapage

Pour l’année prochaine, les multiples annonces d’Emmanuel Macron à la rentrée laissaient craindre . Finalement, la facture sera un peu moins salée. Tout d’abord, , qui était estimée initialement entre un et deux milliards, ne s’élèvera finalement "que" à 550 millions. Le plan de 1,5 milliard en faveur de Marseille ne donnera lieu, pour l’instant, qu’à 254 millions de décaissements au maximum l’an pr[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles