Marchés français ouverture 3 h 6 min

Budget 2020 : le gouvernement néglige les pauvres et la croissance

Le budget élaboré par Gérald Darmanin pour 2020 concentre les baisses d'impôts sur les classes supérieures, au détriment des plus pauvres et de la croissance.

Un cadeau en trompe-l’œil. Dans une étude publiée ce mercredi 5 février, l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) prévoit une hausse de 5 milliards d'euros du pouvoir d'achat des ménages en 2020 grâce à la politique fiscale du gouvernement. Deux mesures expliquent avant tout cette évolution : la suppression totale de la taxe d'habitation pour quatre ménages sur cinq, et la baisse de l'impôt sur le revenu annoncé dans la foulée du grand débat. Mais cette cagnotte se répartira de façon très inégale. Alors que les classes moyennes supérieures se tailleront la part du lion, les ménages populaires profiteront peu des allègements fiscaux. Pire : les plus pauvres y perdront au total, à cause du rabotage de plusieurs allocations également prévu dans le budget. Ce sont pourtant eux qu'il faudrait cibler en priorité pour relancer l'économie.

Qui profitera de la hausse de pouvoir d'achat ? Elle sera maximale dans le cas d’un couple avec enfant vivant avec environ 3.400 euros net d'impôts par mois : il gagnera 51 euros mensuels en moyenne (soit un coup de pouce de 1,5%), calcule l'OFCE. Le gain sera déjà bien plus faible pour le même foyer touchant 2.000 euros net par mois, dont le revenu mensuel augmentera de… 5 euros (0,2% de hausse). "Les ménages modestes paient moins de taxe d'habitation que les autres, car la valeur de leur logement est moins importante et ils bénéficient déjà d'allègements en fonction de leur revenu. Ils profiteront donc peu de sa suppression

Lire la suite