La bourse ferme dans 4 h 42 min
  • CAC 40

    5 763,79
    -19,62 (-0,34 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 342,05
    -6,55 (-0,20 %)
     
  • Dow Jones

    29 590,41
    -486,29 (-1,62 %)
     
  • EUR/USD

    0,9653
    -0,0035 (-0,36 %)
     
  • Gold future

    1 646,50
    -9,10 (-0,55 %)
     
  • BTC-EUR

    19 819,89
    -97,21 (-0,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    437,91
    -6,62 (-1,49 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,14
    -0,60 (-0,76 %)
     
  • DAX

    12 251,17
    -33,02 (-0,27 %)
     
  • FTSE 100

    6 959,41
    -59,19 (-0,84 %)
     
  • Nasdaq

    10 867,93
    -198,87 (-1,80 %)
     
  • S&P 500

    3 693,23
    -64,76 (-1,72 %)
     
  • Nikkei 225

    26 431,55
    -722,28 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    17 855,14
    -78,13 (-0,44 %)
     
  • GBP/USD

    1,0742
    -0,0114 (-1,05 %)
     

Bruxelles suspend l'accord sur l'assouplissement des visas pour les Russes

AFP - Alessandro RAMPAZZO

Les ministres des affaires étrangères de l'Union européen se sont accordés pour suspendre l'accord sur l'assouplissement du régime des visas avec la Russie. Sans décider toutefois d'une interdiction des visas plus large.

Ce mercredi, les ministres des affaires étrangères de l'Union européen ont pris une demi-mesure. Ils ont décidé de suspendre l'accord sur l'assouplissement du régime des visas avec la Russie, mais sans décider d'une interdiction de visa plus large, comme le demandaient certains États membres. Josep Borrell a déclaré que les ministres réunis à Prague avaient convenu que les relations avec Moscou "ne pouvaient pas rester inchangées" et que l'accord, conclu en 2007, devait être "totalement suspendu".

À l'issue de la réunion informelle de Prague, le haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité a déclaré que cette suspension rendrait l'obtention de visas pour les ressortissants russes "plus difficile" et "plus longue". "Cela réduira considérablement le nombre de nouveaux visas délivrés par les États membres de l'UE", a-t-il ajouté. Faisant une concession aux membres de l'est de l'Union qui avaient demandé des mesures plus strictes, il a déclaré que les pays limitrophes de la Russie "peuvent prendre des mesures au niveau national pour restreindre l'entrée dans l'Union européenne".

Il a toutefois précisé que ces mesures devraient être conformes aux règles de l'espace Schengen et souligné qu'il était important que les membres de la société civile russe puissent continuer à se rendre dans l'Union européenne. Avant la réunion, la Pologne et les trois États baltes (Estonie, Lettonie et Lituanie) avaient déclaré qu'ils envisageaient d'interdire les voyageurs russes si l'Union dans son ensemble ne le faisait pas. Dans une déclaration commune obtenue par l'AFP, les quatre pays avaient déclaré que la suspension de l'accord était "une première étape nécessaire".

"Mais nous devons limiter de manière drastique le nombre de visas délivrés, surtout les visas touristiques, afin de réduire le flux de citoyens russes dans l'Union européenne et l'espace Schengen", avaient-ils ajouté, soulignant que cette mesure devrait comporter des excep[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi