Marchés français ouverture 5 h 8 min
  • Dow Jones

    34 899,34
    -905,06 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    15 491,66
    -353,54 (-2,23 %)
     
  • Nikkei 225

    28 746,49
    -5,13 (-0,02 %)
     
  • EUR/USD

    1,1282
    -0,0038 (-0,34 %)
     
  • HANG SENG

    23 943,93
    -136,59 (-0,57 %)
     
  • BTC-EUR

    50 957,04
    +2 485,35 (+5,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 433,00
    -22,41 (-1,54 %)
     
  • S&P 500

    4 594,62
    -106,84 (-2,27 %)
     

Bruxelles, nid de lobbyistes chinois en sommeil

·2 min de lecture

Pékin a ses entrées dans le centre de pouvoirs européen. Son influence s'étend à d'autres lieux stratégiques, comme à Bruges ou à Luxembourg.

Quelques semaines avant un vote important au sujet des relations de l'Union européenne avec Taïwan, le président du Parlement européen, David Sassoli, recevait une lettre de l'ambassadeur de Chine auprès de l'UE, Zhang Ming: "Vous devriez faire jouer votre rôle [de président] afin que le Parlement puisse apprécier l'aspect sensible de ce texte aux yeux du peuple chinois." La lettre a été rendue publique par le South China Morning Post, le jeudi 22 octobre, alors même que les députés s'apprêtaient à voter une motion appelant à renforcer "d'urgence" les relations avec Taïwan. Nul doute que les pressions avaient été nombreuses. Sauf que le résultat du scrutin n'a pas dû plaire à l'ambassadeur, ni à son gouvernement: 580 votes en faveur d'un rapprochement avec Taïwan, 26 contre.

Pourtant, la présence chinoise à Bruxelles - qui fit beaucoup parler d'elle entre 2010 et 2019, avant la pandémie de Covid-19 - semble s'être en partie évanouie. Comme pour son équivalent à l'ONU, la mission chinoise auprès de l'UE - située au 100 boulevard de la Woluwe, à Bruxelles - a opté pour un relatif éloignement géographique. Depuis le début de la crise sanitaire, les diplomates chinois ne sortent plus ou presque. Les rencontres étant organisées en visioconférences, pas facile d'exercer une influence sur les décisions européennes, même si les appels auprès des cabinets de commissaires n'ont jamais cessé. La Chine et l'UE échangent sur de nombreux sujets, allant du climat au commerce, en passant par la concurrence et l'accès au marché. Les diplomates scrutent chaque texte ou communication concernant Pékin. Mais le rôle actif de représentation de la mission auprès des think tanks, qui contribua longtemps à renforcer la visibilité de la Chine, semble avoir progressivement disparu, pour plusieurs raisons.

La première tient aux consignes de Pékin, qui demande à ses ambassades d'appliquer la même rigueur qu'en Chine face à la pandémie. La deuxième tient à la relative baisse d'activité des thin[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles