La bourse ferme dans 3 h 28 min
  • CAC 40

    6 338,74
    -23,94 (-0,38 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 680,66
    -22,76 (-0,61 %)
     
  • Dow Jones

    32 196,66
    +466,36 (+1,47 %)
     
  • EUR/USD

    1,0422
    +0,0005 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    1 797,60
    -10,60 (-0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    28 744,14
    -468,66 (-1,60 %)
     
  • CMC Crypto 200

    670,72
    -10,38 (-1,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    109,63
    -0,86 (-0,78 %)
     
  • DAX

    13 937,53
    -90,40 (-0,64 %)
     
  • FTSE 100

    7 417,58
    -0,57 (-0,01 %)
     
  • Nasdaq

    11 805,00
    +434,00 (+3,82 %)
     
  • S&P 500

    4 023,89
    +93,81 (+2,39 %)
     
  • Nikkei 225

    26 547,05
    +119,40 (+0,45 %)
     
  • HANG SENG

    19 950,21
    +51,44 (+0,26 %)
     
  • GBP/USD

    1,2259
    -0,0004 (-0,03 %)
     

Bruno Mettling, président de l'Arpe, mis en cause par l'Humanité

Mis en cause dans un article de L'Humanité, le président de l'Autorité de régulation des plateformes d'emploi (Arpe) Bruno Mettling a reconnu lundi avoir produit une expertise utilisée par Uber, mais nie avoir été salarié de l'entreprise américaine.

Mis en cause dans un article de L'Humanité, le président de l'Autorité de régulation des plateformes d'emploi (Arpe) Bruno Mettling a reconnu lundi avoir produit une expertise utilisée par Uber, mais nie avoir été salarié de l'entreprise américaine.

L'ancien directeur des ressources humaines (DRH) d'Orange, désormais à la tête de l'organisme qui supervise les premières élections professionnelles chez les VTC et les livreurs, est accusé d'être "l'homme qui a coordonné l'argumentaire d'Uber sur le dialogue social en 2020".

Il est "le principal auteur de la contribution d'Uber lors de la mission Frouin", écrit L'Humanité qui dénonce un conflit d'intérêt.

Cette mission, présidée par l'ancien président de la chambre sociale de la Cour de cassation Jean-Yves Frouin, avait pour but d'avancer plusieurs pistes pour réguler le secteur des plateformes type Uber ou Deliveroo, très en retard en ce qui concerne les droits des travailleurs. Son rapport avait été remis début décembre 2020.

Le gouvernement avait dans la foulée confié une mission à Bruno Mettling pour rédiger un projet d'ordonnance afin d'organiser le dialogue social entre plateformes et travailleurs.

"J'ai participé début 2019 à un collège d'experts dans le cadre de mes fonctions de conseil pour aider Uber à comprendre notre système de protection sociale et les attentes en termes de droit des salariés", a expliqué M. Mettling à l'AFP.

"Uber en a récupéré la quintessence et a fait ce qu'il en a voulu. C'est une contribution d'expert parmi d'autres, je n'ai pas écrit l'argumentation d'Uber pour la mission Frouin", a-t-il insisté, soulignant avoir participé à d'autres colloques animés par des groupes de réflexion plutôt critiques envers les plateformes.

"C'est mon rôle d'expert: est-ce que j'ai été salarié par Uber? Non. Est-ce que j'ai été défrayé dans le cadre de cette expertise? Oui. Ça ne s'oppose pas à mon rôle à la tête de l'Arpe", a-t-il ajouté.

De son côté, Uber a confirmé qu'il avait fait appel au cabinet amér[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles