Marchés français ouverture 1 h 51 min
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,63 (-1,50 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,95 (+0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    29 638,80
    +672,79 (+2,32 %)
     
  • EUR/USD

    1,2088
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    29 350,84
    +370,63 (+1,28 %)
     
  • BTC-EUR

    38 246,06
    +799,34 (+2,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    923,21
    -9,93 (-1,06 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     

Bruno Le Maire remet la réforme des retraites sur la table

·2 min de lecture

La réforme des retraites avait quelque peu été laissée de côté depuis le début de la crise liée à la pandémie de coronavirus. Emmanuel Macron assurait même au début du mois de décembre que, tant que la crise sanitaire serait en cours, la réforme ne serait pas relancée. Une réponse apportée par le chef de l'Etat déjà à Bruno Le Maire qui, quelques jours plus tôt, avait assuré qu'elle était une "priorité absolue" parmi les réformes structurelles à conduire face à la dette. Il avait finalement rectifié ses propos, indiquant qu'il s'agirait d'une "priorité absolue le jour où nous engagerons des réformes".

Mais le ministre de l’Economie, invité de BFMTV ce samedi 13 février, a remis le sujet sur la table précisant plus clairement les objectifs du gouvernement. Et la principale information, c'est que la réforme des retraites n'est pas enterrée et ne le sera pas. Il s'agit seulement d'une question de temps, celui qui suivra la crise économique créée par la pandémie de coronavirus. "La réforme aura lieu quand la crise économique sera derrière nous, quand on aura trouvé de la croissance, quand on aura vu que la machine économique redémarre", a-t-il précisé sur BFMTV.

>> A lire aussi - Epargne retraite : attention à ne pas se tromper de rente

Reste maintenant à en définir les grandes lignes, mais pour Bruno le Maire, la réforme des retraites reste une nécessité : "Il faut poser un diagnostic et nous mettre collectivement d'accord. Est-ce que nous voulons garder un système de protection sociale généreux et efficace ? Ma réponse est 'oui', lance-t-il. Avant d'ajouter : "Il faut que l'on accepte tous ensemble de travailler davantage, la situation actuelle n'est pas tenable et les Français le savent."

Renoncer à la réforme, ce serait renoncer " à des grandes orientations politiques", a rappelé Bruno Le Maire, qui a mis en garde face aux défis que les Français devront affronter après la crise : "Une dette, ça se rembourse. Des finances publiques, ça doit être bien tenu (…) Aujourd'hui, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

“Il faut remettre les résidents des maisons de retraite au coeur du monde”, selon Gabrielle Halpern, philosophe
Pas d'augmentation de l'âge moyen de départ à la retraite en 2020
Retraite : plus besoin d'attendre 55 ans pour signaler des erreurs sur votre carrière
Cette démarche pour la retraite à ne pas oublier avant les 4 ans de vos enfants
Minimum vieillesse : ces départements qui comptent le plus de bénéficiaires