La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 316,90
    +492,55 (+2,48 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

Bruno Le Maire ne croit pas à un risque de récession en France cette année

Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a affirmé mercredi qu'il ne pensait pas que l'économie française serait en récession cette année, malgré les difficultés engendrées par les répercussions de la guerre en Ukraine.

"Je ne crois pas à un risque de récession", a déclaré le ministre sur France Inter, ajoutant qu'il "reste très prudent parce que tout dépendra de ce qui peut se passer en Ukraine, de l'évolution dans un certain nombre d'autres pays, notamment la Chine".

Il prévoit de réviser la prévision de croissance officielle du gouvernement dans quelques semaines, lors de la présentation d'un projet de budget rectificatif. Elle est toujours à ce stade de 4%, alors que plusieurs institutions ont déjà abaissé à plusieurs reprises leur prévision.

Le FMI table désormais sur une croissance de 2,9% pour la France, la Commission européenne sur 3,1%, tandis que la Banque de France prévoit entre 2,8% et 3,4%, en fonction de l'évolution des prix de l'énergie.

Au premier trimestre, le produit intérieur brut (PIB) français a reculé de 0,2%, et l'inflation, qui a dépassé les 5% sur un an en mai, freine la consommation des ménages, premier moteur de la croissance française.

Les inquiétudes grandissent également dans d'autres grandes économies, en particulier aux États-Unis -où le PIB s'est contracté de 1,5% au premier trimestre- et en Chine, où l'épidémie de Covid pénalise l'activité.

mhc/eb

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles