Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 503,27
    -204,75 (-2,66 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 839,14
    -96,36 (-1,95 %)
     
  • Dow Jones

    38 589,16
    -57,94 (-0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0709
    -0,0033 (-0,31 %)
     
  • Gold future

    2 348,40
    +30,40 (+1,31 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 691,88
    +41,81 (+0,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 404,55
    -13,32 (-0,94 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,49
    -0,13 (-0,17 %)
     
  • DAX

    18 002,02
    -263,66 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    8 146,86
    -16,81 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    17 688,88
    +21,32 (+0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 431,60
    -2,14 (-0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,85 (-0,94 %)
     
  • GBP/USD

    1,2686
    -0,0074 (-0,58 %)
     

Bruno Le Maire , ministre préféré des Français

AFP

Ce tableau de bord Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio – enquête réalisée à la date anniversaire de la première année du quinquennat – révèle une vague baissière : 36 personnalités sur 50 voient leur popularité reculer. Plus que jamais, notre baromètre enregistre la défiance des Français.

Pas de séquelles de sa « Fugue américaine »

Le regard sur le rétroviseur est implacable : en mai 2012, au lendemain de l’élection présidentielle, 35 personnalités testées bénéficiaient d’un socle de popularité au moins égal à 40 % de bonnes opinions. Cinq ans après, elles n’étaient plus que 24. Aujourd’hui, seuls quatre hommes politiques franchissent cette barre. Parmi eux, devancé uniquement par Édouard Philippe et Nicolas Sarkozy, figure Bruno Le Maire. Celui-ci s’impose sans conteste comme le ministre préféré des Français. Médaille de bronze du classement, celui qui dirige l’économie du pays depuis six ans voit sa cote progresser de 2 points depuis le mois dernier.

Une hausse qui vient tordre le cou aux polémiques liées à la sortie de « Fugue américaine », en particulier sur la présence d’une scène érotique dans ce livre écrit par le ministre. Force est de constater que l’écume des réseaux sociaux n’impacte pas le jugement des Français, beaucoup voyant en Bruno Le Maire un héritier possible du macronisme. Dans le détail, sa popularité bénéficie d’un équilibre entre opinion majoritaire dans les catégories soutenant traditionnellement l’action du ministre (personnes âgées, cad...


Lire la suite sur ParisMatch