Publicité
La bourse ferme dans 5 h 10 min
  • CAC 40

    8 089,52
    -12,81 (-0,16 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 019,14
    -18,46 (-0,37 %)
     
  • Dow Jones

    39 065,26
    -605,78 (-1,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,0840
    +0,0022 (+0,21 %)
     
  • Gold future

    2 340,50
    +3,30 (+0,14 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 156,80
    -2 227,72 (-3,46 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 416,48
    -51,62 (-3,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,24
    -0,63 (-0,82 %)
     
  • DAX

    18 619,77
    -71,55 (-0,38 %)
     
  • FTSE 100

    8 307,68
    -31,55 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    16 736,03
    -65,51 (-0,39 %)
     
  • S&P 500

    5 267,84
    -39,17 (-0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    38 646,11
    -457,11 (-1,17 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,77 (-1,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2718
    +0,0020 (+0,16 %)
     

Bronchiolite : l’efficacité du Beyfortus confirmée par deux nouvelles études, en route vers une saison 2 ?

gorodenkoff / Getty Images

Le Beyfortus, remède miracle contre l’épidémie de bronchiolite ? En tout cas, deux nouvelles études, dévoilées ce vendredi 26 avril par Santé publique France et l’Institut Pasteur, démontrent l’efficacité de cet anticorps monoclonal, administré à titre préventif à quelque 230 000 bébés l’hiver dernier. Les résultats sont encourageants : chez les nourrissons, le traitement est efficace à 76% contre les formes graves, c’est-à-dire les bébés admis en réanimation, et environ 5 800 hospitalisations ont pu être évitées, selon les estimations.

La première étude confirme ce que suggère le bilan des épidémies hivernales publié par Santé publique France la semaine dernière. Si l’épidémie de bronchiolite a retrouvé des niveaux d’avant-Covid, notamment à l’hôpital, c’est grâce au nirsévimab, la substance active du traitement, qui cible le virus respiratoire syncytial (VRS). «On s’est basé à la fois sur les données de surveillance des hospitalisations après passage aux urgences, les données virologiques du VRS et les données de livraison des doses de Beyfortus, détaille Simon Cauchemez, responsable de l’unité de modélisation des maladies infectieuses de l’Institut Pasteur. Pour tous les groupes d’âges qui n’ont pas reçu le traitement, on a toujours un pic en 2023/2024 similaire à celui de l’année précédente. Chez les 0-2 mois, c’est bien inférieur, et c’est ceux qui ont largement été traités».

Résultat, les auteurs de l’étude estiment que l’usage du Beyfortus a permis une réduction des hospitalisations (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Des nouveaux retraités pas si heureux, les coulisses des agences de notation… L'actu éco du jour en 120 secondes
Défense : c'est quoi ce bouclier antimissile européen voulu par Emmanuel Macron ?
Eurostar : un bug aux douanes britanniques sème la pagaille à la Gare du Nord
Scandale en Espagne : la Fédération espagnole de foot mise sous tutelle
«C'est tout qui part en éclats»... des panneaux solaires menacent l’activité de ces apiculteurs