Publicité
La bourse ferme dans 47 min
  • CAC 40

    8 024,06
    +0,32 (+0,00 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 964,02
    -2,66 (-0,05 %)
     
  • Dow Jones

    38 080,15
    -378,93 (-0,99 %)
     
  • EUR/USD

    1,0632
    -0,0099 (-0,93 %)
     
  • Gold future

    2 434,80
    +62,10 (+2,62 %)
     
  • Bitcoin EUR

    65 372,60
    -417,79 (-0,64 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    87,61
    +2,59 (+3,05 %)
     
  • DAX

    17 965,02
    +10,54 (+0,06 %)
     
  • FTSE 100

    8 026,34
    +102,54 (+1,29 %)
     
  • Nasdaq

    16 220,88
    -221,31 (-1,35 %)
     
  • S&P 500

    5 141,95
    -57,11 (-1,10 %)
     
  • Nikkei 225

    39 523,55
    +80,92 (+0,21 %)
     
  • HANG SENG

    16 721,69
    -373,34 (-2,18 %)
     
  • GBP/USD

    1,2434
    -0,0121 (-0,96 %)
     

Bronchiolite : deux nouvelles régions entrent en phase épidémique

Même si le niveau reste actuellement encore plutôt faible par rapport à l’explosion de l’an dernier, l’épidémie de bronchiolite continue de gagner du terrain en France. Ainsi, deux nouvelles régions sont entrées en phase épidémique a annoncé ce jeudi 2 novembre Santé publique France dans son bilan hebdomadaire. Après la Bretagne, l’Île-de-France, la Normandie, les Pays de la Loire, la Guadeloupe, la Martinique et Guyane, le Centre-Val de Loire et le Grand-Est sont désormais passés en phase épidémique.

Un espoir nommé Beyfortus

La semaine dernière, « l’activité liée à la bronchiolite était toujours en augmentation en médecine de ville et en milieu hospitalier chez les enfants de moins de 2 ans », précise l’agence de santé publique, qi explique que le niveau actuel des hospitalisations reste toutefois inférieur à ce qu’il était l’an dernier. S’il est encore bien trop tôt pour anticiper le niveau réel de l’épidémie cet hiver, les parents mais aussi les professionnels de santé fondent leur espoir sur le nouveau traitement préventif, le Beyfortus. Seulement, proposé à tous les bébés nés depuis février, il est actuellement réservé aux maternités, dans l’attente de nouveaux stocks. Pis. Certaines maternités se retrouvent, aujourd’hui, dans l’obligation de sélectionner les nouveau-nés qui peuvent en bénéficier. Ainsi, dans certaines régions de France, des hôpitaux ont décidé de réserver ce traitement...

Lire la suite