Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 094,97
    -7,36 (-0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 035,41
    -2,19 (-0,04 %)
     
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,29 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0848
    +0,0031 (+0,28 %)
     
  • Gold future

    2 335,20
    +0,70 (+0,03 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 968,54
    -772,88 (-1,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 488,99
    +20,89 (+1,42 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,80
    +0,08 (+0,10 %)
     
  • DAX

    18 693,37
    +2,07 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    8 317,59
    -21,64 (-0,26 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,79 (+1,10 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    38 646,11
    -457,09 (-1,17 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,76 (-1,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2738
    +0,0040 (+0,32 %)
     

Bronchiolite : le Beyfortus désormais réservé « aux plus fragiles » dans certaines maternités

C’est, malheureusement ce que l’on peut appeler la rançon de la gloire. Victime de son succès, le Beyfortus, traitement préventif des formes graves de bronchiolite, manque dans certaines maternités, à tel point que, comme le révèle France Inter ce 25 octobre, les soignants de certains établissements sont contraints d'appliquer des règles de « surpriorisation » et d'administrer le traitement aux nourrissons les plus fragiles.

Beyfortus : trop de demandes, pas assez de doses disponibles

Comment en est-on arrivé à cette situation ? Tout simplement parce que la demande est bien plus importante qu’envisagée par le gouvernement. En effet, juste avant l'été, la France avait commandé 200 000 doses de Beyfortus pour 700 000 naissances, les autorités sanitaires tablant sur 30% maximum d'adhésion de la part des parents. Seulement, ce taux oscille finalement entre 60 et 80%. Déjà, fin septembre, face à l'engouement suscité par le Beyfortus, le ministère de la santé avait annoncé que le dosage 50mg réservé aux nourrissons de moins de 5kg serait uniquement dédié aux maternités (et non plus aussi aux pharmacies) puis demandé, dans un second temps, aux médecins de ville de suspendre les prescriptions du dosage 100 mg pour les bébés de plus de 5 kilos.

Les maternités...

Lire la suite